English version

Développer la qualité dans le champ
sanitaire, social et médico-social

Recherche

Avancée
impression
28 septembre 2018 | Communiqué de presse

Violences au sein du couple : la HAS publie des recommandations à destination des structures d’hébergement social

En France, 138 personnes – majoritairement des femmes – sont décédées en 2016, victimes de la violence de leurs partenaires ou ex-partenaires. Le repérage et la mise à l’abri des victimes ainsi que la mise en place d’un accompagnement adapté sont souvent vitaux. La HAS publie aujourd’hui des recommandations à destination des professionnels exerçant dans les structures d’hébergement social. Objectifs : mieux y repérer les victimes de violences conjugales, répondre à leurs besoins immédiats de protection et accompagner, à plus long terme, leur reconstruction et le rétablissement de leur autonomie.

On parle de violences dans un couple dès lors qu’il existe un processus inscrit dans le temps au cours duquel, dans le cadre d’une relation de couple actuelle ou passée, un partenaire adopte à l’encontre de l’autre des comportements agressifs, violents et destructeurs. Ces violences ont des conséquences néfastes (blessures physiques, traumatismes) et peuvent aller jusqu’au décès. En France, en moyenne, une femme décède tous les 3 jours victime de son (ex)-conjoint et 29 hommes sont décédés victimes de leur (ex)-conjoint(e) en 2016(1). Les enfants sont également touchés soit en tant que témoin, soit en tant que victime directe : en 2016, 25 enfants ont été victimes d’homicides. 

Forts de leur mission d'accueil, de logement, d’accompagnement et d’insertion sociale des personnes ou familles qui connaissent de graves difficultés (économiques, familiales, de logement, de santé…), les centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) ont un rôle important à jouer dans le repérage de ces violences et dans l’accompagnement des victimes. C’est à destination des professionnels de ces structures que la HAS publie aujourd’hui des recommandations. Elle y insiste sur la nécessaire coordination des acteurs de terrain pour proposer un accompagnement adapté aux victimes.

 

S’organiser pour faire face à des situations de violences dans le couple

La HAS préconise en premier lieu d’inscrire le CHRS au sein d’un réseau d’acteurs sensibilisés et mobilisés dans la prévention et la lutte contre les violences au sein du couple, de renforcer et soutenir les compétences des professionnels qui y travaillent, et de mettre en place au sein de l’établissement des conditions favorables pour aider les victimes à révéler les violences subies.

En outre, compte tenu des situations difficiles auxquelles les professionnels sont confrontés dans leur quotidien, il est nécessaire qu’ils soient eux-mêmes accompagnés et soutenus. Cela peut se faire grâce à des outils tels que l’analyse de la pratique et la supervision.

 

Permettre aux victimes de se reconstruire dans un lieu sécurisé

Les besoins des personnes victimes de violences au sein du couple sont multiples. Les professionnels des CHRS sont ainsi amenés à informer, conseiller et soutenir les personnes dans une diversité de domaines : mise en sécurité, élaboration de stratégies de protection, enclenchement et suivi de la procédure judiciaire, restauration de la santé physique et mentale, retour ou accès au logement, retour ou accès à l’emploi…

De la même manière, les enfants des couples au sein desquels il y a des actes violents sont souvent impactés. Les conséquences sont délétères, qu’iIs soient des victimes directes ou indirectes. Les besoins de l’enfant sont alors nombreux et les réponses apportées spécifiques : accueil bienveillant, programmation d’une visite médicale, repérage des conséquences des violences, des difficultés et des ressources de l’enfant, soutien à la fonction parentale

 

Et pour les auteurs : tout faire pour prévenir leurs actes de violence et éviter les récidives

Les profils des auteurs de violences sont variés et les risques de récidives diffèrent d’une personne à l’autre. Si les mesures judiciaires visent à prévenir la réitération des violences à l’encontre de la victime, il est aussi recommandé aux CHRS de travailler en lien avec les ressources présentes sur le territoire : judiciaires, associatives, institutionnelles spécialisées, etc.

Dans le même temps, il est recommandé aux professionnels de construire un projet d’accompagnement global, coordonné et proportionné aux besoins des auteurs de violence. Il s’agit de les accompagner dans la compréhension de la procédure judiciaire les concernant ainsi que dans la prise de conscience de leurs actes pour, à terme, les aider à changer leur comportement.

 

Focus sur les centres d’hébergement et de réinsertion sociale

Les CHRS ont pour mission d'assurer l'accueil, le logement, l'accompagnement et l'insertion sociale des personnes ou familles qui connaissent de graves difficultés, notamment économiques, familiales, mais aussi des difficultés de logement, de santé…

Ils proposent à ces personnes des séjours à durée variable ainsi que diverses prestations couvrant les besoins fondamentaux : aide aux démarches administratives et juridiques, possibilité de disposer d’une boite à lettre postale, assistance à la constitution de dossiers pour l’obtention d’aides financières, aide à la recherche ou au dépôt des demandes de logement. Cette aide se poursuit également par un accompagnement social après l’intégration dans le logement. Par ailleurs, dans près d’un tiers des CHRS, il est possible d’avoir également accès à des soins immédiats.

Il existe aujourd'hui différents types de CHRS : certains sont dits « tous publics » (jeunes errants, grands exclus…), d’autres sont des établissements spécialisés dans l’accueil des femmes enceintes, des personnes sortant de prison ou encore des femmes victimes de violences conjugales.

Les CHRS sont principalement financés au titre de l’aide sociale de l’Etat. On compte plus de 800 structures offrant environ 41 000 places réparties sur l’ensemble du territoire(2).


 

[1] Etude nationale sur les morts violentes au sein ducouple  2016, Ministère de l’Intérieur

[2] DRESS, enquête ES 2012

Mis en ligne le 28 sept. 2018
Le Webzine de la HAS
Accès au Webzine de la HAS

Vos interlocuteurs

Service de presse HAS

  • Florence Gaudin - Chef de service
    Gilles Djéyaramane - Attaché de presse
    Marina Malikité - Attachée de presse
    Julia Vollerin - Attachée de presse
  • Tél : 01.55.93.73.17 / 73.18 / 73.52 (n° réservés aux journalistes)
  • contact.presse@has-sante.fr

    Contacter l'accueil de la HAS : 01 55 93 70 00

     
  • Nous contacter

VIDÉO

Cancer du poumon : conditions non réunies pour un dépistage chez les fumeurs