icone-retour-accueil  > Les pratiques  > Gynécologie obstétrique  >  Projet de grossesse : consultation préconceptionnelle

Projet de grossesse : consultation préconceptionnelle

08.02.2012

La consultation prénuptiale n’existe plus depuis 2007, mais toutes les femmes et les couples devraient bénéficier, en période préconceptionnelle, d’informations, de messages de prévention et d’interventions adaptées, pour maintenir ou améliorer leur santé et éviter des complications obstétricales. Cette consultation peut être menée par un médecin généraliste, un gynécologue-obstétricien, un gynécologue médical et une sage-femme. Elle est proposée lors d’une demande d’arrêt d’une contraception ou en réponse aux demandes spontanées d’une femme ou d’un couple qui a un projet de grossesse, ou encore dans le cadre d’un suivi gynécologique régulier en particulier lors du renouvellement d’une contraception.
Outre l’examen clinique habituel, certains examens biologiques sont proposés : détermination du groupe sanguin si la femme ne possède pas de carte avec deux déterminations ; examens sérologiques de la toxoplasmose et de la rubéole en l’absence de preuves écrites d’immunité ; sérologie VIH (qui sera proposée aussi au partenaire).
Au cas par cas, une sérologie des hépatites B et C ou de la syphilis peut aussi être proposée. De même, des conseils d’hygiène de vie peuvent être prodigués à la suite d’une analyse des éventuels facteurs de risque liés au mode de vie (tabac, alcool, alimentation et exercice physique, automédication, pénibilité du travail, risques professionnels, etc.). Il faut aussi vérifier que le carnet de vaccination est à jour et, si besoin, proposer avant la grossesse un rattrapage pour la coqueluche ou la rubéole. Enfin, en cas de projet de grossesse, la prescription de folates à la dose de 400 μg/jour doit être prescrite. Elle sera prolongée jusqu’à la 12e semaine d’aménorrhée.

La consultation préconceptionnelle est un sujet d’actualité qui a fait l’objet du 1er Congrès européen « Preconception care » à Bruxelles les 7, 8 et 9 octobre 2010. À l’issue de ces journées, des recommandations générales (5)* et spécifiques (22)** ont été émises. Elles sont disponibles sur le site internet « The 1st European Congress 2010 on Preconception Care and Health ».
 
La période concernée par les soins préconceptionnels n’est pas facilement cernable. Cette incertitude impose la réalisation d’outils (campagnes d’information) pour toute la population en âge de reproduction afin de les informer de l’importance de cette consultation préconceptionnelle.

 

Pr Francis Puech - Président du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF)

Déclaration d'intérêts
Consultez la déclaration publique d'intérêts du Pr Puech

Les propos tenus dans cet article sont sous l'entière responsabilité de leur auteur.

 

* Identifier au niveau de chaque pays des personnes responsables qui puissent conduire les actions à mener dans ce domaine (recherche, recherche opérationnelle, actions concrètes).

** Avoir un consensus entre les différents gouvernements européens concernant l’enrichissement de la farine en acide folique (Flour Fortification), dont les effets ont été prouvés et qui constitue la méthode la plus efficace pour réduire le taux d’anomalies du tube neural, une des affections congénitales les plus fréquentes.

** Sensibiliser les endocrinologues et les neurologues qui prescrivent des médicaments potentiellement tératogènes :
a. Sur l’importance des soins préconceptionnels et sur le fait que toute femme en âge de reproduction est susceptible de devenir enceinte à tout moment.
b. Sur l’importance d’une prise en charge rigoureuse d’affections telles que le diabète et les anomalies thyroïdiennes surtout en période préconceptionnelle.

Nous contacter