English version

Contribuer à la régulation par la qualité et l'efficience

Recherche

Avancée
impression
18 novembre 2016 | Communiqué de presse

Mieux prescrire les antibiotiques pour les infections respiratoires hautes et les infections urinaires

L’utilisation massive et répétée de traitements antibiotiques inadaptés conduit à l’apparition de bactéries résistantes à ces médicaments. Dans le cadre de la lutte contre l’antibiorésistance, la Haute Autorité de Santé publie, en partenariat avec la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF), des fiches mémo à destination des médecins généralistes sur les infections les plus fréquentes : rhinopharyngite, angine, otite de l’enfant et de l’adulte, ainsi que les infections urinaires de la femme et de la femme enceinte.

Logo HASspilf

 

La France est un pays à très forte consommation d’antibiotiques. Parmi les différentes classes médicamenteuses, les antibiotiques sont les seuls traitements dont la cible est un autre organisme vivant, les bactéries, qui s’adaptent et développent des résistances. De fait, l’usage excessif des antibiotiques se traduit par l’émergence progressive de bactéries multi-résistantes. Dès 2014, la HAS avait élaboré une fiche mémo sur les principes généraux et les conseils de prescription des antibiotiques en premier recours. Aujourd’hui, en partenariat avec la SPILF, elle propose plusieurs fiches mémos centrées sur les infections les plus fréquentes. Ces fiches préconisent des schémas de prescriptions afin d’améliorer la prise en charge médicamenteuse et d’éviter les prescriptions inappropriées. Ces documents s’inscrivent dans la démarche du Gouvernement qui a défini et publié hier une feuille de route visant à maitriser l’antibiorésistance.

 

La HAS et la SPILF mettent à disposition 6 fiches mémos sur les infections respiratoires hautes chez l’enfant et l’adulte :

-       rhinopharyngite et angine aiguë (adulte, enfant),

-       sinusite (adulte, enfant),

-       otite (adulte, enfant).

Et 3 fiches mémos sur les infections urinaires chez la femme :

-       cystite aiguë simple, à risque de complication ou récidivante,

-       pyélonéphrite aiguë,

-       colonisation urinaire et cystite chez la femme enceinte.

Recourir à une prescription appropriée selon la nature de l’infection

Au-delà des infections d’origine virale, pour lesquelles il est rappelé que les antibiotiques ne sont pas utiles, la HAS et la SPILF mettent à la disposition du prescripteur, pour chacune de ces situations cliniques, des fiches mémos. Celles-ci proposent une synthèse des éléments permettant de déterminer la nécessité ou non d’un recours à un antibiotique et de choisir alors la molécule et la posologie appropriées (dose et durée).

Favoriser une prescription pertinente : l’exemple des rhinopharyngites et des angines chez l’enfant

Les recommandations de la HAS et de la SPILF sont les suivantes :

  • En cas de rhinopharyngite aiguë chez un enfant, la prescription d’antibiotiques n’est pas nécessaire.
  • En cas d’angine aiguë chez un enfant de moins de 3 ans et chez un enfant de plus de 3 ans ayant une angine aiguë d’origine virale (TDR[1] négatif), la prescription d’antibiotiques n’est pas non plus justifiée.
  • En revanche, pour un enfant de plus de 3 ans souffrant d’une angine aiguë d’origine bactérienne (TDR positif), la prescription d’amoxicilline est recommandée en première intention, sauf en cas d’allergie aux pénicillines ou de contre-indication aux bêta-lactamines.



[1]
Test de diagnostic rapide

Mis en ligne le 18 nov. 2016