icone-retour-accueil  > En Établissements  >  Indicateurs – Dès le réveil, évaluer et tracer la douleur du patient

Indicateurs – Dès le réveil, évaluer et tracer la douleur du patient

28.04.2016

Une étude nationale sur l’utilisation des indicateurs de qualité et de sécurité des soins (IQSS) par les établissements de santé a mis en lumière des initiatives novatrices. A Lille, le centre de lutte contre le cancer Oscar Lambret a ainsi considérablement amélioré la traçabilité de la douleur après une opération.

 

Lorsqu’en juillet 2014, le centre régional de lutte contre le cancer Oscar Lambret évalue la traçabilité de la douleur en salle de surveillance postinterventionnelle (SSPI), l’établissement ne s’attend pas à de tels résultats. En effet, sur 60 dossiers analysés, le résultat de ce test atteint… 0 %. « La douleur était bien mesurée, mais pas forcément tracée », explique aujourd’hui Sandrine Giscard-Neu, directrice qualité/gestion des risques.

Ce test s’inscrit dans le cadre de l’évaluation des indicateurs de qualité et sécurité des soins pilotée par la HAS. La traçabilité de la douleur est un nouvel item* de l’indicateur du dossier anesthésique (DAN).


Deux nouveaux critères : mesure et traçabilité de la douleur

Ces résultats entre les mains, Sandrine Giscard-Neu se rapproche logiquement du chef du département d’anesthésie-réanimation et algologie du centre, mais aussi de Saadia Aznay, infirmière anesthésiste (IADE) principale. Après deux rencontres pour expliquer ce nouvel indicateur et décrire le processus actuel, l’infirmière propose de paramétrer ces mesures directement dans Exacto®.

Ce logiciel est une feuille de route informatisée qui permet d’éditer un rapport détaillé de l’anesthésie, de l’intervention chirurgicale et du suivi du patient en salle de réveil. « Nous avons ajouté deux champs obligatoires. D’abord la traçabilité de la douleur : dorénavant, dès qu’un patient se réveille, nous évaluons et notons la douleur à l’entrée en salle de surveillance, pendant la surveillance en SSPI et avant la sortie. Nous traçons aussi la mesure de la douleur. S’il est intubé, nous indiquons Non Applicable », détaille Saadia Aznay. Le second critère intégré à Exacto® est la prescription d’antalgiques, afin de soulager le patient.

 

Dynamiser le travail

Un travail de sensibilisation à la traçabilité de la douleur a été mené en parallèle auprès des équipes. « Notre objectif est d’améliorer la sécurité et le confort des patients dans cette zone particulièrement à risque », poursuit Sandrine Giscard-Neu. Les fruits de ce travail global autour de cet indicateur seront connus en juin prochain.

Le centre Oscar Lambret participe régulièrement aux expérimentations sur les indicateurs pour l'amélioration de la qualité et de la sécurité des soins (Ipaqss) de la HAS. « Cette démarche est bénéfique pour les performances du centre ; elle dynamise et valorise le travail des professionnels », précise Sandrine Giscard-Neu. Son service qualité/gestion des risques a également piloté un groupe de travail visant à améliorer l’indicateur « Recueil de l’identité de la personne de confiance » dans le dossier du patient.

 

Article rédigé par Citizen press

 

* Évaluation de la douleur postopératoire avec une échelle en salle de surveillance postinterventionnelle (SSPI).

Nous contacter