Share Impression
14/04/2022 - 09/05/2022

La HAS lance le Défi iDoc Santé : innover pour mieux diffuser, organiser et connecter les connaissances en santé

Evénement de Calendrier - Mis en ligne le 15 avr. 2022

Événement

Les inscriptions au Défi iDoc Santé sont ouvertes jusqu'au 9 mai. Vous pouvez vous inscrire en suivant ce lien.

Retrouvez toutes les informations sur le site du Défi iDoc Santé.

icone hours 00h - 23h59

Logo iDoc Santé 2022 

À propos

Le Défi iDoc Santé s’inscrit dans le cadre de la stratégie données 2021-2024 de la Haute Autorité de santé, plus précisément dans le 3ème axe : exploiter plus efficacement les textes.

Le Défi vise à prototyper de nouveaux usages sur les textes de l’ensemble des productions de la HAS et de ses partenaires, par exemple matérialiser l’impact d’une nouvelle publication sur le corpus existant ou bien représenter les liens entre objets de connaissance en santé.

La participation au Défi permettra :

  • de construire et prototyper des solutions innovantes pour améliorer la diffusion et faciliter l’usage des connaissances en santé,
  • de participer à une aventure collective rythmée par des événements ludiques et motivants,
  • d’avoir accès à un mentorat de haut niveau par des experts de la HAS et des institutions partenaires.

 

Objectifs du Défi : favoriser la diffusion et l'usage des connaissances en santé

L’objectif général du Défi est de stimuler le développement de nouveaux usages autour des documents de connaissance sur les médicaments et produits de santé, et de faire remonter à la HAS et aux institutions partenaires les besoins et les éventuels verrous techniques susceptibles de faire l’objet de développements ultérieurs.

Cet objectif général se décline en objectifs spécifiques aux deux familles de défis qui seront proposés aux participants :

  • Créer du lien entre les documents : permettre de nouvelles fonctionnalités de navigation, d’exploration et de consultation qui répondraient aux nombreux usages des publics, qu’ils soient professionnels de santé ou non.
  • Structurer et représenter la connaissance médicale : proposer des méthodes de représentation du positionnement des produits de santé dans leur environnement, des règles qui s’y appliquent et des relations entre éléments de santé, et structurer l’information pour regrouper des médicaments similaires.

 

Public cible

Le Défi iDoc Santé s’adresse à des profils variés :

  • spécialistes de l’exploitation et de la gestion des connaissances: éditeurs, start-ups, industriels, chercheurs et étudiants en data,
  • professionnels de santé, sociétés savantes, étudiants en santé et formateurs,
  • usagers du système de santé et associations de patients,
  • organismes de recherche,
  • agents des institutions de santé.

 

 

Programme


Inscriptions

Ouverture des inscriptions le 15/04/2022
Pour s’inscrire, veuillez remplir le formulaire disponible en cliquant sur ce lien. La clôture des inscriptions se fera le 28/05/2022.

Le webinaire de lancement aura lieu le 12/05/2022. Il présentera :

  • le contexte et les objectifs du Défi iDoc Santé,
  • les 7 défis auxquels devront répondre les participants,
  • le déroulé et le fonctionnement du Défi, ainsi que des données mises à disposition.

 

Création des équipes et idéation

Une première phase d’idéation invitera les participants à concevoir une solution répondant à un ou plusieurs défis proposés par la HAS et ses partenaires. Pour ce faire, ils devront se constituer en équipes, puis soumettre leur projet à l’équipe du Défi au plus tard le 28/05/2022.

 

Évaluation des projets

Du 30/05/2022 au 01/06/2022, les mentors et les membres du jury feront une première évaluation des projets afin d’éviter des idées hors piste et de fournir des pistes d’amélioration.

 

Prototypage et développement

Du 02/06/2022 à fin septembre, les équipes vont prototyper et développer la solution proposée. Des épreuves espacées de quelques semaines jalonneront le temps du Défi afin de proposer aux participants de se concentrer sur certains aspects importants du développement et sur la présentation de leur solution. À l’issue de chaque épreuve, un rendez-vous de la communauté sera l’occasion de rencontrer les autres équipes, l’ensemble des mentors et l’équipe du Défi iDoc Santé, ainsi que d’assister et participer à des animations ludiques.

