English version

Contribuer à la régulation par la qualité et l'efficience

Recherche

Avancée
impression

Développement et mesure des PSI en France

Décembre 2016 : Le 1er indicateur de sécurité du patient en chirurgie orthopédique est restitué automatiquement aux établissements de santé : « Evènements thrombo-emboliques après pose de prothèse totale de hanche (hors fracture) ou de genou (ETE-ORTHO) »​

Un indicateur de sécurité du patient en chirurgie orthopédique mesuré automatiquement à partir du PMSI est restitué depuis le 12 décembre 2016 aux établissements de santé . Il s’agit du ratio du nombre observé sur attendu d’évènements thrombo-emboliques après pose d’une prothèse totale de hanche (PTH) hors fracture ou d’une prothèse totale de genou (PTG). L’indicateur est restitué dans un funnel plot dans la plateforme Qualhas, accompagné d’outils pour son interprétation. Son utilisation comme outil d’alerte est préconisée, avec retour au dossier pour évaluer la qualité du codage. En cas d’alerte confirmée, l’analyse des pratiques et la mise en place d’actions d’amélioration dans le cadre de programme qualité-gestion des risques, pourront être valorisées dans le compte qualité. 

Brochure d'information : « Mesure des événements thrombo-emboliques après pose de prothèse totale de hanche ou de genou ».

Ces travaux font suite au projet de développement des PSI en France décrit ci-dessous.

 

Contexte du développement des PSI en France

Les indicateurs de sécurité du patient (Patient safety indicators ou PSI) mesurent à partir des bases médico-administratives la prévalence d’évènements indésirables liés aux soins, potentiellement le reflet de la qualité des pratiques. Le projet de développement des indicateurs PSI en France a fait l’objet de travaux scientifiques en France à partir de 2005. Une collaboration entre les Hospices Civils de Lyon, la Haute Autorité de Santé (HAS) et la Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques (DREES) a permis de publier en 2011 un rapport qui répond à 3 objectifs :

1) Estimer les PSI à partir de la base nationale du Programme de Médicalisation des Systèmes d’Information (PMSI) en utilisant les codes de la 10ème version de la Classification internationale des maladies (CIM-10) ;

2) Évaluer la performance (validité et fiabilité, en testant notamment la sensibilité, la spécificité et les valeurs prédictives) des PSI à mesurer la survenue des événements indésirables liés aux soins (EIS) ;

3) Adapter au contexte français cette sélection de PSI en améliorant la structure de leurs algorithmes de construction.

Puis dans le cadre d'un appel à projet DGOS - HAS, le Consortium CLARTE (Consortium Loire-atlantique Aquitaine Rhône-Alpes pour la production d’indicateurs en sanTÉ) (2010-2013) a produit des recommandations françaises sur le développement, l’utilisation et la diffusion des PSI et, un PSI qui réunit les caractéristiques nécessaires pour envisager une utilisation à visée de pilotage interne dans les ES, et notamment une valeur prédictive positive (VPP*) > 75% : il s’agit du PSI 12 spécifique des thromboses veineuses profondes (TVP) et embolies pulmonaires (EP) après pose de prothèse totale de hanche (PTH) ou de genou (PTG).
 

Avantages et difficultés des indicateurs mesurés à partir du PMSI

Le principal avantage des indicateurs mesurés à partir des bases médico-administratives est leur recueil automatisé avec possibilité de suivi dans le temps. Les principales difficultés sont une validité tributaire de la qualité et homogénéité du codage des évènements dans le PMSI, et des effets indésirables rapportés suite à leur utilisation pour le financement à la qualité et la diffusion publique (arrêt de codage des évènements, sélection des patients et modification des politiques de sortie/transfert).

L’interprétation des PSI doit se faire en connaissance du contexte des pratiques réelles cliniques et de codage, en lien avec les professionnels de santé, les médecins DIM et responsables qualité des ES. La restitution des PSI aux établissements de santé constitue un système d’alerte et un outil complémentaire aux indicateurs de processus pour le pilotage interne de la qualité des soins et de la sécurité des patients.

 

Mise en œuvre de la mesure des PSI en France : Alertes et gestion des risques en établissements de santé

En 2015, la HAS en partenariat avec l’ATIH, assure le pilotage opérationnel du complément de développement nécessaire pour l’utilisation de ce PSI dans un dispositif national qualité, à visée d’amélioration du service rendu au patient. La méthode utilisée est innovante et pourra être adaptée à d’autres indicateurs de résultat mesurés à partir du PMSI. Les résultats individuels et comparatifs du PSI ajusté seront restitués aux établissements de santé début 2016, accompagnés de consignes de codage et d’un outil de diffusion des pratiques recommandées.

En cas « d’alerte », confirmée par retour au dossier, l’ES est tenu de conduire une analyse des causes possibles, pour cibler des actions d’amélioration suivies de manière collégiale au sein de l’établissement dans le cadre de la gestion des risques en lien avec les équipes directement concernées par l’alerte, les directeurs d’établissement, présidents de CME, directeurs des soins et représentants de la commission des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge (CRUQPC et groupes qualité risques).
Cette démarche est à valoriser dans le Compte Qualité, car elle relève du processus « alerte, analyse, plan d’action et suivi ».

 * VPP : % de séjours avec évènement identifiés dans le PMSI qui sont confirmés car tracés dans les dossiers des patients correspondants.

 


 

Documents

Mis en ligne le 31 May 2017