Contribuer à la régulation par la qualité et l'efficience

Recherche

Avancée
Accueil Évaluation & Recommandation Santé publique et Organisation des offres de soin
impression
Recommandation en santé publique

Pertinence de la mise en place d'une programme de dépistage des anévrismes de l'aorte abdominale en France

Recommandation en Santé Publique

Date de validation
novembre 2012

L’objectif du rapport était d’évaluer la pertinence de la mise en place d’un programme de dépistage des anévrismes de l’aorte abdominale (AAA) en France, que ce dernier soit systématique ou opportuniste. Cette évaluation a suivi la méthodologie définie dans le guide HAS « Évaluation a priori d’un programme de dépistage» identifiant 16 critères d’évaluation fondés sur les critères OMS d’évaluation de la pertinence d’un programme de dépistage

 

L’AAA est une dilatation permanente de l’aorte abdominale (diamètre antéropostérieur > 30 mm), dans sa localisation sous-rénale. L’incidence des AAA diagnostiqués et opérés en France était comprise entre 6 000 et 7 000 AAA/an en 2009-2010. Le nombre d’AAA opérés par an a augmenté de 29 % entre 2006 et 2010, notamment en ce qui concerne les actes d’endoprothèse. 91% des séjours concernaient des anévrismes non-rompus et 9 % des anévrismes rompus. Dans 34 % des interventions pour AAA rompu et 3 % des interventions pour AAA non-rompu le patient est décédé.

La HAS a estimé que le dépistage opportuniste unique était la stratégie la plus pertinente à mettre en œuvre si ce dépistage est centré sur les hommes ayant des facteurs de risque de survenue et/ou de rupture des AAA : âge compris entre 65 et 75 ans et tabagisme chronique actuel (défini par le fait de fumer au moins une cigarette/jour) ou passé (défini par le fait d’avoir arrêté de fumer depuis moins de 20 ans) ; âge compris entre 50 et 75 ans et antécédent familial d’AAA..

Le choix d’un dépistage opportuniste unique (one-shot pour les anglosaxons) est fondé sur le fait que : la prévalence des AAA est plus élevée chez les sujets fumeurs et anciens fumeurs et chez ceux ayant des antécédents familiaux d’AAA ; la prévalence des AAA en population générale est basse selon les premiers résultats du programme de dépistage national anglais (1,7 % chez les hommes âgés de 65 ans) ; des études récentes tendent à montrer l’impact de l’arrêt du tabagisme sur la diminution de la prévalence des AAA ; les modélisations médico-économiques issues de la littérature montrent que le dépistage unique est efficient.

La mise en place du dépistage opportuniste des AAA doit être accompagnée: d’une recommandation de pratiques sur la prise en charge thérapeutique globale des personnes ayant été identifiées comme ayant un AAA ; d’une diffusion auprès des médecins traitants d’une information sur l’identification des sujets à risque d’AAA, le parcours de soins des patients ayant un AAA et la prise en charge thérapeutique globale des patients.

Documents

Mis en ligne le 18 Feb 2013