icone-retour-accueil  > En Établissements  >  Une expérimentation de la méthode du patient-traceur en établissement de santé (ES). 13 ES se sont lancés !

Une expérimentation de la méthode du patient-traceur en établissement de santé (ES). 13 ES se sont lancés !

19.01.2015

La Haute Autorité de santé a mis en place une expérimentation de la méthode du patient-traceur telle que définie dans le guide expérimental « Le patient-traceur en établissement de santé : méthode d’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins ». L’expérimentation s’est déroulée entre le 20 février (date de la réunion de lancement) et le 20 juin (date de la réunion de clôture).

Elle a fait appel à des établissements de santé qui se sont spontanément portés candidats en faisant connaître à la HAS leur souhait d’utiliser la méthode ou de participer à une expérimentation. Treize établissements de santé parmi 22 ont été retenus de statuts divers et de différentes régions.

Les objectifs

Les objectifs opérationnels poursuivis lors de la phase d’expérimentation étaient de :
-       tester la méthode ;
-       tester le guide et identifier les éventuelles modifications devant lui être apportées afin de le finaliser ;
-       recueillir des retours d’expérience ;
-       permettre l’appropriation de la méthode par les établissements qui participent à l’expérimentation et diffuser la méthode auprès des établissements de santé et notamment des équipes.

 

Établissements de santé

Région

Statut

1

CH d'Aix

PACA

Public

2

CHU d'Angers

Pays de la Loire

Public

3

ATIR Avignon

PACA

Privé lucratif

non

4

Centre Henri Becquerel (CLCC)

Haute Normandie

CLCC

5

Association l'Élan retrouvé

Ile-de-France

Privé lucratif

non

6

CRF Ellen Poidatz

Ile-de-France

Privé lucratif

non

7

CH du Mans

Pays de la Loire

Public

8

Clinique Natecia

Rhône-Alpes

Privé lucratif

9

CH Ravenel

Lorraine

Public

10

Clinique Saint-Jean

Languedoc-Roussillon

Privé lucratif

11

Hôpitaux de Saint-Maurice

Ile-de-France

Public

12

Clinique Saint-Odile

Alsace

Privé lucratif

non

13

CHU de Tours

Centre

Public


Ces établissements devaient mettre en œuvre au moins 3 évaluations « patients-traceurs » et faire participer les représentants des usagers et la Commission des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge (CRUQPC) à l’expérimentation.

Un bilan de l’utilisation du guide et de la mise en œuvre de la méthode (document restituant les points forts, les difficultés et les propositions d’amélioration) ainsi que des posters établis selon la maquette fournie par la HAS, restituant les retours d’expérience par patient-traceur devaient être produits par les établissements engagés dans cette expérimentation.

Les résultats

50 patients-traceurs ont été réalisés au total, en MCO, en soins de suite et de réadaptation (SSR), psychiatrie-santé mentale, cancérologie et dialyse et ont concerné différents modes de prise en charge. Le patient a été rencontré 47 fois. Les proches de patients adultes ont été rencontrés à quatre reprises. Dix patients-traceurs ont concerné des enfants ou des adolescents ou des bébés. Deux enfants de 13 et 15 ans ont été rencontrés sans leurs parents. Huit enfants ont été rencontrés avec leurs parents.

En moyenne, chaque patient-traceur a donné lieu à entre 4 et 5 actions d’amélioration. La thématique principale en lien avec ces actions d’amélioration a été la continuité et la coordination des soins. Les 9 autres thématiques principales concernées par ces actions d’amélioration ont porté sur le dossier et son informatisation, l’organisation des soins et des prises en charge, l’identification du patient, l’accueil du patient, les droits du patient, la prise en charge médicamenteuse, la prise en charge de la douleur, l’éducation thérapeutique du patient, et la mise en œuvre des check-lists.

