Share Impression

Une campagne publicitaire détourne un outil médical de lutte contre les dangers de l’alcool

Communiqué de presse - Mis en ligne le 08 déc. 2015
8 décembre 2015

La Haute Autorité de Santé tient à clarifier les « repères de consommation » utilisés par Vin et Société pour sa campagne publicitaire actuellement diffusée dans un grand nombre de médias. La HAS a publié en 2014 un outil de repérage des consommations à risque pour l’alcool le tabac et les drogues à destination des professionnels de santé. Les seuils mentionnés par la HAS sont ceux qui nécessitent de déclencher une intervention médicale. Il ne s’agit en aucune façon de dire qu’en dessous de ces seuils, la consommation serait normale, recommandée ou exempte de risque.

La consommation de tabac, d’alcool et de cannabis représente un problème de santé publique majeur. Pour aider les professionnels de santé à repérer les consommations qui appellent une prise en charge et un suivi de leurs patients, la HAS a publié en novembre 2014 la fiche « outil d’aide au repérage précoce et intervention brève : alcool, cannabis et tabac chez l’adulte ». La HAS juge que la campagne publicitaire orchestrée par Vin et Société, relayée dans un grand nombre de médias grand public depuis quelques jours, transforme des seuils de consommation à risque nécessitant une prise en charge médicale en « repères » pour une consommation « acceptable » d’alcool.

Les seuils mis en avant par la HAS sont des seuils d’alerte, au-dessus desquels les risques sont avérés : dommages physiques (complications hépatiques, cardio-vasculaires et neuropsychiatriques, cancers), psychiques ou sociaux. La HAS insiste sur le fait que ces seuils ne peuvent s’appliquer à certaines populations : les jeunes de moins de 25 ans, les femmes enceintes, les personnes atteintes de maladies chroniques, les personnes âgées ou les personnes prenant un traitement médical.

La Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA) rappelle que l’alcool est de très loin le produit qui entraîne le plus de désordres familiaux et sociaux.  La consommation d’alcool, notamment chez les jeunes, population particulièrement vulnérable est inquiétante. Toute action de promotion qui, d’une manière ou d’une autre, tend à légitimer la consommation d’alcool ne peut être que préjudiciable à la santé publique.

La HAS et la MILDECA mettent en garde contre une campagne publicitaire qui instrumentalise des messages professionnels.

logo has 204x82 Logo - Premier Ministre - Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives

 

 

Nous contacter

Service de presse HAS
  • Florence Gaudin - Chef de service
    Gilles Djéyaramane - Attaché de presse
    Marina Malikité - Attachée de presse
    Julia Vollerin - Attachée de presse
  • Tél : 01.55.93.73.17 / 73.18 / 73.52 (n° réservés aux journalistes)
  • contact.presse@has-sante.fr

    Contacter l'accueil de la HAS : 01 55 93 70 00

     
  • Nous contacter
MILDECA - Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues Et les Conduites Addictives

Voir aussi

Toutes nos publications sur