Citer cette publication Share Impression

Choix et durée de l'antibiothérapie : Urétrites et cervicites non compliquées

Recommandation de bonne pratique - Mis en ligne le 27 août 2021
mceclip2 - 2021-08-12 15h26m21s mceclip0 - 2021-08-12 15h26m05s

L’expansion de l’antibiorésistance constitue un problème majeur de santé publique au niveau national et international. La HAS met à disposition des professionnels de santé une série de fiches synthétiques préconisant le choix et les durées d'antibiothérapie les plus courtes possibles pour les infections bactériennes courantes de ville.

Ces fiches synthétiques ont été élaborées en partenariat  avec la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) et le Groupe de pathologie infectieuse pédiatrique (GPIP) et relues par le Collège de la médecine générale et les sociétés savantes concernées.

 

  • Le but de cette fiche mémo est de favoriser la prescription appropriée d’antibiotiques, afin de traiter efficacement les patients tout en diminuant les résistances bactériennes pouvant conduire à des impasses thérapeutiques.
  • Le choix de l’antibiotique, dose, posologie, modalité d’administration et la durée sont les éléments à prendre en compte pour une prescription adaptée.

 

Les agents infectieux le plus fréquemment en cause sont Neisseria gonorrhoeae et Chlamydiae trachomatis (seuls ou associés entre eux).

  • Un prélèvement bactériologique conventionnel et une PCR sont indispensables avant tout traitement antibiotique.
  • Recherche des autres infections sexuellement transmissibles (IST).

 

Traitement antibiotique probabiliste associant

  • Traitement antigonococcique :
    • ceftriaxone : 1 g IM ou IV en une seule injection ;
    • Si contre-indication aux bêta-lactamines : antibiothérapie guidée par l’antibiogramme.
  • Traitement anti-Chlamydiae :
    • doxycycline : 200 mg par jour per os en 2 prises pendant 7 jours
    • ou azithromycine : 1 g per os en prise unique

 

Consultation de contrôle

  • à J3 si persistance des symptômes : adapter le traitement à l’antibiogramme si nécessaire ;
  • à J7 consultation systématique : contrôle de guérison clinique, résultats du bilan d’IST et conseils de prévention.

 

 


Nous contacter

Service des bonnes pratiques