L’implication des professionnels

La mise en œuvre des patients traceurs a impliqué les instances, notamment la Commission médicale d'établissement (CME), la Commission des soins infirmiers, de rééducation et médico-techniques (CSIRMT) ou équivalent, la CRUQPC, les professionnels de santé, et les professionnels de la qualité et de la gestion des risques pour le soutien méthodologique.

La rencontre du patient

La rencontre avec le patient, réalisée le plus souvent avant la réunion avec l’équipe, introduit la parole du patient dans le processus d’évaluation. Ce temps est donc d’une grande richesse. L’échange avec le patient permet aux équipes de prendre conscience du décalage possible entre la perception du patient et leur perception en tant que professionnels de santé concernant la prise en charge de ce patient. La rencontre avec le patient nécessite qu’elle soit organisée pour se dérouler dans de bonnes conditions et que le patient soit bien informé des objectifs et de son déroulement et ait consenti à être rencontré. Un binôme avec la présence d’un professionnel formé préalablement aux techniques d’entretien est souhaitable.

La rencontre de l’équipe

Les animateurs pour la rencontre avec l’équipe, intervenant souvent en binôme, ont vécu le plus souvent cette expérience comme fructueuse et positive. Il ressort de cette expérimentation la nécessité que l’animateur soit formé à la méthode, aux méthodes d’évaluation, à la démarche qualité, à l’animation de groupe et à la technique d’audit, et ait une crédibilité sur les prises en charge cliniques.

La méthode donne l’opportunité de décloisonner, de communiquer et donne lieu à des échanges constructifs au sein de l’équipe. Une bonne animation permet d’éviter la survenue de tensions au sein des équipes. Ainsi après avoir adapté la grille d’entretien au patient et aux spécificités de sa prise en charge (la grille peut être enrichie avec des éléments spécifiques liés aux prises en charge) qui sert plus d’aide-mémoire, l’entretien est mené en faisant décrire le processus de prise en charge du patient en s'intéressant, aux interfaces, à la continuité des soins, à la transmission des informations. La grille permet de rappeler des thèmes clés qu'il est important d'évaluer aux différentes étapes de la prise en charge. L’animation de cette réunion s’adapte à la dynamique de l’équipe. 

La satisfaction des professionnels

Elle renforce la cohésion  et la dynamique de l’équipe. Cet échange permet de mesurer le rôle de chacun, la complexité de la chaîne de soins au niveau des interfaces. Elle s’avère être un très bon outil de communication : elle permet à chacun d’exprimer ses difficultés, de proposer des solutions, de partager un langage commun au sein de l’équipe. Elle crée également une opportunité d’échanges avec des professionnels d’autres secteurs, elle permet d’apprendre du travail des autres, de prendre en compte les contraintes des autres collègues d’autres unités. La démarche implique toutes les catégories professionnelles contribuant à la prise en charge du patient. Ce temps d’échange est donc un temps privilégié car il permet aux professionnels d’une équipe de se retrouver et de s’exprimer autour de la prise en charge du patient.

Conclusion

L’expérimentation de la méthode permet d’objectiver que la méthode est bien accueillie par les professionnels de santé. Sous réserve d’être utilisée avec souplesse pour s’adapter aux organisations et spécificités de prises en charge et d’être conduite selon une démarche pédagogique et bienveillante, elle permet aux professionnels d’analyser leur pratique en équipe à partir d’une prise en charge en intégrant le regard du patient dans le processus d’évaluation, en s’intéressant aux interfaces et à la collaboration interprofessionnelle. Il existe une attente forte des professionnels concernant la mise en œuvre effective des actions d’amélioration.


Pour en savoir plus :
consulter le rapport de l’expérimentation et le guide du patient-traceur (décembre 2014). Une sélection d’exemples de patients-traceurs sera mise en ligne après anonymisation de ceux-ci et accord de l’établissement, l’objectif étant de proposer une diversité d’exemples.

Dr Isabelle Rullon - Service développement de la certification

Sommaire

Nous contacter