English version

Développer la qualité dans le champ
sanitaire, social et médico-social

Recherche

Avancée
impression
Évaluation des technologies de santé

Evaluation des tests d’amplification des acides nucléiques (TAAN) recherchant Neisseria gonorrhoeae

Date de validation
novembre 2015

Objectif

L’objectif de ce travail est d’évaluer l’intérêt de la détection du gonocoque (Neisseria gonorrhoeae, NG), germe responsable d’infections sexuellement transmissibles (IST), par un test d’amplification des acides nucléiques (TAAN) chez des patients symptomatiques ou bien des individus asymptomatiques à risque et dans d’autres cas (suivi post-traitement probabiliste, arthrite réactionnelle de l’adulte, bilan d’hypofertilité masculine, suspicion d’infection conjonctivale du nouveau-né) en vue de son inscription sur la liste des actes de biologie médicale pris en charge par le système national d’Assurance maladie, à la demande de celle-ci.

Méthode

La méthode d’évaluation utilisée consiste en une analyse de cohérence entre d’une part le contenu de la demande de l’Assurance maladie et d’autre part les données issues de l’analyse critique de la littérature synthétique identifiées par une recherche documentaire exhaustive puis sélectionnées sur des critères explicites, et de la position argumentée des organismes professionnels interrogés.

Conclusion

Les données ainsi analysées (21 recommandations de bonne pratique et les réponses de cinq organismes professionnels) permettent de conclure que la réalisation d’un TAAN-NG est indiquée :

  • chez les individus symptomatiques, au niveau des sites anatomiques concernés (génitaux ± extra-génitaux[1]), en association avec une culture (avec antibiogramme) ;
  • chez les individus asymptomatiques à risque[2], au niveau des sites anatomiques concernés (sites génitaux ± extra-génitaux), utilisé seul en première intention sauf en cas de très forte probabilité[3] où une culture (avec antibiogramme) est alors également associée ;

  • chez certains individus traités, symptomatiques évoluant favorablement ou asymptomatiques (notamment dans certaines situations critiques[4]), comme test de guérison microbiologique, après un délai minimum de deux semaines post-traitement ;

  • chez les individus asymptomatiques ayant un antécédent d’infection à NG comme test de recontamination tardive, après un délai de trois à six mois post-traitement ;

  • dans le cadre d’un bilan étiologique d’une arthrite réactionnelle chez les individus ayant une conduite sexuelle à risque ou une symptomatologie évocatrice (sites anatomiques génitaux ± extra-génitaux).

En cas de prescription concomitante d’une recherche de Chlamydia trachomatis (CT) par le clinicien, le TAAN-NG peut être réalisé en même temps que le TAAN-CT via l’utilisation d’un TAAN duplex CT/NG.

Ce travail permet également de préciser les indications de la culture (avec antibiogramme) identifiant NG, définies en regard de celles du TAAN-NG, ainsi que les conditions de réalisation du TAAN-NG, en particulier le recours à une deuxième sonde moléculaire de confirmation, différente et indépendante de la sonde initiale



[1] Anus et/ou oropharynx.

[2] Les facteurs de risque connus sont la population jeune sexuellement active (< 25-30 ans) consultant notamment une structure spécialisée de dépistage et de diagnostic des IST, certains terrains à risque (antécédent personnel d’IST, patient VIH positif, homme ayant des relations sexuelles avec des hommes), conduite sexuelle à risque (partenaire sexuel(le) infecté(e) par NG ou par une autre IST, prostitution, usagers de drogues, partenaire sexuel(le) multiple, rapports non protégés), certaines populations particulières (personnes venant d’une région endémique, population carcérale).

[3] Par exemple, en cas de notion de contage récent avec un(e) partenaire sexuel(le) présentant une infection documentée à NG.

[4] Grossesse en cours, infection pharyngée, administration d’une antibiothérapie probabiliste non recommandée et non contre-validée par un antibiogramme, situation à risque de recontamination précoce, présence d’un germe résistant documenté, infection sévère voire guérison clinique à distance jugée incomplète par le clinicien.

Documents

Version Anglaise

Mis en ligne le 04 déc. 2015