English version

Développer la qualité dans le champ
sanitaire, social et médico-social

Recherche

Avancée
impression
Fiche bon usage des médicaments

Quelle place pour les agonistes dopaminergiques dans le syndrome des jambes sans repos ?

Date de validation
avril 2014

  • Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) est une maladie de diagnostic souvent difficile, qui est en général peu sévère. Le plus souvent, son traitement est hygiéno-diététique.
  • Seules les formes très sévères sont responsables de perturbations importantes du sommeil et/ou d’un retentissement marqué sur la vie quotidienne.
  • Des agonistes dopaminergiques ont une AMM dans les formes modérées à très sévères du syndrome des jambes sans repos idiopathique : Sifrol® (pramipexole) comprimés 0,18 mg et Neupro® (rotigotine) dispositifs transdermiques 2 mg/24 h1.
  • Cependant, le bénéfice observé dans cette indication est modeste, de pertinence clinique discutable, et son maintien à long terme n’est pas démontré (excepté, semble-t-il, pour la rotigotine dans une étude). Par ailleurs, les effets indésirables peuvent être graves : troubles du comportement ou aggravation paradoxale des symptômes, imposant l’interruption rapide du traitement.
  • Ainsi, les agonistes dopaminergiques n’ont démontré d’intérêt clinique que dans les formes très sévères de SJSR. Il faut donc éviter d’exposer à ces médicaments des patients ayant une forme moins grave du SJSR.

Documents

Documents d'avis

Mis en ligne le 15 Apr 2014
Le Webzine de la HAS
Accès au Webzine de la HAS

Vos interlocuteurs

Évaluation des médicaments

medicament Rechercher un médicament

 medicaments.social-sante.gouv.fr