icone-retour-accueil  > Organisation des soins  >  Sécurité des patients – Outils et actions pour réduire les risques

Sécurité des patients – Outils et actions pour réduire les risques

30.09.2015

Le ministère de la Santé et des Affaires sociales a lancé, début 2013, le Programme national pour la sécurité des patients (PNSP). Il prévoit la réalisation de 90 actions d’ici fin 2017. La HAS est fortement impliquée dans sa mise en œuvre. Le point sur les actions et outils déployés…

 

1  

Structurer la communication entre soignants  

Un tiers des évènements indésirables associés aux soins naît d’un problème de coordination ou de communication au sein de l’équipe de soins. Afin de faciliter la transmission des informations indispensables à la sécurité du patient, la HAS propose l’outil Saed (Situation, antécédents, évaluation, demande), adaptation française de l’outil anglo-saxon Sbar. Il s’agit d’un outil mnémotechnique qui permet aux professionnels de santé de mieux structurer leur communication orale et d’éviter des oublis.
 

2

 

Faciliter les échanges entre soignants et patients

Un patient qui communique avec les soignants et n’hésite pas à leur poser des questions contribue activement à réduire le risque d’évènements indésirables liés à ses soins. Pour faciliter son implication, la HAS publie deux brochures d’information destinées aux patients : Osez parler avec son médecin et Parler avec son pharmacien.
 

3

Limiter les risques après une hospitalisation

La Check-list de sortie d’hospitalisation supérieure à 24 heures aide les équipes à optimiser le parcours de soins du patient après un séjour hospitalier. L’objectif est aussi d’éviter les réhospitalisations non programmées. Cet outil complète un référentiel relatif au contenu du document de sortie d’hospitalisation, publié fin 2014.
 

4

Savoir analyser une erreur en équipe

Obligatoire pour certaines spécialités à risques comme la chirurgie, l’anesthésie ou l’oncologie dans le cadre de la certification des établissements de santé, la revue de morbidité et de mortalité (RMM) est une analyse collective et rétrospective de cas marqués par la survenue d’évènement indésirable. Il s'agit de tirer des enseignements des évènements survenus afin d'agir ensemble pour renforcer la qualité et la sécurité des soins, sans porter de jugement sur les personnes, ni rechercher un coupable ou un responsable. Pour accompagner les équipes qui souhaitent conduire des RMM, en établissements de santé comme en ville, la HAS diffuse 4 vidéos pédagogiques et publie un document sur le retour d’expérience.
 

5

Proposer des solutions pour des situations complexes sources d'évènements indésirables

Le dispositif d’accréditation des médecins permet de recueillir les évènements indésirables qui surviennent lors des soins. Ces évènements sont étudiés en équipe. Les analyses servent de base à la recherche de « Solutions pour la sécurité du patient ». Les fiches « Points clés et solutions pour la sécurité du patient » apportent des repères aux professionnels pour faire face à certaines situations complexes et à risque. Elles sont coproduites par les organismes d’accréditation des médecins et par la HAS. Quatre fiches ont déjà été diffusées.

6

 

Mobiliser pour améliorer le travail en équipe

Le dysfonctionnement du travail de l’équipe est identifié comme la première cause d’un évènement porteur de risque. Sur la base de ce constat, la HAS a lancé plusieurs initiatives pour aider les équipes pluriprofessionnelles : Pacte et l’accréditation en équipe médicale.

7

 

Utiliser la simulation en santé

La simulation en santé se définit par l’utilisation de matériels (mannequins par exemple), de la réalité virtuelle ou d’un patient standardisé pour reproduire des environnements de soins afin de se former et/ou de répéter des processus, des situations cliniques ou des prises de décision par un professionnel de santé ou une équipe. La HAS promeut depuis 2010 cette méthode pédagogique active. Pour aller plus loin, elle diffuse un guide d’évaluation destiné aux infrastructures de simulation en santé qui souhaitent s’inscrire dans une démarche volontaire d’amélioration continue de la qualité.

8

 

Encourager le développement de la sécurité des patients pris en charge en ville

La HAS publie deux brochures pour aider à l’analyse des évènements indésirables associés aux soins (EIAS) survenus hors des établissements de santé et adaptées à ce secteur d’activité : une méthode pour les analyser et un document pour aider à les classifier. En octobre 2014, elle avait déjà édité une brochure sur la définition de ces mêmes EIAS. Elle avait aussi mis à disposition une enquête sur la culture de sécurité.

 

Et...

« Faire dire », adaptation française d'outils internationaux tels que Teach-back, Show-me ou Closing-the loop. Destiné aux professionnels de santé, ce nouvel outil permet de s’assurer de la bonne compréhension par le patient des informations et consignes transmises par le professionnel.

 

 Article rédigé par l'agence Citizen press

Nous contacter