Share Print

Substituts osseux

Web page - Posted on Nov 10 2015

Point de vue du Pr Didier Mainard

Les chirurgiens orthopédistes sont souvent confrontés aux pertes de substance osseuse. Celles-ci peuvent être d’étiologies très diverses, chacune ayant des spécificités qui influeront sur le choix de la méthode de comblement, afin d’obtenir une consolidation osseuses de qualité. En dehors de certaines techniques particulières, le chirurgien a actuellement à sa disposition un large éventail de substituts de nature et d’origine très variées : humaine, animale voire minérale ou chimique et synthétique.

Aucune définition réglementaire, technique ou professionnelle ne caractérise un substitut osseux. Le Gesto, devenu Sofrot, a pris l’initiative d’une définition qui fait référence : « peut être considéré comme substitut osseux tout biomatériau d’origine humaine, animale, végétale ou synthétique, destiné à l’implantation chez l’homme, dans la perspective d’une reconstitution du stock osseux, par le renforcement d’une structure osseuse ou le comblement d’une perte de substance osseuse d’origine traumatique ou orthopédique ». Cette définition s’est complétée pour y inclure tous les produits issus de l’ingénierie tissulaire.

La validation clinique d’un substitut, qui relève d’études prospectives et comparatives, est difficile et coûteuse à mettre en place. Cependant les combinaisons de techniques et modes de comblement qui se multiplient aux travers d’expériences personnelles, échappent à une appréhension rationnelle, même si elles rapportent des résultats intéressants. Un mode de comblement osseux nouvellement apparu, ne remplace pas obligatoirement ceux employés jusqu’alors, tant qu’il n’est pas validé.

Les substituts osseux doivent satisfaire à un cahier des charges exigeant. Le premier critère obligatoire est celui de la biocompatibilité et de la bonne tolérance par l’organisme du substitut et de ses produits de dégradation. Ils doivent être facilement disponibles, de travail et de manipulation aisés et d’un coût accessible. D’autres propriétés peuvent être souhaitées : bioactivité, induction osseuse, qualité mécanique, résorbabilité… Les différents substituts actuellement disponibles, satisferont plus ou moins complètement aux critères souhaités.

Près d’une centaine de substituts osseux, répartis en grandes familles sont recensés sur le marché français dans la monographie du Gesto. Le choix d’un substitut tiendra compte des propriétés spécifiques de sa famille d’appartenance et du rapport avantages/inconvénients qui lui est propre. Il sera également possible de privilégier certaines propriétés particulières. La taille et la forme seront choisies en fonction des spécificités de l’indication, du volume à combler du site d’implantation. Le choix d’un substitut osseux ne peut être univoque quelles que soient ses caractéristiques, ses propriétés ou ses qualités. Un substitut osseux particulier ne peut satisfaire toutes les indications. Les substituts osseux disponibles répondent à de nombreuses situations cliniques. Cependant ils restent à l’heure actuelle peu adaptés aux milieux septiques ou avasculaire, ou aux pertes osseuses de grand volume en particulier sous forte contrainte biomécanique.

Le domaine des substituts osseux est actuellement en plein essor et de nouvelles générations de substituts osseux apparaîtront dans l’avenir, apportant des propriétés nouvelles par l’association à des molécules actives, ou issues de la thérapie cellulaire, de l’ingénierie tissulaire voire de la thérapie génique.

Le 11 novembre 2014
Pr Didier Mainard – CHU Nancy – Sofrot

Déclaration d'intérêts
Consultez la déclaration d'intérêt du Pr Didier Mainard

Les propos tenus dans cet article sont sous la responsabilité de leur auteur.

- Les substituts de l’os, du cartilage et du ménisque en 2013. Mainard D, Gouin F, Chauveaux, Martinache I, Rosset P. Romillat Edit, Paris, 2013
- Les substituts osseux. Mainard, D. Encyclopédie médicochirurgicale, Elsevier Masson Edit, 14-015-B-10, 2013
- Dispositifs médicaux et progrès en orthopédie. Monographie du Snitem, 2014.

See also

All our publication