impression

Cancer : recherche d’un déficit en enzyme DPD avant chimiothérapie

Date de validation
avril 2019

Les personnes atteintes d’un cancer - principalement digestif, du sein ou ORL - peuvent être traitées par une chimiothérapie à base de fluoropyrimidines (5-fluorouracile dit 5-FU ou capécitabines) médicaments utilisés seuls ou en combinaison avec d’autres anticancéreux. Or les fluoropyrimidines peuvent entraîner des toxicités sévères dont une partie peut être liée à un déficit d’activité d'une enzyme : l'enzyme dihydropyrimidine déshydrogénase (DPD). Cette enzyme permettant l’élimination de ce type de médicaments, lorsqu’il y a un déficit en DPD, l'élimination ne se fait plus et la toxicité apparaît.

Pour éviter ce genre de préjudices, la recherche systématique de déficit de l'enzyme DPD est préconisée chez les patients devant recevoir une chimiothérapie utilisant les fluoropyrimidines.

Le document ci-dessous explique plus en détails cette étape préalable au traitement.

 

À noter : fluoropyrimidines et autres molécules pouvant être associées en chimiothérapie sont susceptibles d'entraîner d'autres toxicités, non liées à un déficit en DPD. Il convient d’être attentif même en l’absence de déficit, et de signaler à votre médecin tout effet indésirable.

Documents

Mis en ligne le 30 avr. 2019