English version

Développer la qualité dans le champ
sanitaire, social et médico-social

Recherche

Avancée
impression

Approches thérapeutiques non médicamenteuses

Les approches thérapeutiques sont nombreuses et adaptables aux besoins et contexte de chaque personne. S’inscrivant dans une perspective ponctuelle ou durable, elles doivent toujours être préférées au traitement médicamenteux qu’on envisage d’instaurer ou de poursuivre.

Diverses pratiques et méthodes sont proposées depuis longtemps. Certaines techniques sont orientées vers les troubles du comportement ou vers l’inconfort des personnes. Peu s’adressent spécifiquement aux troubles du comportement chez des personnes présentant un handicap lié à une lésion cérébrale précoce.

Peu d’études rigoureuses évaluent donc leur efficacité dans ce cadre. Lorsqu’elles existent, ces évaluations sont conduites par des professionnels attentifs à une considération globale de la personne et sont, le plus souvent, intégrées dans un projet plus large de soins et d’amélioration du bien-être des sujets.

Ces activités peuvent cependant réduire les troubles du comportement, améliorer le bien-être de la personne, ses capacités motrices ou sensorielles, ses aptitudes sociales, etc.


►  Interventions ciblant le comportement

  • Intervention combinée auprès des parents, des enfants et des professionnels.
  • Interventions centrées sur les parents :
    • entraînement parental ;
    • accompagnement actif (coaching) des parents ;
    • conseils aux parents (parents counselling) ;
    • information et éducation des parents.
  • Interventions centrées sur la personne concernée :
    • thérapie comportementale ;
    • thérapie cognitivo-comportementale ;
    • context focused therapy ;
    • interventions multimodales type « Home » programmes ;
    • early interventions ;
    • group discussion ;
    • social stories.

 

►  Activités globales

  • Musicothérapie, art-thérapie ou thérapie à médiation artistique, équi/hippothérapie, etc.
  • Thérapie par le jeu.
  • Activités de rééducation et de réadaptation :
    • masso-kinésithérapie ;
    • orthophonie.
  • Techniques de médiation spécifique :
    • stimulation sensorielle et Snoezelen[1] ;
    • stimulation basale[2] ;
    • thérapies à médiation corporelle.

 

►  Mesures d’apaisement ou de prévention (MAP)

Divers principes de prise en charge et d’approche peuvent être appliqués au quotidien par tous. Ils reposent le plus souvent sur le bon sens et l’attention portée à la personne en souffrance.

  • Organisation de « temps calmes » ou de routines.
  • Techniques d’approches relationnelles :
    • la compensation par le plaisir ;
    • la décontraction physique ;
    • la diversion ;
    • l’effusion et le contact corporel ;
    • les déplacements.

 

C

Il convient de proposer aux parents une éducation et un accompagnement actif (coaching) parental.

AE

Il est nécessaire d’identifier, pour les valoriser et les partager, les techniques intuitives mises en place par l’entourage, qui ont permis d’endiguer les troubles du comportement au quotidien.

Trois types d’approches non médicamenteuses sont à privilégier selon les besoins du patient, les possibilités et ressources accessibles :

  • les mesures d’apaisement ou de prévention (MAP) ponctuelles ou rituelles qui tranquillisent (organisation de « temps calmes », compensation par le plaisir, décontraction physique, diversion, enveloppement, effusion et contact corporel, déplacement, etc.) ; inscrites dans la durée, elles peuvent prendre la forme de psychothérapies ;
  • les activités globales traditionnelles culturelles, sociales, physiques et sportives qui améliorent le bien-être, favorisent l’expression de la motricité et de la sensibilité, sollicitent la créativité et développent les aptitudes sociales (sport adapté ou non, clubs, musicothérapie, art-thérapie, hippothérapie, etc.).
  • les prises en charge rééducatives à fort potentiel relaxant (ergothérapie, kinésithérapie, psychomotricien, etc.) et les techniques de médiation spécifiques (communication améliorée et alternative, stimulation sensorielle et Snoezelen, stimulation basale, thérapie à médiation corporelle, etc.).

Lorsque la prise en charge s’inscrit dans la continuité, il est recommandé d’établir un relevé des mesures efficaces pour la personne et selon le contexte.

Dans tous les cas, il convient de favoriser l’inclusion sociale de la personne concernée (enfant ou adulte) parmi ses pairs et auprès des professionnels.

 



[1]Pratique consistant en la création d’un environnement fermé et rassemblant plusieurs dispositifs d’éveil ou de stimulation sensorielle (musique douce, lumières variées mais de faible intensité, matériaux offrant un toucher agréable, etc.).

[2] Technique proposant d’exploiter les ressources spécifiques de chaque personne et de s’appuyer sur ces ressources pour faire entrevoir de nouvelles possibilités d’usage du corps ou des sensations. Le but est de simplifier les perceptions élémentaires du sujet dans son environnement et de lui donner les moyens de mieux les intégrer.



Mis en ligne le 08 déc. 2014