English version

Développer la qualité dans le champ
sanitaire, social et médico-social

Recherche

Avancée
impression
12 novembre 2018 | Communiqué de presse

Lyme et maladies transmissibles par les tiques : mise au point

La HAS a publié en juin dernier des recommandations sur la prise en charge des maladies transmises par les tiques. Ce travail a permis d’actualiser les recommandations sur le diagnostic et la prise en charge des formes précoces et tardives de la borréliose de Lyme et d’autres maladies comme la babésiose ou la méningoencéphalite à tiques. Ces recommandations proposent également aux professionnels de santé une conduite à tenir face aux patients en errance qui présentent une symptomatologie non expliquée, survenant tardivement après une piqure de tique, et ayant fait évoquer une maladie de Lyme.

L’objectif de la HAS, dans un contexte où les données de la science ne permettent pas de lever toutes les incertitudes, est d’apporter une réponse adaptée à ces patients en souffrance et de réduire la prescription de traitements inappropriés potentiellement dangereux. La HAS recommande une démarche diagnostique pragmatique face à ces patients complexes. Elle limite la prescription, hors protocole de recherche clinique, à un traitement antibiotique d’épreuve d’une durée de 28 jours. Elle recommande également la mise en place de centres spécialisés MVT (maladies vectorielles à tiques) auxquels les médecins doivent référer leurs patients en cas d’incertitude ou d’échec du traitement d’épreuve.

Les recommandations de la HAS constituent les référentiels de bonne pratique les plus à jour et les plus objectifs en l’état actuel des connaissances et des controverses.

Comme la HAS l’avait annoncé, elle va réunir le groupe d’experts composé de professionnels et de patients tous les 6 mois pour suivre l’avancement des données de la science, et effectuer des mises à jour régulières de ses recommandations.

La HAS déplore l’initiative du conseil départemental de l’Ordre des médecins de l’Ain qui, par son courrier adressé à l’ensemble des médecins du département, ajoute de la confusion dans l’esprit des praticiens qui prennent en charge ces patients, entraînant une perte de chance pour ces derniers.

Mis en ligne le 12 nov. 2018
Le Webzine de la HAS
Accès au Webzine de la HAS

Vos interlocuteurs

Service de presse HAS

  • Florence Gaudin - Chef de service
    Gilles Djéyaramane - Attaché de presse
    Marina Malikité - Attachée de presse
    Julia Vollerin - Attachée de presse
  • Tél : 01.55.93.73.17 / 73.18 / 73.52 (n° réservés aux journalistes)
  • contact.presse@has-sante.fr

    Contacter l'accueil de la HAS : 01 55 93 70 00

     
  • Nous contacter

VIDÉO

L'activité physique entre-t-elle dans le traitement des maladies ?