  • Épreuve 1 : Étude d’opportunités
  • Épreuve 2 : Organisation macro et division en sous-tâches
  • Épreuve 3 : Organisation et animation du travail en équipe
  • Épreuve 4 : Représentation visuelle de la solution
  • Épreuve 5 : Vidéo de démonstration
  • Épreuve 6 : Pitch de présentation

Les équipes auront jusqu’au 30/09/2022 pour développer leur projet.

 

Fin du Défi

Chaque équipe présentera son projet devant le jury le 05/10/2022. À la fin de la journée, une cérémonie de clôture sera organisée en présentiel ou en distanciel, selon l’évolution de la situation sanitaire.

 

Partenaires

Aux côtés de la HAS, l'Institut National du Cancer (INCa), le ministère chargé de la Santé et l'Agence du Numérique en Santé (ANS) sont partenaires du Défi iDoc Santé : ils apportent des défis, des données, des mentors et proposent un membre du jury.

 

Données

Les participants au Défi auront accès, sur la page dédiée de data.gouv.fr, aux données mises à disposition par la HAS et l’INCa.

La HAS met à disposition :

  • un export des métadonnées des publications disponibles sur le site web de la HAS,
  • l’ensemble des publications sous forme de fichiers PDF, et l’extraction du texte pour une partie des documents.

L’INCa met à disposition :

  • leurs publications,
  • plusieurs fiches de Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) fictives.

Le ministère chargé de la Santé met à disposition :

 

Les défis

Créer du lien entre les documents

Défi 1A : Identifier les paragraphes de documents de référence se rapportant à une situation clinique
  • Contexte
    • Trouver l’information la plus pertinente pour une situation clinique représente un investissement en temps pour les professionnels de santé, qui doivent soit rechercher puis parcourir laborieusement plusieurs documents institutionnels de référence, soit recourir à des contenus retravaillés par des courtiers de connaissances. Proposer un outil permettant à un professionnel ou à un patient d’accéder très rapidement aux éléments de réponse adéquats à une question de santé précise représenterait un grand pas en avant pour la diffusion et l’usage des connaissances.
  • Problématique
    • Au regard d’une situation clinique décrite dans des extraits de dossiers médicaux fictifs, comment trouver les paragraphes des guides et recommandations les plus proches de la situation clinique décrite ?
  • Premières pistes
    • À l’aide de documents cliniques fictifs non structurés (compte-rendu d’hospitalisation, synthèse médicale, etc.), des recommandations et guides de l’INCa et de la HAS, ainsi que de technologies existantes (comme https://www.sbert.net/ ou https://explosion.ai/blog/healthsea/), développer une solution (par exemple un moteur de recherche en langage naturel) permettant de retrouver les paragraphes des documents de référence institutionnels qui se rapportent à la situation clinique.
 
Défi 1B : Impact d’une nouvelle publication sur le corpus existant : cas d’usage d’un nouvel avis de la commission de la transparence
  • Contexte
    • La connaissance scientifique n’est pas immuable, elle est faite d’évolutions, d’innovations et de progrès. De nouvelles publications de la HAS ou de l’INCa peuvent avoir un impact sur des publications antérieures. Or, il n’est pas souhaitable que des pratiques médicales moins efficaces perdurent. Beaucoup d’internautes accèdent aux publications de la HAS via un moteur de recherche et peuvent donc être orientés vers des pages qui, bien qu’elles soient encore en ligne, sont obsolètes. La nécessité de mettre en avant l’état de l’art de la connaissance doit inciter à mettre à jour ou à déréférencer les documents obsolètes.
  • Problématique
    • Comment déterminer l’impact de la publication d’un nouvel avis de la commission de la transparence sur l’ensemble du corpus de documents de référence publiés ? Comment rendre visible cet impact à l’échelle d’un passage d’un document ?
  • Premières pistes
    • Trouver les bons outils et créer une méthode permettant d’évaluer le besoin d’actualisation du contenu d’une publication de référence doit amener à identifier plus facilement les documents qui, au sein du corpus, sont impactés par une nouvelle publication. La solution proposée devra permettre à la fois de mettre en évidence les contenus (ou parties de contenus) impactés par un nouveau document, mais également d’identifier plus simplement la répercussion sur l’ensemble des documents et donc d’identifier ceux potentiellement à mettre à jour.
 
