Contribuer à la régulation par la qualité et l'efficience

Recherche

Avancée
Accueil Outils, Guides & Méthodes Sécurité du patient
impression

Sécurité du patient


La sécurité du patient se définit comme la réduction de tout risque de préjudice évitable subi par le patient… Elle a pour ambition première d’éviter toute inversion du bénéfice/risque à se faire soigner. 

Un événement indésirable associé aux soins (EIAS) est un évènement inattendu qui perturbe ou retarde le processus de soin, ou impacte directement le patient dans sa santé. Cet évènement est consécutif aux actes de prévention, de diagnostic ou de traitement. Il s'écarte des résultats escomptés ou des attentes du soin et n'est pas lié à l'évolution naturelle de la maladie.

Cet événement indésirable peut être grave (EIG) comme un décès inattendu, une complication grave mettant en jeu le pronostic vital ou la perte permanente d'une fonction qui ne résulte pas de l'évolution naturelle de la maladie.

Il peut aussi être sans conséquence s'il est détecté et récupéré à temps. On parle alors de "near-miss" ou d'événement porteur de risque (EPR) (au Québec on parle d’ « échappée belle »)  dont l'analyse (faire un lien vers gérer les risques) est aussi riche d'enseignements qu'un EIG.

On sait depuis déjà plus de 10 ans et le célèbre rapport de l’Académie de Médecine Américaine (IOM) « To err is Human – Building a safer health system » que la cause de ces évènements est rarement liée au manque de connaissance des professionnels ; le plus souvent ces évènements indésirables sont le fait de défauts d’organisation, de manques de vérification, coordination, communication, en résumé  à un manque de culture commune de sécurité et de travail en équipe.

De nombreuses publications rappellent l'importance des risques associés à la prise en charge des patients et le fait qu'ils ne sont pas aujourd'hui correctement maitrisés. On sait en effet depuis longtemps que les EIAS sont fréquents1 et le restent2. Les enquêtes françaises ENEIS réalisées en 2005 puis 2009 mettent en évidence : une fréquence stable d’environ 1 événement indésirable grave (EIG) tous les 5 jours par secteur de 30 lits, et 4,5% des séjours en établissements de santé causés par un EIG3, 4. Enfin une enquête menée par l’IRDES5  en 2011 estime à 700 millions d’euros, pour la seule année 2007, le coût des EIG en France.

En 2013, la France consciente des enjeux de santé publique met en place un Programme national pour la sécurité des patients (PNSP)

Les 4 axes développés dans le programme mettent le patient au cœur du dispositif et de l’équipe de soins. En insistant sur la culture de sécurité, la formation la communication et la déclaration des EIAS, le programme touche à l’ensemble des dimensions qui impacte la sécurité de la prise en charge des patients.

 

 

 

 

 

 

1 - Institute of Medicine (USA). consensus report  « To err is Human – Building a safer health system », novembre 1999
2 - De Vries EN et al. The incidence and nature of in-hospital adverse events: a systematic review. Qual Saf Health Care. 2008 Jun;17(3):216-23.
3 - Michel P. et al.. Les événements indésirables graves associés aux soins observés dans les établissements de santé Résultats des enquêtes nationales menées en 2009 et 2004. Dossiers Solidarité et Santé,  n°17, DREES, 2010.
4
- Michel P. et al. Les événements indésirables graves dans les établissements de santé : fréquence, évitabilité et acceptabilité. Etudes et Résultats n°761, DREES, 2011
5 - Nestrigue C. et al. Surcoût des événements indésirables associés aux soins à l’hôpital, IRDES, n° 171 - Décembre 2011

 

 

Mis en ligne le 21 May 2013