Citer cette publication Share Impression

TECENTRIQ - cancer bronchique non à petites cellules 1ère ligne

CANCEROLOGIE - Nouvelle indication
Avis sur les Médicaments - Mis en ligne le 04 mars 2020

Nature de la demande

Extension d'indication

En association au bevacizumab et à la chimiothérapie paclitaxel + carboplatine, dans le cancer bronchique non à petites cellules non épidermoïde métastatique :

  • intérêt clinique modéré en 1ère ligne de traitement chez les patients dont les tumeurs n’ont pas de mutation d’EGFR ou de réarrangement ALK mais pas d’avantage clinique démontré par rapport à bevacizumab + chimiothérapie ;
  • intérêt clinique insuffisant pour justifier son remboursement chez les patients avec mutations d’EGFR ou réarrangement du gène ALK (ALK+), après échec des thérapies ciblées appropriées, faute de donnée clinique.

 

 

  • TECENTRIQ a l’AMM en association au bevacizumab, paclitaxel et carboplatine, en 1ère ligne de traitement des adultes atteints de cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) non épidermoïde métastatique. Chez les patients avec EGFR muté ou réarrangement du gène ALK, TECENTRIQ, en association au bevacizumab et à la chimiothérapie concernée est indiqué seulement après échec des thérapies ciblées appropriées.
  • La supériorité de TECENTRIQ en association au bevacizumab et à la chimiothérapie par rapport à bevacizumab + chimiothérapie a été démontrée en termes de survie sans progression évaluée par l’investigateur lors d’une étude en ouvert dans la population ne présentant pas de mutation EGFR ou de réarrangement ALK , avec un gain absolu modeste (+ 1,5 mois) et un gain absolu de + 4,5 mois de survie globale dans cette même sous-population lors d’une 2nde analyse intermédiaire prévue au protocole avec des incertitudes sur ces résultats et sur l’effet à long terme.
  • La fréquence des événements indésirables ayant conduit à l’arrêt du traitement (34% versus 25%) a été plus élevée chez les patients traités par TECENTRIQ + bevacizumab + chimiothérapie par rapport à ceux recevant uniquement l’association bevacizumab + chimiothérapie.

Service Médical Rendu (SMR)

Modéré

Le service médical rendu par TECENTRIQ (atezolizumab) en association au bevacizumab, paclitaxel et carboplatine est modéré en première ligne de traitement chez les patients adultes atteints d’un CBNPC non épidermoïde métastatique dont les tumeurs n’ont pas de mutations d’EGFR ou de réarrangement ALK.

Insuffisant

Le service médical rendu par TECENTRIQ (atezolizumab) en association au bevacizumab, paclitaxel et carboplatine est insuffisant pour justifier d’une prise en charge par la solidarité nationale chez les patients adultes atteints d’un CBNPC non épidermoïde métastatique avec mutations d’EGFR ou réarrangement du gène ALK (ALK+), après échec des thérapies ciblées appropriées.


Amélioration du service médical rendu (ASMR)

V (absence)

Compte-tenu :

  • de la démonstration de la supériorité de l’association atezolizumab plus bevacizumab, paclitaxel et carboplatine (Atezo+Bev+CP) par rapport à l’association bevacizumab, paclitaxel et carboplatine (Bev+CP) sur la survie sans progression évaluée par l’investigateur (co-critére de jugement principal) lors d’une étude en ouvert dans un sous-groupe de la population, avec un gain absolu modeste (+ 1,5 mois),
  • de la démonstration d’un gain sur la survie globale en faveur de l’association Atezo+Bev+CP (HR=0,78; IC98,2% = [0,61 ; 0,99], gain absolu de +4,5 mois), observé lors d’une analyse intermédiaire prévue au protocole à un suivi médian limité de 19,6 mois, dans un sous-groupe de la population mais avec des incertitudes sur ces résultats et sur l’effet à long terme,
  • des limites méthodologiques de cette étude impactant la robustesse des résultats notamment le caractère ouvert de l’étude, l’analyse principale réalisée dans un sous-groupe sélectionné de la population, le chevauchement des courbes de survie selon l’analyse de Kaplan Meier et le fait qu’elles se rejoignent en fin de suivi (mais avec peu de patients à risque ce qui ne permet pas d’apprécier le maintien du gain de survie en population à long terme) et,
  • des données de tolérance rapportant davantage d’événements indésirables graves (44% versus 34%), d’EI de grades 3 ou 4 (64% versus 58%) et d’EI ayant entraîné l’arrêt d’au moins un des traitements étudiés (34% versus 25%),

TECENTRIQ (atezolizumab) en association au bevacizumab, paclitaxel et carboplatine, n’apporte pas d’amélioration du service médical rendu (ASMR V) par rapport à l’association bevacizumab, paclitaxel et carboplatine en première ligne de traitement des patients adultes atteints d’un CBNPC non épidermoïde métastatique dont les tumeurs n’ont pas de mutations d’EGFR ou de réarrangement ALK.


Ce produit a fait l'objet d'un avis d'efficience rendu par la Commission d'évaluation et santé publique le 16 juillet 2019.

 

Nous contacter

Évaluation des médicaments