Défi 1C : Relier une fiche RCP au bon document de bonnes pratiques
  • Contexte
    • Les réunions de concertation pluridisciplinaires (RCP), organisées en oncologie, sont tracées dans des fiches contenant à la fois des éléments cliniques et des décisions de prise en charge thérapeutique. L’identification automatique, en amont de la RCP, des documents de bonnes pratiques ou guides se rapprochant au mieux de la situation clinique, permettrait d’éclairer les décisions cliniques.
  • Problématique
    • Comment faire le lien entre les éléments cliniques (résumés, dossiers, imagerie) et l’ensemble des documents de bonnes pratiques ? Comment mesurer le niveau de pertinence d’un référentiel de bonne pratique au regard de la situation d’une RCP ?
  • Premières pistes
    • Au sein de fiches fictives de RCP, identifier un ensemble de paramètres (stade du diagnostic, caractéristiques moléculaires de la tumeur, etc.) permettant la mise en relation avec les recommandations et guides de l’INCa et de la HAS.
 

Structurer la connaissance médicale

Défi 2A : Positionner les dispositifs médicaux (DM) par rapport à l’ensemble des objets de connaissance produits par la HAS
  • Contexte
    • Les informations publiées sur les dispositifs médicaux (DM) ne sont pas aussi formalisées que celles relatives aux médicaments. Ces informations ne sont par ailleurs pas représentées de façon explicite dans aucun autre document à disposition. Prenons l’exemple d’un dextromètre connecté, dispositif médical visant à mesurer le glucose sanguin pour des patients diabétiques. Ce DM ne peut pas fonctionner seul, son utilisation nécessitant des bandelettes spécifiques ainsi que l’installation d’une application sur un smartphone. Les informations concernant ce dispositif et son utilisation médicale se trouvent dans des documents de la HAS, de la CNAM et également dans le catalogue du constructeur. Il est ainsi compliqué pour un patient ou un professionnel de santé de se faire rapidement une idée générale sur ce qu’implique l’adoption de ce dispositif pour traiter un diabète.
  • Problématique
    • Comment représenter le positionnement des dispositifs médicaux prescrits et les remettre au cœur de leurs relations avec les pathologies, les symptômes, les actes médicaux, les autres dispositifs médicaux et les médicaments ? 
  • Premières pistes
    • Cette représentation doit permettre à des professionnels de santé de se voir proposer différents liens entre des pathologies (ou situations cliniques) et des dispositifs médicaux adaptés. Aussi participerait-elle à attirer l’attention de ces mêmes professionnels sur l’intérêt et la dépendance mutuels des dispositifs médicaux, à l’image du dextromètre pour les patients diabétiques. Si besoin, ce défi pourra se limiter à une sous-catégorie de dispositifs médicaux, par exemple les pacemakers, les valves cardiaques prothétiques, les endoprothèses vasculaires ou les dispositifs impliqués dans le contrôle glycémique. Une attention particulière devra être portée sur l’ergonomie de la solution proposée, qui constitue un élément central de ce défi.
 
Défi 2B - Positionner les médicaments par rapport à l’ensemble des objets de connaissance produits par la HAS
  • Contexte
    • Les médicaments font l’objet de nombreuses nomenclatures qui permettent de les rattacher à un principe actif, une spécialité pharmaceutique, une indication, etc. Cependant, il n’existe pas de moyens permettant de relier un médicament à l’ensemble des informations de santé qui l’entourent. Ces liens multiples, de natures différentes, pourraient être décrits, formalisés et représentés de manière à avoir un panorama complet autour d’un médicament et ainsi offrir une vision heuristique aux professionnels de santé.
  • Problématique
    • Comment représenter le positionnement d'un médicament dans une stratégie thérapeutique pour un professionnel de santé, c'est-à-dire sa relation avec les autres médicaments, les symptômes, pathologies, tests biologiques/génériques, dispositifs d’administration, etc. ?
  • Premières pistes
    • Pour le professionnel de santé, il s’agira de lui montrer les différentes relations entre un médicament et une pathologie (indication, contre-indication, non-indication, effets secondaires) mais aussi de rendre visibles les relations entre médicaments (potentialisation, antagonisme, interaction, allergie croisée, succession, substituabilité, association par protocole) et avec des concepts liés à la médecine personnalisée (tests biologiques [taux sanguin, dosages fonctionnels, enzymes de métabolisation, mutations tumorales etc.], tests génomiques, voies d’administration spécifiques, chronobiologie etc.). Une attention particulière devra être portée sur le caractère intuitif et ergonomique de la solution.
 
