impression
Évaluation des technologies de santé

Evaluation de la Stimulation Phrénique Implantée

Rapport d'évaluation de la CEPP

Date de validation
mai 2009

Les dispositifs de stimulation phrénique sont des dispositifs d’assistance respiratoire implantée définitive, destinés aux patients dont la commande respiratoire est atteinte alors que le système neuromusculaire périphérique est intact. Selon les technologies, la stimulation porte sur la portion thoracique du nerf phrénique (stimulateurs phréniques intrathoraciques) ou au niveau des points moteurs du nerf phrénique situés sur le diaphragme (stimulateurs phréniques intradiaphragmatiques).
L’objectif de ce travail est d’évaluer l’intérêt clinique des différents dispositifs de stimulation phrénique implantés et des actes qui leur sont associés et d’en définir, en vue du remboursement :
- les indications ;
- les conditions de prise en charge : modalités d’implantation et de suivi ;
- les données cliniques complémentaires nécessaires.

 

Au vu des données d’efficacité et de sécurité et des conclusions du groupe de travail, la HAS recommande la prise en charge de la stimulation phrénique implantée pour les patients dépendants d’une ventilation mécanique externe : les deux types de stimulation (stimulation intrathoracique et stimulation intradiaphragmatique) sont efficaces et permettent le sevrage d’une ventilation externe. D’un point de vue économique, l’évaluation de la stratégie « stimulation phrénique » par rapport à la stratégie « ventilation mécanique » est freinée par l’absence de données d’efficacité comparatives.
Les indications recommandées correspondent à celles pour lesquelles les données cliniques sont actuellement disponibles : patients dépendants d’une ventilation mécanique externe ayant une lésion spinale haute traumatique (strictement au-dessus de C4) ou atteints d’hypoventilation alvéolaire centrale congénitale ou acquise. Ces indications correspondent à une population orpheline estimée à moins de 50 nouveaux patients par an.
Un encadrement de l’utilisation de ces technologies est recommandé compte tenu de la sélection nécessaire des patients qui repose sur un bilan pré-implantation spécifique permettant de vérifier la fonctionnalité du nerf phrénique et de la nécessité d’une coordination entre ce bilan, l’implantation et le suivi des patients. Un recueil de données complémentaires est également proposé pour confirmer le retentissement de chacun des modes de stimulation phrénique sur la qualité de vie, la morbimortalité et la consommation des ressources techniques pour les patients implantés.
Chaque dispositif ayant fait l’objet d’une demande d’admission au remboursement (ATROSTIM, NEURX RA/4) et les actes qui leur sont associés ont fait l’objectif d’un avis spécifique.

Documents

Documents d'avis

Mis en ligne le 20 mai 2009