Share Print

Une étude sur les systèmes d’aide à la décision médicale

Informatique médicale
Press release - Posted on Oct 08 2010
October 8, 2010

La Haute Autorité de Santé rend publique une étude présentant un état des lieux des systèmes d’aide à la décision médicale (SADM) disponibles, en France et à l’étranger. Cette étude formule, en conclusion, des préconisations afin que leur développement contribue à la qualité des soins.

La Haute Autorité de Santé (HAS) a étudié la place des systèmes informatiques d’aide à la décision médicale (SADM). Ce sujet se situe au croisement de plusieurs de ses missions : certification des logiciels d'aide à la prescription, production de recommandations de bonne pratique et d'indicateurs, développement professionnel continu. A la suite d’une procédure d'appel d’offres, la HAS a confié à la société Cegedim-Activ (entité Conseil) la réalisation de cette étude centrée sur les systèmes mis à disposition des médecins. Elle a été réalisée avec le concours du Dr Jean-Louis Renaud Salis et du Pr Stefan Darmoni. Sa mise en ligne doit alimenter le débat sur les choix à faire pour que l’utilisation des SADM contribue à la qualité des soins.

Qu’est ce qu’un système d’aide à la décision médicale ?

Les SADM sont des applications informatiques qui fournissent aux cliniciens – durant la consultation ou en dehors, au moment d’une revue de dossier – des informations intelligemment filtrées au moment opportun (connaissances cliniques ou informations spécifiques à un patient). Les SADM se développent aux Etats-Unis et en Europe, et la plupart des autorités responsables des systèmes de santé réfléchissent aujourd’hui à une plus grande diffusion et utilisation pour servir la qualité et l’efficience des soins.

Ils ont différentes modalités d’intervention : présentation des données pertinentes lors des différentes activités diagnostiques et thérapeutiques, alertes ou rappels automatisés non sollicités par l’utilisateur, prescription d’examens ou de médicaments, accès en ligne aux informations de référence, gestion de protocoles ou de processus complexes.

Les systèmes d’aide à la décision médicale à l’étude

La première partie de l’étude est consacrée au recensement et à la catégorisation des SADM à partir de la littérature internationale. Elle insiste en particulier sur l'importance des différents formats informatiques, qui permettent de passer d'un texte en langage naturel à un code informatique. La normalisation de ces formats est en cours et représente un enjeu majeur. Le rapport recense différentes initiatives internationales en la matière.

La seconde partie énumère les facteurs de succès et d’échec de la diffusion de ces outils et fait le point sur les analyses d'impact des SADM. Ainsi, deux tiers des études de la littérature montrent que l’utilisation des SADM entraîne une amélioration de la qualité et de la sécurité des soins. Cependant, l’amplitude des améliorations des pratiques médicales est souvent modeste : elle dépend beaucoup de l’intégration aux outils métier et de l’adaptation au processus de travail. L’étude décrit également les interventions des pouvoirs publics dans le domaine, en particulier dans deux pays : la Grande Bretagne et les Etats-Unis.

Les préconisations de l'étude

Dans la dernière partie de l’étude, une série d’actions est proposée afin de favoriser la mise en forme informatique de la connaissance médicale et la diffusion des SADM en France.

  • Une première série de préconisations vise à adapter la production des recommandations de bonne pratique (et plus généralement, la connaissance médicale) aux outils informatiques par le choix de formats appropriés.
  • Une deuxième série de préconisations concerne la mise en œuvre d’expérimentations dans le contexte français : ergonomie et fonctionnalités des outils métiers, modalités d’évaluations, impact sur la qualité des pratiques.
  • La dernière série de préconisations est destinée aux décideurs et propose des pistes d’incitations et de mode de gouvernance susceptibles de favoriser le déploiement des SADM.

Les perspectives pour la HAS

La HAS mettra en œuvre les préconisations relatives aux recommandations de bonne pratique et aux indicateurs qualité. En concertation avec les professionnels, il s’agira notamment pour la HAS d’évaluer la mise à disposition, à partir du dossier patient, de formes synthétiques des recommandations adaptées au contexte clinique. Les versions futures de la certification des logiciels d’aide à la prescription devront vérifier la capacité des outils à intégrer des aides à la décision.

Contact Us

Service de presse HAS
  • Florence Gaudin - Chef de service
    Gilles Djéyaramane - Attaché de presse
    Marina Malikité - Attachée de presse
    Julia Vollerin - Attachée de presse
  • Phone : 01.55.93.73.17 / 73.18 / 73.52 (n° réservés aux journalistes)
  • contact.presse@has-sante.fr

    Contacter l'accueil de la HAS : 01 55 93 70 00

     
  • Contact Us

See also

All our publication