English version

Développer la qualité dans le champ
sanitaire, social et médico-social

Recherche

Avancée
impression

Vaccination contre les infections invasives à méningocoques de sérogroupe W avec un vaccin tétravalent - Situations d'hyperendémie

Recommandation vaccinale

Date de validation
janvier 2019

Suite à une saisine de la Direction générale de la santé, la Haute Autorité de santé (HAS) et sa Commission Technique des vaccinations (CTV) émettent des recommandations associées aux actions de vaccination localisées dans le cas où des situations d'hyperendémicité seraient amenées à se reproduire. Elle en définit notamment les critères d’alerte et les conditions associées à la mise en œuvre opérationnelle et au financement de telles campagnes locales de vaccination.

La HAS a pris en considération les principales données épidémiologiques disponibles qui sont détaillées dans cette évaluation à savoir :

  • L'épidémiologie des infections invasives à méningocoques (IIM) de sérogroupe W en France mettant en évidence l'augmentation récente de l'incidence de celles-ci associée à l’émergence et l’expansion depuis 2015 d’un nouveau variant virulent du sérogroupe W (souche ST11-"UK-2013") et conduisant à des situations d’augmentation d’incidence limitées géographiquement à certaines régions de France ;

  • L'épidémiologie des IIM de sérogroupe W au Royaume-Uni et aux Pays-Bas ayant conduit ces pays à modifier leurs calendriers vaccinaux et à introduire une vaccination en population générale par les vaccins anti-méningocoques tétravalents mais avec des taux d'incidence nettement supérieurs à ceux observés actuellement en France ;

  • Les nouvelles données disponibles avec les vaccins tétravalents majoritairement d'immunogénicité et le peu de données disponibles sur l'efficacité clinique et l'impact sur l'acquisition et la persistance du portage dans les pays ayant mis en œuvre largement la vaccination par les vaccins tétravalents ;

  • La tolérance des vaccins tétravalents disponibles sur le marché français ;

  • Les retours d'expériences des précédentes campagnes locales de vaccination contre le méningocoque notamment en termes d’implémentation et de couverture vaccinale atteinte.

Au terme de son évaluation, et en cas de survenue de foyers d'hyperendémie d'IIM à sérogroupe W, la HAS recommande :

1)   la sollicitation par les acteurs locaux (ARS et CIRE) auprès de la DGS d’une cellule d'expertise dès lors que les critères d'alerte telle que définis dans le rapport sont réunis à savoir :

    • Survenue d'au moins 3 cas déclarés d'infections invasives à méningocoque de sérogroupe W liés à des souches identiques ou ne pouvant être différenciées dans une zone géographique donnée sur une période de 52 semaines ;

ET

    • Un taux d’incidence dans la zone (la plus petite incluant tous les cas) des IIM W au moins 10 fois supérieur au taux national actualisé au cours de la même période.

Ces critères devront être actualisés en fonction de l’évolution épidémiologique constatée.

2)   la prise en compte, par la cellule d'expertise, de différents critères d'analyse comprenant des critères épidémiologiques, cliniques et microbiologiques pour justifier ou non de la mise en œuvre des actions locales de vaccination et définir les tranches d'âge et la zone géographique à cibler.

3) l'anticipation de l’ensemble des actions, des acteurs et partenaires dont l'Assurance Maladie mais également des personnes ressources et des structures entourant la mise en œuvre opérationnelle et le financement d’une campagne de vaccination locale pour faciliter une organisation rapide, voire en urgence, de telles campagnes dans les suites de la survenue des cas et garantir une prise en charge sans avance de frais pour les personnes éligibles ;

4) la simplification du parcours vaccinal en assurant une unité entre la prescription et l'acte vaccinal (consultation unique) et en facilitant l’accès à la vaccination à proximité des lieux de vie de la population ciblée et organisée rapidement ;

5) de privilégier la mise en œuvre d'une information autour de la campagne de vaccination au plus près des professionnels de santé, des usagers ainsi que des partenaires et des élus locaux par le biais de systèmes d’information automatisés et de canaux d'information diversifiés, adaptés aux populations ciblées et capables d'être mobilisés rapidement.

Compte tenu de l’évolution épidémiologique des infections invasives à méningocoques en France, d’autres travaux à venir traiteront de la réévaluation globale de la stratégie de vaccination contre ces infections.

Documents

Mis en ligne le 13 févr. 2019