English version

Contribuer à la régulation par la qualité et l'efficience

Recherche

Avancée

Recherche

45 résultats pour votre recherche "avc" et "Saisir vos mots cl%C3%A9s" dans le titre et le résumé.

Trier par : Pertinence - Titre - Date

Masquer les résumés

[1] 2 3 4 5 >
1. Oubli de kinésithérapie respiratoire
Outil d'amélioration des pratiques professionnelles  - Mis en ligne le 5/10/2015

Un patient de 70 ans est pris en charge pour un anévrisme de l’aorte abdominale. A la suite de l’intervention, pour éviter tout risque de pneumopathie, le chirurgien prescrit de la kinésithérapie respiratoire sur le dossier de soins informatisé...

2. Autisme et autres troubles envahissants du développement : interventions et projet personnalisé chez l’adulte - Note de cadrage
Recommandation de bonne pratique  - Mis en ligne le 30/1/2015

Cette note de cadrage contient les informations relatives au projet de recommandation de bonne pratique sur le thème « Autisme et autres troubles envahissants du développement : interventions et projet personnalisé chez l’adulte » qui est en cours de réalisation conjointement par l’Anesm et la HAS.

3. Comment prévenir les ré-hospitalisations après une exacerbation de bronchopneumopathie chronique obstructive ?
Outil d'amélioration des pratiques professionnelles  - Mis en ligne le 3/7/2014

Les exacerbations sont des complications fréquentes de la BPCO qui altèrent la qualité de vie, accélèrent le déclin de la fonction respiratoire et sont associées à une surmortalité. Elles ont été responsables d’une hospitalisation pour environ 95 000 personnes en 2011 et 43 % des patients ont été ré-hospitalisés dans les 6 mois

4. Comment mettre en œuvre la réhabilitation respiratoire pour les patients ayant une bronchopneumopathie chronique obstructive ?
Outil d'amélioration des pratiques professionnelles  - Mis en ligne le 3/7/2014

La réhabilitation (ou réadaptation) respiratoire (RR) est une des composantes principales du traitement non médicamenteux des patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Tous les patients pour qui elle serait indiquée n’y ont pas accès et les ressources sur le territoire sont hétérogènes. Cette fiche vise à clarifier les modalités de sa prescription et de réalisation.

5. Label de la HAS - Troubles du Comportement chez les Traumatisés Crâniens : Quelles options thérapeutiques ?
Recommandation de bonne pratique  - Mis en ligne le 21/10/2013

Les troubles du comportement des victimes de traumatisme crânien constituent la séquelle majeure chez ces blessés. Les troubles du comportement ont des conséquences néfastes multiples impliquant les familles, les soignants, et nombre d’autres professionnels (magistrats, avocats, assureurs etc.).

6. Outil d’aide à la décision pour l’admission des patients en soins de suite et de réadaptation
Recommandation en santé publique  - Mis en ligne le 14/10/2013

La HAS a élaboré un outil d’aide à la décision pour l’admission des patients en Soins de Suite et de Réadaptation (SSR). Cet outil s’adresse aux professionnels de santé exerçant en établissement de santé ou en libéral. Ils seront amenés à l’utiliser lorsqu’ils souhaitent demander l’admission dans une structure SSR pour l’un de leurs patients. L’outil doit leur permettre de déterminer si le SSR est effectivement adapté pour ce patient, en fonction du type de prise en charge requis et de l’environnement du patient.

7. Accident vasculaire cérébral : méthodes de rééducation de la fonction motrice chez l'adulte
Recommandation de bonne pratique  - Mis en ligne le 21/11/2012

La Haute Autorité de Santé (HAS) a élaboré une recommandation de bonne pratique sur les méthodes de rééducation de la fonction motrice chez l’adulte destinée à l’ensemble des professionnels de santé concernés par la prise en charge des personnes qui ont fait un accident vasculaire cérébral (AVC). Cette recommandation s’inscrit dans le cadre du Plan National « Accidents Vasculaires Cérébraux 2010-2014 » élaboré par le Ministère de la santé et des sports.

L’accident vasculaire cérébral est la 3e cause de décès en France, il est la 1e cause de handicap acquis chez l’adulte. La prise en charge post-AVC - rééducation, réadaptation, réinsertion – a bénéficié ces dernières années de nombreuses évolutions nécessitant l’élaboration de recommandations de bonnes pratiques pour une prise en charge adaptée de l’ensemble des patients. Dans ce contexte, la HAS a d’une part identifié les méthodes et les modalités de rééducation de la fonction motrice susceptibles d’être réalisées chez l’adulte après un AVC. Elle a d’autre part élaboré des recommandations relatives à l’indication et à l’application de ces méthodes lors des phases aiguë (avant le 14e jour post-AVC), subaiguë (entre le 14e jour et 6 mois post-AVC), et chronique (après 6 mois post-AVC).

