English version

Développer la qualité dans le champ
sanitaire, social et médico-social

Recherche

Avancée
Depuis le 1er avril 2018, la HAS a repris les missions et travaux de l'Anesm
impression

La prise en compte de la santé physique et psychique des personnes accueillies dans les centres d’hébergement et de réinsertion sociale

Périmètre et enjeux des recommandations 

Aujourd’hui, l’enjeu prioritaire est celui de la résorption des inégalités sociales de santé, comme le suggère notamment la stratégie nationale de santé. A cette fin, la stratégie préconise un décloisonnement des secteurs sanitaires, sociaux et médico-sociaux et identifie la baisse du taux de renoncement aux soins comme une priorité.

Les difficultés persistantes à se soigner des personnes en situation de précarité sociale ont plusieurs causes  :

  • Un état de santé plus mauvais que celui de la population générale  ;
  • Un taux de non-recours élevé ;
  • Des « pratiques professionnelles, absence ou refus de pratiquer le tiers payant, dépassement d’honoraire, manque de disponibilité pour un suivi parfois long, manque d’information et de formation des professionnels de santé » décourageant l’accès à la santé.

Les travaux portant sur le renoncement aux soins montrent la complexité de ce phénomène et notamment son interdépendance avec le niveau des ressources de la personne (ressources financières, sociales, organisationnelles, etc.) ainsi qu’avec ses représentations construites à partir de ses expériences de santé et de soins. Les déterminants du renoncement aux soins sont le fruit de facteurs individuels et contextuels.

Les recommandations de bonnes pratiques professionnelles s’inscrivent dans l’esprit des enjeux énoncés par la section Europe de l’OMS et contribuent notamment à :

  • Viser l’équité en matière de santé ;
  • Favoriser le démarrage dans la vie en bonne santé ;
  • Sensibiliser les jeunes aux questions de santé ;
  • Favoriser le vieillissement en bonne santé ;
  • Améliorer la santé mentale ;
  • Faire reculer les maladies transmissibles ;
  • Endiguer l’évolution des maladies non transmissibles ;
  • Réduire les risques dus aux actes de violence et aux accidents ;
  • Garantir un environnement physique sain et sûr ;
  • Adopter des modes de vie plus sain ;
  • Réduire les dommages causés par l’alcoolisme, la toxicomanie et le tabagisme.

 

Les objectifs des recommandations

Ces recommandations intègrent la dimension santé dans la démarche d’accompagnement global, en ne la traitant pas « à part », mais au contraire comme faisant pleinement partie du projet personnalisé dans une approche participative visant l’autonomie des personnes.

La question de la santé dans les établissements sociaux renvoie alors à celle du positionnement des intervenants sociaux quant aux parcours de soins des personnes accueillies. Les recommandations donneront ainsi des pistes de réflexion et d’action concernant :

  • l’organisation de l’établissement pour faire face aux problématiques d’accès à la santé des personnes accueillies ;
  • le repérage des problématiques de santé, avec une attention particulière pour les problématiques dont la prévalence est la plus élevée ;
  • la mobilisation des ressources et des potentialités des personnes, nécessaires à l’appropriation de leur maladie et de leur traitement ;
  • le développement/maintien des partenariats entre professionnels des secteurs sanitaires et médico-sociaux pour assurer la continuité des soins quel que soit le parcours de la personne.

 

Les destinataires des recommandations

Les recommandations traitent de la question de la prise en compte de la santé physique et psychique des personnes accueillies dans les centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) relevant de l’article L 312-1 du CASF 8°. Elles s’adressent particulièrement aux centres d’hébergement collectifs et diffus.

Les établissements et services tels que :

  • des « CHRS Hors les murs » proposant un accompagnement au domicile de personnes ayant un logement autonome,
  • des services d’accueil de jour,
  • des ateliers à la vie active,
  • des centres d’accueil pour demandeurs d’asile,
  • des centres d’hébergement d’urgence,

pourront valablement s’inspirer des recommandations formulées.

Date de validation
décembre 2015

Documents

Mis en ligne le 18 déc. 2015