Contribuer à la régulation par la qualité et l'efficience

Recherche

Avancée
impression

Conditions du développement de la chimiothérapie en hospitalisation à domicile

Recommandation en santé publique et organisation des soins

Date de validation
janvier 2015

Le traitement du cancer par chimiothérapie peut être réalisé en hospitalisation conventionnelle (le plus souvent lors de séances en hospitalisation de jour), mais également dans le cadre d’une prise en charge en Hospitalisation à Domicile (HAD). Face au ralentissement de la dynamique de croissance de l’activité globale des HAD en France, alors même que l’objectif fixé par le régulateur est un doublement de son activité à l’horizon 2018, la DGOS a interrogé la HAS sur :

  • la pertinence d’encourager le développement de la chimiothérapie en HAD, au regard de l’évaluation médico-économique de ce type de prise en charge ;
  • les modalités tarifaires et organisationnelles qui permettraient, le cas échéant, d’assurer ce développement. 

 A partir de l’analyse de la littérature, des bases de données tarifaires et de cinq monographies de sites d’HAD réalisées, la HAS a dressé un certain nombre de constats relatifs aux modalités d’organisation de la chimiothérapie en HAD. Elle formule 18 recommandations destinées au décideur (DGOS, ARS, HAD et établissements prescripteurs). Elles sont déclinées au niveau national, régional et local et portent sur le périmètre et la nature de l’activité de chimiothérapie à développer en HAD, le renouvellement de la politique tarifaire, l’amélioration de la prise en charge et les traitements.

Les recommandations de la HAS ont pour objectifs :

  • de permettre le développement de la chimiothérapie en HAD dans les domaines où cela apparaît déjà enclenché dans quelques régions (hématologie notamment) , ou  au bénéfice des patients les plus fragilisés (personnes âgées, enfants, cancer métastatique), tout en étant réalisable d’un point de vue technique pour les personnels de l’HAD et ceux des pharmacies à usage intérieur (PUI) des établissements de santé (injections fréquentes mais simples, ou de courte durée), 
  • de résoudre les difficultés rencontrées par les acteurs qu’elles soient organisationnelles, administratives, informatiques ou tarifaires,
  • d’harmoniser les pratiques sur le territoire, afin de rendre accessible la chimiothérapie  pour tous les patients qui souhaitent bénéficier de ce type de prise en charge.  

Certaines de ces recommandations peuvent être mises en œuvre de manière isolée, d’autres nécessitent d’être articulées entre elles, notamment celles qui visent  à encourager le développement de cette activité, qui ne pourra être réalisé sans la levée de plusieurs freins, notamment tarifaires.

 

Documents

Mis en ligne le 16 mars 2015

VOIR AUSSI