Commencer la rééducation le plus tôt possible et ne pas se limiter à une seule approche

La HAS a dressé la liste des méthodes de rééducation motrice (méthodes manuelles ou instrumentales) indiquées selon les phases de la prise en charge. Elle a également dressé la liste des méthodes qui n’ont pas encore fait la preuve de leur efficacité. Elle recommande que la rééducation motrice soit mise en place dès que possible, en combinant les différentes méthodes décrites, c’est-à-dire sans se limiter à une approche exclusive, quel que soit le stade de la prise en charge. La mise en place du renforcement musculaire est nécessaire, et travailler sur la rééducation à la marche doit se faire dès que possible. La HAS recommande de miser dès le départ sur l’éducation thérapeutique du patient et de son entourage afin d’optimiser et de pérenniser les résultats de la rééducation, et insiste sur l’importance de la coordination à chaque transfert, changement d’unité ou lors du retour à domicile du patient.

8. Maladie d'Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs
Recommandation de bonne pratique  - Mis en ligne le 8/6/2012

Ces recommandations portent sur la prise en charge des troubles du comportement jugés par l’entourage (aidants et proches, professionnels intervenant auprès du patient, autres patients, etc.) comme dérangeants, perturbateurs, dangereux, que ce soit pour le patient ou pour autrui (opposition, agitation, agressivité, comportements moteurs aberrants, desinhibition, cris, idées délirantes, hallucinations, troubles du rythme veille-sommeil). Les troubles du comportement déficitaires ou de retrait (apathie, repli sur soi, dépression), également fréquents au cours de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées, et leur prise en charge ne sont pas traités dans ces RBP.

Ces recommandations visent à :

  • homogéiser les pratiques en termes de diagnostic, de prévention et de traitement des troubles du comportement perturbateurs ;
  • promouvoir les techniques de soins non médicamenteuses ;
  • éviter les prescriptions inappropriées, systématiques ou prolongées de psychotropes, en particulier de sédatifs et de neuroleptiques.

Ces recommandations ont été élaborées par la HAS dans le cadre du Plan Alzheimer 2008-2012 (mesure 15).

Le document suivant regroupe des outils pratiques, destinés notamment aux médecins généralistes, sur le dispositif d'annonce du diagnostic et d'accompagnement d'un patient atteint de la maladie d'Alzheimer :

Maladie d’Alzheimer et maladies apparentées : dispositif d’annonce du diagnostic et accompagnement

9. Réalisation d’une grille d’analyse de la pertinence des demandes de transfert et d’admission en SSR - Note de cadrage
Recommandation en santé publique  - Mis en ligne le 16/5/2012

Les services de soins de suite et de réadaptation (SSR) correspondent à une des activités d’un établissement de santé. L’activité des SSR a pour objet de prévenir ou de réduire les conséquences fonctionnelles, physiques, cognitives, psychologiques ou sociales des déficiences et des limitations de capacité des patients et de promouvoir leur réadaptation et leur réinsertion. Elle comprend, le cas échéant, des actes à visée diagnostique ou thérapeutique. L’orientation d’un patient dans une structure de SSR et son admission doivent répondre à un objectif thérapeutique déterminé et régulièrement réévalué. Le SSR ne doit plus être seulement reconnu comme l’aval du court séjour, mais comme une structure sanitaire apportant une plus-value réelle au patient car permettant une prise en charge globale destinée à lui permettre de retourner dans son lieu de vie d’origine.

10. Autisme et autres troubles envahissants du développement : interventions éducatives et thérapeutiques coordonnées chez l’enfant et l’adolescent
Recommandation de bonne pratique  - Mis en ligne le 8/3/2012

Cette recommandation a pour objectif principal l’amélioration des pratiques des équipes amenées à mettre en œuvre les interventions auprès des enfants/adolescents avec TED, en particulier de mieux évaluer les besoins et ressources individuels de l’enfant et de sa famille, dans chacun des domaines de fonctionnement et de participation habituellement touchés par les répercussions des TED en vue de proposer un projet personnalisé d’interventions coordonnées considérées pertinentes pour répondre à ces besoins.

Cette recommandation vise à répondre aux questions suivantes :
- Quels sont les domaines du fonctionnement et de la participation de l’enfant ou de l’adolescent dans lesquels une évaluation régulière de son développement est nécessaire pour appréhender au mieux ses besoins et ses ressources ?
- Quelles interventions proposer en fonction des besoins repérés dans chacun des domaines identifiés ?
- Comment assurer l’organisation optimale des interventions et du parcours de l’enfant ou de l’adolescent ?

Ces recommandations sont également disponibles sur le site www.anesm.sante.gouv.fr, au format des recommandations de l'Anesm.

Anesm HAS Autisme

[1] 2 3 4 5 >
impression