English version

Développer la qualité dans le champ
sanitaire, social et médico-social

Recherche

Avancée
impression
Outil d'amélioration des pratiques

Comment mettre en œuvre la réhabilitation respiratoire pour les patients ayant une bronchopneumopathie chronique obstructive ?

Date de validation
mai 2014

La réhabilitation (ou réadaptation) respiratoire (RR) est une des composantes principales du traitement non médicamenteux des patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Tous les patients pour qui elle serait indiquée n’y ont pas accès et les ressources sur le territoire sont hétérogènes. Cette fiche vise à clarifier les modalités de sa prescription et de réalisation.

Point clés

  • La réhabilitation respiratoire (RR) doit être prescrite dès que le patient présente une dyspnée, une intolérance à l’exercice ou une diminution de ses activités quotidiennes malgré un traitement médicamenteux optimisé. Dans ces indications, elle améliore la capacité d’exercice et la qualité de vie, réduit la dyspnée, l’anxiété et la dépression liées à la BPCO, et diminue le nombre d’hospitalisations.
  • Elle peut également être prescrite après une hospitalisation pour exacerbation de BPCO, situation où elle pourrait réduire la mortalité.
  • L’accès à la réhabilitation respiratoire peut être optimisé :
    • en proposant au patient des modalités qui répondent à ses contraintes ;
    • en favorisant la réhabilitation en ambulatoire et à domicile.
  • Tous les professionnels de santé participent à l’éducation thérapeutique du patient et de son entourage. Celle-ci nécessite une organisation en équipe. En outre, des actions d’accompagnement peuvent être  menées par les associations de patients.
  • Le maintien des bénéfices à long terme est essentiel. Pour cela :
    • l’activité physique 3 à 5 fois par semaine pendant 30 à 45 minutes doit être intégrée dans la vie quotidienne (vélo, marche, escaliers, etc.) ; sa pratique peut être stimulée par les associations sport santé et les associations de patients ;
    • il est important d’identifier le risque de mauvaise observance afin de motiver le patient.
  • L’évaluation de l’efficacité de la RR dans la durée repose sur le suivi des paramètres suivants : échelle de dyspnée, test de tolérance à l’effort, questionnaire de la qualité de vie, dépression, anxiété, etc.
  • Le suivi coordonné en équipe de santé primaire est nécessaire à toutes ces étapes et peut être aidé par des protocoles pluri-professionnels.

 

> La fiche points clés et solutions au format web

 

Documents

Version Anglaise

Mis en ligne le 03 juil. 2014