Rechercher

Revues de mortalité et de morbidité (RMM) pluriprofessionnelles en ambulatoire - Expérimentation HAS-CEPPRAL 2011-2013

Mis en ligne le 20/03/14

Promouvoir la culture de sécurité dans le secteur ambulatoire


La HAS et le CEPPRAL ont expérimenté les revues de mortalité et de morbidité (RMM) pluriprofessionnelles en ville entre 2011 et 2013. L'expérimentation visait à tester la faisabilité et l’acceptabilité, l’utilité et l’efficacité de groupes type RMM, de proximité, pluriprofessionnels, centrés sur l’analyse des évènements indésirables (EI) en pratique ambulatoire, en pointant les obstacles et les leviers pour faciliter une éventuelle généralisation ultérieure de tels groupes.

Les enseignements de cette expérimentation sont présentés dans un rapport et 8 points clé qui permettent d'accompagner les professionnels désireux de mettre en œuvre cette démarche et de promouvoir une culture de sécurité dans le secteur ambulatoire.


RMM Pluriprofessionnelles ambulatoires - 8 points clés

 

1- Des évènements indésirables liés aux soins de ville surviennent tous les jours. Leur analyse méthodologique, systémique, en RMM, par des groupes pluriprofessionnels, au moyen d’outils validés, permet de mettre en place des actions d’amélioration qui tendent à les éviter

 

2- L’expérience menée par des groupes pilotes met en exergue les problèmes de communication entre professionnels de santé comme cause à une majorité d’évènements indésirables.

 

3- Les groupes doivent intégrer en priorité des médecins généralistes, infirmiers pharmaciens, masseurs-kinésithérapeutes, biologistes et des représentants de patients ; est associé par ailleurs, selon la situation, tout autre professionnel de santé impliqué dans l’évènement analysé.

 

4- Le groupe pluriprofessionnel permet de mieux appréhender le métier et les problématiques spécifiques des autres professionnels de santé concernés par le patient, de reconnaître la place de chacun dans le parcours de soins, de déculpabiliser les acteurs impliqués dans l’évènement indésirable et d’ouvrir la discussion. L’analyse faite par la complémentarité et la richesse des regards et échanges pluriprofessionnels croisés permet de trouver des solutions partagées, par exemple l’élaboration de protocoles de prises en charge coordonnées

 

5- Il faut savoir être modeste et non exhaustif ; la faisabilité, l’applicabilité et l’utilité impliquent de cibler les points les plus critiques dans lesquels l’ensemble des professionnels se reconnaissent et pour lesquels une amélioration est attendue et réalisable par tous, chacun dans son champ d’exercice. La motivation à continuer passe par l’atteinte des objectifs fixés. 

 

6- Il semble plus facile de créer un groupe pluriprofessionnel de novo que d’étendre un groupe mono professionnel existant. Pour des groupes d’analyses de pratiques existants, mono professionnels, il est suggéré de rentrer dans la démarche en programmant dans l’année quelques réunions ciblées sur l’analyse des évènements indésirables, en associant à cette occasion d’autres professionnels de santé, impliqués dans les prises en charge analysées

 

7- La qualité de l’animation, le respect de la méthodologie, une confidentialité absolue, un outil d’analyse systémique stabilisé et le respect réciproque des différents professionnels entre eux sont les garants de l’efficacité et de la pérennité de ces RMM pluriprofessionnelles.

 

8- Pour participer à un groupe RMM PPa, il peut être utile de se renseigner auprès des instances ressources pour connaître l’existence de groupes déjà constitués et/ou pour en initier des nouveaux. Citons notamment les ARS, les URPS, les Ordres professionnels, les Structures Régionales d’Appui (SRA), les Organismes de DPC.

 

Documents

En savoir +

Mots clés