English version

Développer la qualité dans le champ
sanitaire, social et médico-social

Recherche

Avancée
impression
Conférence de presse du 2 avril 2009

Interview du Pofesseur Pascal Guéret, cardiologue et Président de la Société Française de Cardiologie

Pr Pascal GueretQuelle est la contribution de la Société Française de Cardiologie à l’amélioration de la prise en charge de l’infarctus du myocarde ?  

Depuis de nombreuses années, la Société Française de Cardiologie soutient et/ou entreprends des études scientifiques sur la prise en charge de l’infarctus du myocarde, en particulier par l’intermédiaire de sa Commission des Registres.

Plusieurs enquêtes ont ainsi été menées en 1995, 2000 (USIK 2000) et 2005 (FAST MI) sous la direction du Professeur Nicolas DANCHIN. Elles ont permis de colliger, à 5 ans d’intervalle,  des milliers d’observations au sein de la grande majorité des unités de soins intensifs de notre pays.
La connaissance précise des conditions de prise en charge des patients victimes d’un infarctus et de leur suivi qui est issue de ces observations a conduit à la publication de nombreux articles scientifiques dans les meilleures revues internationales.

 Elle a aussi servi de matière à la rédaction des 30 indicateurs de pratique clinique, en collaboration avec de très nombreux partenaires et publiés récemment sous l’égide de la Haute Autorité de Santé.
Grâce à un financement octroyé par la HAS, ces actions ont également trouvé un prolongement en effectuant, en collaboration avec les cardiologues libéraux (UFCV et syndicats des cardiologues), une étude sur l’application actuelle de ces indicateurs lors de la phase ambulatoire post infarctus dans la cohorte des patients inclus dans l’observation FAST MI en décembre 2005 et suivi par leur cardiologue de ville (étude INDIQ CARD).

Enfin, un autre projet d’observatoire est actuellement en cours d’installation par le Professeur Christian SPAULDING sous l’égide de la SFC, où il est proposé d’étudier lors de la phase pré hospitalière cette fois-ci, l’efficience des différentes modalités d’appel d’un patient présentant une douleur thoracique aigue auprès des structures d’urgence (étude DOLORES). 
 

Quel rôle joue la Société Française de Cardiologie dans la prévention des facteurs de risque cardiovasculaire ?  

En tant que société scientifique, la SFC n’a pas de lien direct très fréquent avec le grand public. Cependant, dans le cadre des actions de prévention et de lutte contre les facteurs de risque cardiovasculaire, elle entreprend des études scientifiques : par exemple le travail récent mené par une équipe toulousaine ayant démontré la réversibilité des anomalies de la vaso-réactivité artérielle chez les sujets soustraits au tabagisme passif.

Elle travaille également en collaboration avec d’autres sociétés comme l’ALPHEDIAM pour définir les modalités de détection de l’ischémie myocardique chez les patients diabétiques.

La SFC a également soutenu, avec de très nombreuses autres sociétés scientifiques, une motion tentant à limiter la publicité sur les produits alimentaires à destinée des enfants, à l’heure de grande audience télévisée.


Au sein de la communauté cardiologique, nombre de ces actions sont menées en étroite collaboration avec le partenaire naturel de la SFC, la Fédération Française de Cardiologie avec laquelle elle est réunie au sein de la Maison du Cœur et qui entreprend de très nombreuses campagnes d’information auprès du grand public concernant la prévention et la lutte contre ces facteurs de risque cardiovasculaire.
Mis en ligne le 21 avr. 2009