Share Impression

Hypertension artérielle de l’adulte : dépister tôt, traiter mieux

Communiqué de presse - Mis en ligne le 27 oct. 2016
27 octobre 2016

L’hypertension artérielle (HTA) touche près d’un adulte sur trois en France. Sans traitement adapté, elle peut provoquer des maladies cardio-vasculaires graves pouvant aller jusqu’au décès. Aujourd’hui, l’hypertension reste trop souvent sous-diagnostiquée et, pour beaucoup de patients pris en charge, la pression artérielle reste mal contrôlée. C’est pourquoi la Haute Autorité de Santé (HAS) et la Société Française d’HTA (SFHTA) publient une fiche mémo destinée aux professionnels de santé en vue de favoriser le diagnostic précoce et une prise en charge adaptée et efficace des patients hypertendus.

Logo HAS logo HTA

En France, environ 14 millions de personnes ont une hypertension artérielle. Cette affection peut avoir des conséquences graves, notamment cardio-vasculaires : infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, anévrisme, insuffisance cardiaque, insuffisance rénale et démence. Si un traitement adapté peut permettre de réduire significativement ces risques, des progrès doivent encore être réalisés aussi bien concernant le dépistage précoce que le suivi. En effet, un hypertendu adulte sur deux ignore souffrir de cette maladie et 50% des hypertendus traités ont toujours une pression artérielle mal contrôlée (traitement mal suivi, trop intense ou mal adapté).

Favoriser le dépistage précoce : mesurer la pression artérielle régulièrement en consultation

L’hypertension artérielle est une maladie silencieuse qui ne présente généralement pas de symptômes. Pour la dépister le plus précocement possible, et éviter ainsi l’apparition de conséquences souvent irréversibles, le médecin traitant est en première ligne. En contact régulier avec ses patients, il doit régulièrement mesurer leur pression artérielle quel que soit le motif de la consultation. Les autres professionnels de santé en contact fréquent avec une population adulte (autres spécialistes, médecins de santé au travail, pharmaciens, infirmiers) doivent aussi être encouragés à adopter ce réflexe. Après la découverte d’une pression artérielle élevée et persistante dans le temps, le diagnostic est à confirmer par une mesure en dehors du cabinet médical, au domicile, par le patient lui-même grâce à un dispositif d’automesure ou avec l’aide de professionnels en ambulatoire (MAPA)[1].

Une prise en charge qui comprend dès le début des mesures hygiéno-diététiques…

L’objectif de la prise en charge de l’hypertension est de réduire le risque cardiovasculaire ce qui passe pour la plupart des patients par une réduction de pression artérielle à moins de 140/90 mmHg (<150 mmHg chez la personne de plus de 80 ans) dans un délai de 6 mois. A cet effet, dès la confirmation du diagnostic, l’instauration de mesures hygiéno-diététiques est essentielle. Elles sont un moyen efficace pour agir sur la pression artérielle car certains facteurs de risque d’hypertension sont liés au mode de vie. Le patient doit être incité à l’arrêt du tabac qui réduit directement le risque cardiovasculaire, à la perte de poids en cas de surpoids, à la diminution de la consommation de sel et d'alcool et à la pratique d’un exercice physique. Ces mesures sont à rappeler régulièrement tout au long du suivi.

… complétée par un traitement médicamenteux le moins contraignant possible

Après l’instauration des mesures hygiéno-diététiques, le recours à un (ou plusieurs) médicament sera évalué en fonction du profil de patient et de la sévérité de son hypertension. Le cas échéant, le traitement médicamenteux prescrit devra être le moins contraignant possible pour favoriser l’adhésion du patient : proposer une seule prise par jour, privilégier des comprimés associant plusieurs molécules (associations fixes) lorsqu’une bithérapie est nécessaire et s’assurer que le traitement est bien toléré.

Une condition de réussite : un traitement bien suivi par un patient informé et impliqué

Le traitement de l’hypertension est le plus souvent à suivre au quotidien et à vie. Souvent vécu comme contraignant, il est parfois mal suivi par les patients. C’est pourquoi, lors du démarrage de la prise en charge, un temps doit être dédié par le médecin traitant à l’explication des risques de l’HTA et des objectifs du traitement. Il s’agit de favoriser l’implication du patient. Lors du suivi, outre la mesure de la tension, il conviendra d’aménager avec lui un temps de discussion et d’échange. A cette occasion, le médecin pourra s’assurer du bon suivi du traitement, aussi bien médicamenteux qu’hygiéno-diététique. Son objectif sera de rechercher d’éventuels facteurs de résistance et d’identifier les difficultés rencontrées par le patient pour lui proposer des solutions adaptées.



[1] Mesure ambulatoire de la pression artérielle 

Nous contacter

Service Presse
  • Florence Gaudin - Chef de service
    Gilles Djéyaramane - Attaché de presse
    Marina Malikité - Attachée de presse
    Julia Vollerin - Attachée de presse
  • Tél : +33 1.55.93.73.17 / 73.18 / 73.52 (réservé aux journalistes)
  •  
  • Nous contacter

Voir aussi

Toutes nos publications sur