English version

Contribuer à la régulation par la qualité et l'efficience

Recherche

Avancée

Recherche

4 résultats pour votre recherche "avc" et "Saisir vos mots cl%C3%A9s" dans le titre et le résumé.

Trier par : Pertinence - Titre - Date

Masquer les résumés

1. Label de la HAS - Protection personnelle antivectorielle à l'attention du voyageur, des expatriés, des résidents et des nomades
Recommandation de bonne pratique  - Mis en ligne le 29/11/2010

Ces recommandations portent sur la place de la protection personnelle antivectorielle (PPAV). Celle-ci n’agit pas sur l’agent responsable d’une maladie transmissible (par exemple : le plasmodium dans le cas du paludisme), mais sur l’organisme qui le transmet à l’homme (le vecteur : l’anophèle dans cet exemple). Elles ont pour objectifs principaux :

  • de définir la place de la protection personnelle antivectorielle ;
  • de proposer aux prescripteurs médecins ou pharmaciens des recommandations argumentées consensuelles et pratiques pour l’optimisation de la PPAV ;
  • de décliner la mise en œuvre de la PPAV au niveau individuel : voyageurs, résidents et populations nomades traversant des zones à risque de transmission de maladies vectorielles, départements et territoires d’outre-mer français et certaines régions de métropole, pays étrangers ;
  • de préciser les mesures de lutte antivectorielle associées : pulvérisations intra-domiciliaires d’insecticides rémanents, moustiquaires de fenêtres ou de portes ;

Ces recommandations de bonne pratique ont reçu le label de la HAS. Ce label signifie que les recommandations ont été élaborées selon les procédures et règles méthodologiques préconisées par la Haute Autorité de Santé (HAS). Toute contestation sur le fond doit être portée directement auprès de la société promotrice.

Le texte de ces recommandations produites par la Société de Médecine des Voyages est disponible sur le site de la Société de Médecine des Voyages.

2. Surveillance sérologique et prévention de la toxoplasmose et de la rubéole au cours de la grossesse et dépistage prénatal de l’hépatite B – Pertinence des modalités de réalisation
Recommandation en santé publique  - Mis en ligne le 16/12/2009

Deux objectifs généraux ont été poursuivis dans le cadre des recommandations en santé publique :

  • Évaluer la pertinence d’une évolution de la stratégie et des modalités de réalisation du dépistage prénatal de la toxoplasmose.
  • Évaluer la pertinence d’une évolution de la stratégie et des modalités de réalisation du dépistage prénatal de la rubéole.

L’objectif du rapport d’orientation était d’évaluer l’intérêt d’une modification du moment de réalisation du dépistage prénatal de l’antigène HBs.

Ces recommandations en santé publique et ce rapport d’orientation ont été élaborés à la demande de la DGS afin d’éclairer l’intérêt et la nécessité d’une mise à jour de la réglementation actuelle (articles R.2122-1 et R.21-22-2 du CSP) qui fixe le nombre et la nature des examens dont le caractère obligatoire est édicté par la loi (art. L. 2122-1 du CSP).

3. ALD n°4 - Bilharziose compliquée
Guide maladie chronique  - Mis en ligne le 3/12/2007

L’objectif de ce guide est d’expliciter pour les professionnels de santé la prise en charge optimale et le parcours de soins d’un malade admis en ALD au titre de l’ALD 4 : bilharziose compliquée. C’est un outil pragmatique auquel le médecin traitant peut se référer, notamment au moment d’établir le protocole de soins conjointement avec le médecin-conseil et le patient.

4. Prévention du risque aspergillaire chez les patients immunodéprimés (Hématologie, Transplantation)
Recommandation de bonne pratique  - Mis en ligne le 1/3/2000

L'objectif de cette conférence de consensus est de répondre aux quatre questions suivantes, posées au jury :

  1. Dans quelles situations les patients sont-ils à risque d'aspergillose invasive, en hématologie et transplantation ?
  2. Quelles mesures de prévention (primaire et secondaire) ont fait preuve de leur efficacité, pour quels patients et dans quelles conditions ?
  3. Quelles surveillances doivent être mises en place pour orienter la prévention ?
  4. Quelles sont les stratégies de prévention ?
impression