Défi 2C - Élaborer un indicateur de complexité de la prescription, de la dispensation ou de l’administration d’un médicament, permettant ainsi d’identifier les situations où l’appui par un outil informatique est souhaitable
  • Contexte
    • Parallèlement à la mise à disposition de nouveaux produits de santé et aux changements du monde de la santé, le paysage législatif et réglementaire s’adapte et se complexifie. Cet enrichissement médical et réglementaire rend le travail des professionnels de santé plus compliqué et augmente l’exposition de responsabilité. Le cas particulier de la prescription médicamenteuse dans des situations très spécifiques peut servir de point de départ à ce défi (exemple : traitement par CAR-T cells).
  • Problématique
    • Comment évaluer le degré de complexité de la prescription, de la dispensation ou de l’administration médicamenteuse afin d'objectiver la difficulté de l'exercice des professionnels de santé à assurer la conformité médicale et réglementaire ? 
  • Premières pistes
    • Il s’agit dans ce défi de proposer une mesure de la complexité de la prescription, de la dispensation ou de l’administration médicamenteuse, conséquente à l’accumulation des connaissances médicales et des contraintes réglementaires qui s’y appliquent. Il pourra s’agir d’offrir des indicateurs (nombre d’éléments réglementaires, nombre de nœuds, diversité des champs sémantiques, profondeur d’une arborescence, etc.) ou des représentations qui permettent la prise de conscience de cette complexité, dans l’objectif d’une clarification de l’organisation des contenus scientifiques, par les éditeurs de revues, par les concepteurs d’outils numériques et par les acteurs de la régulation. Un autre objectif est l’identification de situations d’utilisation des médicaments qui impliquent de fait l’usage d’un système d’information, en raison de l’obligation de tracer une décision nécessairement partagée, en relation avec l’obligation de structuration d’informations sur la situation clinique ou pour appuyer la décision médicale (pour déterminer la posologie, par exemple).
 
Défi 2D - Équivalence entre médicaments
  • Contexte
    • Pour décrire les médicaments, il existe actuellement plusieurs nomenclatures (médicament virtuel, CIP/CIS, UCD, ATC, etc.) et un ensemble d’informations non structurées relatives aux indications thérapeutiques, aux contre-indications, aux modalités d’utilisation et aux effets indésirables. Certaines situations nécessitent de pouvoir remplacer un médicament par un autre : rupture d’approvisionnement, constitution d’un livret thérapeutique, conciliation, prescription transfrontalière, etc.
  • Problématique
    • Afin de renforcer et d'élargir le principe de substitution d'un médicament, comment extraire et structurer l'information des documents de référence (résumés des caractéristiques de produit (RCP), avis de la commission de la transparence, recommandations de bonne pratique, etc.) pour regrouper les médicaments similaires ou pour estimer un “degré de substituabilité” ?
  • Premières pistes
    • L’enjeu de ce défi consiste à formaliser le contenu des RCP et avis de la CT et de structurer ces informations de manière à faciliter le travail des prescripteurs et des dispensateurs. La solution devra suggérer en quoi les médicaments sont équivalents et sourcer les documents (ou même les parties de documents) qui motivent cette décision.
 

Vidéo de la réunion de lancement

Regarder le replay vidéo de la réunion de lancement du défi

 
 
Retrouvez le règlement du concours, la liste des mentors et plus d’information sur le site du Défi iDoc Santé.