English version

Développer la qualité dans le champ
sanitaire, social et médico-social

Recherche

Avancée
Depuis le 1er avril 2018, la HAS a repris les missions et travaux de l'Anesm
impression

Les « comportements-problèmes » au sein des établissements et services accueillant des enfants et adultes handicapés : Prévention et Réponses

Contexte, enjeux et objectifs des recommandations

De par leur enjeu majeur, assurer un parcours de vie de qualité en misant sur la continuité des parcours, afin d’éviter les ruptures, ces recommandation s’inscrivent au programme de travail de l’Anesm au titre de la « Qualité de vie ».

L’élaboration de recommandations sur la prévention et les réponses aux « comportements-problèmes » à destination des enfants et adultes accueillis dans les établissements et services pour personnes handicapées a pour contexte :

  • le plan autisme 2013-2017 (fiche action n°15), dont l’un des axes concerne l’accompagnement tout au long de la vie, afin de rendre effective la continuité des parcours en soutenant la coopération entre les différents dispositifs ;

  • le rapport élaboré par Monsieur Denis Piveteau , conseiller d’état, à la suite du jugement rendu par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise le 7 octobre 2013, pour le cas d’une personne handicapée sans solution de prise en charge.

Il est retenu comme principe dans les travaux des présentes recommandations que les « comportements-problèmes » s’appliquent à des manifestations dont la sévérité, l’intensité et la répétition sont telles que ces comportements génèrent des gênes très importantes pour la personne elle-même et pour autrui, de nature à bouleverser durablement sa vie quotidienne et celle de son entourage.

Les répercussions concernent :

  • la qualité de vie des personnes handicapées (refus d’admission, rupture des prises en charge, absence de projet de vie, exclusion du milieu ordinaire, difficultés d’insertion, dont scolaire pour certains ou professionnelle pour d’autres, dégradation de la vie sociale, risques de blessures, etc..) ;

  • leur santé (difficultés aggravées d’accéder à des soins somatiques et à une prise en charge de la douleur, difficultés à prendre en charge la souffrance psychique à l’origine ou conséquence d’un « comportement-problème » ; difficultés à poursuivre la mise œuvre d’interventions éducatives, comportementales, cognitives,…) ;

  • le réseau social des familles (le « comportement-problème » d’un enfant conduit dans de nombreux cas à l’isolement social des familles, à de la souffrance psychique. Il a également des incidences économiques, etc…) ;

  • les professionnels (risques de blessures physiques, risques psycho-sociaux, traumatismes et traumatismes vicariants), pour qui des espaces d’expression devront être réservés .

Les enjeux de ces recommandations sont multiples. La plupart sont individuels et liés, in fine, à la qualité de vie des personnes concernées, ainsi qu’à leur droit à un accompagnement de qualité tout au long de leur vie. D’autres sont collectifs et sont liés à l’entourage immédiat (famille et professionnels, organisations qui les accompagnent).

Les objectifs de ces recommandations sont de mettre en évidence les pratiques et les modalités organisationnelles qui permettent de mieux prévenir et gérer les situations « problèmes », de manière à réduire leur survenance, et de mieux y faire face lorsque les professionnels y sont concrètement confrontés. Elle doivent promouvoir concrètement des outils spécifiques (notamment d’évaluation) afin de mettre en œuvre les pratiques.

Dans tous les cas, ces travaux ont pour objet de formuler des recommandations concrètes et pratiques pour améliorer la qualité de vie des personnes présentant des « comportements-problèmes » et par voie de conséquence, pour améliorer la qualité de vie (ou de travail) de leur entourage.

 

Périmètre des recommandations

Ces recommandations concernent les enfants et adultes handicapés.
 
Elles s’adressent aux professionnels des établissements et services médico-sociaux confrontés à un moment ou à un autre aux « comportements-problèmes », et à leurs conséquences sur la personne accompagnée et son environnement global.

Plusieurs disciplines étant concernées par la thématique, des destinataires secondaires peuvent trouver utile de se référer à ces recommandations, tels que par exemple les professionnels du secteur sanitaire ou ceux de l’éducation nationale.

De la même façon, la famille, les aidants et l’entourage étant indirectement concernés, ils peuvent venir y puiser quelques pistes de réflexion et de travail.

 

Les recommandations de bonnes pratiques professionnelles (RBPP)

Le volet 3 des recommandations portant sur « Les espaces de calme-retrait et d’apaisement » fait l’objet d’un volume dédié.
 
Une synthèse regroupant les outils présentés dans ces trois volets est disponible. Elle concrétise la volonté de l’Anesm de mettre à disposition des professionnels des supports pratiques et pédagogiques.
 
Enfin, les problèmes somatiques non identifiés étant souvent la cause de « comportements-problèmes ».

Date de validation
juillet 2016

Documents

Mis en ligne le 19 juil. 2016