Share Impression

La HAS précise le rôle des masseurs kinésithérapeutes dans le suivi des patients à domicile pendant l'épidémie de COVID-19

Actualité presse - Mis en ligne le 17 avr. 2020
17 avril 2020

Certains patients – atteints de malades chroniques, souvent des personnes âgées – doivent bénéficier d’actes de kinésithérapie à leur domicile, y compris durant l’épidémie de COVID-19. Dans le but d’aider les masseurs-kinésithérapeutes à réaliser une prise en charge sécurisée de leurs patients dans le contexte actuel, la Haute Autorité de Santé a élaboré une Réponse rapide dédiée à ces situations, en collaboration avec le Collège de la Masso-Kinésithérapie et l’Ordre des Masseurs-kinésithérapeutes.

Certaines situations nécessitent l’instauration ou la poursuite d’une prise en charge par des masseurs-kinésithérapeutes malgré le confinement et l’épidémie de COVID-19 : les patients atteints de maladies chroniques telles que la BPCO ou la mucoviscidose, les personnes âgées fragiles, les patients en rééducation, etc. De plus, les patients hospitalisés pour un COVID-19 nécessitent souvent des actes de kinésithérapie après leur hospitalisation pour leur réadaptation.

Dans ce contexte, la HAS publie une Réponse rapide pour aider les masseurs-kinésithérapeutes   à intervenir de la façon la plus sécurisée possible au domicile de leurs patients, en considérant que tout patient – ou eux-mêmes – peut être infecté ou contagieux. Elle récapitule des conseils généraux et les précautions obligatoires à prendre en matière d’hygiène (masques, blouses, gants, etc.).

En premier lieu, la HAS rappelle qu’il est important que les masseurs-kinésithérapeutes puissent intervenir auprès de ces patients qu’ils soient à domicile ou en établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). La HAS recommande d’ouvrir le télésoin aux masseurs-kinésithérapeutes et de privilégier ce mode d’intervention afin de limiter la transmission du virus. Pour cela, elle préconise que chaque intervention à domicile maintenue le soit après une analyse du rapport bénéfice/risque, et en privilégiant alors les techniques évitant les contacts corporels quand cela est possible. Autre conseil important, le programme de visite des masseurs-kinésithérapeutes doit tenir compte du fait que chaque patient est susceptible d’être infecté par le COVID-19, avec une organisation qui positionne en fin de tournée les visites auprès des patients infectés ou suspectés de l’être. La HAS souligne l’importance d’assurer un suivi par le masseur-kinésithérapeute et de rester joignable pour répondre aux sollicitations des patients et de leur entourage.

La Réponse rapide précise également des éléments sur les programmes de rééducation adaptés aux patients atteints de COVID-19 ou susceptibles de l’être. Ainsi, la HAS rappelle les précautions à prendre en matière de sécurité. Elle conseille d’éviter tout exercice actif du fait de la grande fatigabilité de ces malades durant la phase de fièvre ou de symptômes aigus, dresse une liste d’évaluations à réaliser (température, saturation en oxygène, etc.) et des soins prioritaires à maintenir en fonction de l’état du patient (drainage bronchique, mise en place de programme de réhabilitation, etc.).

Pour les patients souffrant de pathologies chroniques ou fragiles qui ne présentent pas de symptômes de COVID-19 ou dont les résultats des tests sont négatifs, la HAS rappelle l'importance de la continuité des soins au domicile. Toutefois, il convient en premier lieu d’évaluer si l’arrêt de soins est susceptible d’entraîner une aggravation de l’état de santé du patient. Certains points sont à surveiller (repérage de patients fragiles, évaluation des conséquences fonctionnelles du confinement, etc.) et les soins prioritaires sont également rappelés.

Nous contacter

Service Presse
  • Florence Gaudin - Chef de service
    Gilles Djéyaramane - Attaché de presse
    Marina Malikité - Attachée de presse
    Julia Vollerin - Attachée de presse
  • Tél : +33 1.55.93.73.17 / 73.18 / 73.52 (réservé aux journalistes)
  •  
  • Nous contacter