Share Print

Arthroscopie

Web page - Posted on Nov 09 2015

Explications du Dr Olivier Courage, Président de la Société française d’arthroscopie (SFA)

L’arthroscopie n’est pas seulement une technique, c’est un état d’esprit. L’utilisation de fibres optiques, de caméras, d’écrans, et d’instruments de plus en plus sophistiqués pour traiter nos patients est sans doute le point qui unit les chirurgiens de la Société française d’arthroscopie (SFA).  Lors de la création de cette société en 1980, les fondateurs ne se doutaient probablement pas qu’elle prendrait un tel essor et qu’elle serait toujours aussi dynamique, sans une ride, après plus de trente ans.

L’arthroscopie est une technique exigeante qui justifie un apprentissage particulier. La théorie est importante. Pour cet enseignement, 2015 est une grande année puisque nous venons de sortir notre 3e édition du livre « Arthroscopie ». L’enseignement se fait au sein du DIU avec des séminaires pour les étudiants qui se font partout en France, avec participation de chirurgiens du privé. Pour la pratique, nous avons nos cours à l’Ircad (Institut de recherche contre le cancer de l’appareil digestif) de Strasbourg sur pièces anatomiques, mais aussi  de nombreux terrains de stage sont proposés à l’hôpital et en clinique, et ce depuis la création en 1995. L’ouverture aux enseignants du privé est une originalité et une richesse pour les étudiants. Cet enseignement est en pleine mutation avec l’apparition des techniques d’enseignement virtuel qui seront une étape dans la formation.

Depuis 4 ans nous avons une session d’enseignement spéciale pour les jeunes au printemps dans le merveilleux site de l’école de médecine du Val de Grâce. Cette année au congrès de Grenoble, une session propre par les jeunes et pour les jeunes est initiée.

Les interventions faites sous arthroscopie sont en évolution constante, nous en sommes maintenant à la butée d’épaule entièrement sous arthroscopie, mais aussi à la ligamentoplastie de cheville, aucune articulation n’est à la traîne de cette évolution. La SFA lors de ces congrès permet de prendre le temps nécessaire pour évaluer ces techniques sur un plan scientifique et ainsi d’apprécier le bénéfice/risque.

Ces évolutions ne sont pas uniquement  techniques, elles sont bénéfiques pour les patients. Nous avons réduit les temps d’hospitalisation. Le ligament croisé du genou peut se faire maintenant en ambulatoire. Là aussi un symposium, à notre prochain congrès permettra d’évaluer cette évolution. L’apport de l’arthroscopie a été considérable pour l’ambulatoire.

Notre société est gérée par un bureau jeune et dynamique cela nous a permis de faire évoluer notre site internet et de se lancer dans les congrès virtuels. Depuis deux ans, une Journée recherche est aussi proposée à nos congressistes.

Notre société est maintenant reconnue à l’étranger, nous avons été la nation invitée aux congrès de l’Aana (société Nord-Américaine d’arthroscopie), nous avons développé des partenariats fort avec l’Aga (société germanique), la SMA (société marocaine), et la Tssas (société tunisienne). La prochaine étape est de devenir la société francophone d’arthroscopie. L’ouverture et le partage nous feront progresser encore !

Le 10 novembre 2015
Dr Olivier Courage – Président de la Société française d’arthroscopie

Les propos tenus dans cet article sont sous la responsabilité de leur auteur.