icone-retour-accueil  > En Établissements  >  Indicateurs – La stratégie payante de l'hôpital de Béziers

Indicateurs – La stratégie payante de l'hôpital de Béziers

22.03.2016

Les indicateurs de qualité et de sécurité des soins (IQSS) de la HAS sont utilisés pour évaluer la qualité des prises en charges des patients. Une étude de la HAS a cherché à mettre en lumière des utilisations novatrices des IQSS par les établissements de santé pour améliorer la qualité des soins.
Retour sur une stratégie payante, celle du centre hospitalier de Béziers qui multiplie les actions pour développer une véritable culture qualité au sein de l’établissement.

 

Dès 2009, et sous l’impulsion de la nouvelle directrice générale Marie-Agnès Ulrich, le centre hospitalier de Béziers décide d’intégrer les performances des indicateurs de qualité et de sécurité des soins (IQSS) de la HAS aux contrats de pôles.

Des objectifs de qualité et des indicateurs spécifiques et transversaux sont contractualisés en début d’année avec les huit pôles de l’établissement. Pour Marie-Agnès Scherrer, directrice qualité et gestion des risques, « cette initiative vise à donner du sens et à convaincre les professionnels du bien-fondé de cette démarche qualité ».

Un bureau opérationnel accompagne les plans d’actions pluriannuels et sensibilise les professionnels de santé aux enjeux de la qualité. Il est composé de la direction qualité, de la direction des soins et du médecin gestionnaire de risques.

Enfin, le projet d’établissement 2013-2017 comporte lui-aussi un axe stratégique consacré à la qualité et à la sécurité.

 

Un suivi régulier des indicateurs

Pour piloter cette démarche, la direction de la qualité et gestion des risques a mis au point des tableaux de bord dynamiques. Ils permettent à chaque pôle de suivre en temps réel l’avancement des objectifs qualité et la progression des IQSS. Ces outils de partage et d’alerte favorisent la réactivité des équipes et l’optimisation des pratiques.

L’hôpital a également mis en place des contrôles inopinés, deux fois par an, sur le suivi des IQSS. A partir d’une grille d’évaluation, des professionnels formés réalisent ces contrôles sur une quinzaine de dossiers. « Les professionnels sont sensibles aux résultats. Ce dispositif leur permet de s’approprier plus facilement les IQSS », estime Marie-Agnès Scherrer.

 

Festiqual, le festival des démarches qualité

Comment favoriser l’implication des professionnels et des représentants d’usagers dans la démarche qualité ? Pour y parvenir,  l’hôpital de Béziers a inventé un festival, baptisé Festiqual. Sa 5e édition se tient du 21 au 25 mars 2016, autour du thème suivant : « A l’écoute des équipes, retours d’expériences : facteurs de progrès et de partage entre professionnels ».

Au programme : une conférence sur la place des indicateurs avec l’intervention de la HAS et de l’ARS Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées ; des retours d’expérience des CHU de Nîmes et de Toulouse. Puis des équipes présentent les bonnes pratiques de leurs services. « Un jury désigne les initiatives les plus performantes, et le service reçoit une « prime » de 2500 € qu’il réinvestit dans la qualité », précise Sylvie Né, cadre supérieur de santé. Et d’ajouter : « Ce festival permet d’impliquer les professionnels, de valoriser leurs démarches ».

L’évènement comporte cette année son lot de nouveautés : jeu de simulation autour de la chambre des erreurs, projection/débat autour du film de Niels Tavernier « Que reste-t-il de nos erreurs ? », saynètes de théâtre « sur le chemin de la bientraitance » jouées par les professionnels de l’hôpital.

 

Des retours positifs

Ces plans d’actions portent leurs fruits. Les résultats des IQSS progressent : tenue du dossier patient, évaluation de la douleur, dépistage des troubles nutritionnels, prise en charge de l’AVC, traçabilité et prise en charge des patients…

Le centre hospitalier de Béziers a également participé à l’expérimentation menée par la HAS et la Direction générale de l'offre de soins (DGOS) portant sur l’Incitation financière à l’amélioration de la qualité (Ifaq). Il a bénéficié, dans ce cadre, d’une prime à la qualité de 250 000 €. Une somme réinvestie dans la conduite de nouveaux projets qualité et le recrutement d’un assistant-pharmacien en vue de développer la conciliation médicamenteuse.

 

Article rédigé par Citizen Press

Nous contacter