Contribuer à la régulation par la qualité et l'efficience

Recherche

Avancée
impression
Recommandation en santé publique

Evaluation médico-économique des stratégies de prise en charge de l’insuffisance rénale chronique terminale en France - Volet : Analyse des possibilités de développement de la transplantation rénale en France

Recommandations en Santé publique

Date de validation
juin 2012

Ce volet spécifique au développement de la transplantation rénale constitue la première partie d’un rapport actuellement en cours concernant l’évaluation médico-économique de l’ensemble des modalités de traitement des patients atteints d’insuffisance rénale chronique terminale.

La transplantation rénale apparaît comme une stratégie dominante dans la prise en charge de cette pathologie c'est-à-dire qu’elle est à la fois la moins coûteuse et la plus efficace.

L’objectif de ces recommandations est d’examiner les possibilités de développement de la transplantation rénale en France en tenant compte notamment des aspects organisationnels, économiques et éthiques.


Les recommandations s‘articulent autour de quatre thématiques :

  • les prélèvements sur donneurs décédés (3 recommandations);
  • les prélèvements sur donneurs vivants (6 recommandations);
  • l’accès à la transplantation (3 recommandations);
  • le suivi des transplantés (1 recommandation).

Concernant les prélèvements sur donneurs décédés, il est recommandé d’envisager les trois axes de développement de manière conjointe - améliorer le recensement, diminuer le taux de refus et élargir le pool de donneurs - et d’accorder une attention constante à l’amélioration de la qualité des greffes. Sont également précisées les modalités notamment organisationnelles qui doivent être mises en œuvre pour accompagner son développement.

Concernant la transplantation à partir de donneur vivant, son développement est recommandé. Parce qu’elle implique qu’une personne prenne un risque chirurgical au profit d’un tiers, le développement de la transplantation à partir de donneur vivant doit être assorti de précautions. Dans cette perspective, des recommandations visant à améliorer la prise en charge des donneurs vivants ont été élaborées. Par ailleurs, la HAS insiste sur le fait que les activités de transplantation à partir de donneurs vivants et décédés sont complémentaires. Les efforts pour développer les transplantations rénales à partir de donneurs vivants ne doivent pas se substituer à ceux visant à assurer le développement des prélèvements sur donneurs décédés.

Concernant l’accès à la transplantation, la mise en place d’une information structurée des patients insuffisants rénaux terminaux sur les différentes stratégies de prise en charge est recommandée pour améliorer l’équité d’accès sociale et géographique. L’appariement des donneurs et receveurs sont les principaux éléments pris en considération.

Une dernière recommandation concerne le suivi de la cohorte des patients transplantés. Bien que cette question ait été peu abordée dans la littérature, les aspects organisationnels du suivi à long terme de l’ensemble de cette cohorte, qui augmente chaque année, doivent être pris en considération.

Documents

Mis en ligne le 06 Sep 2012