Share Impression

IQSS 2018 - ReH3 CA : Indicateurs de résultats en « chirurgie ambulatoire »

Article HAS - Mis en ligne le 14 déc. 2018

Contexte

La chirurgie ambulatoire, hospitalisation de moins de 12 heures sans hébergement de nuit, est une priorité nationale et constitue un levier majeur d’optimisation de l’offre de soins. Les pouvoirs publics soutiennent le développement de la prise en charge sans nuitée afin d’aboutir en 2022 à une pratique ambulatoire majoritaire de 70 %.

C’est dans ce cadre que la HAS a développé des IQSS évaluant le parcours du patient dans une approche intégrée (processus et résultats), afin d’accompagner le déploiement sécurisé de la chirurgie ambulatoire. Dans ce contexte, les réhospitalisations entre 1 et 3 jours après une chirurgie en ambulatoire représentent un des enjeux de sécurité pour le patient.

Pour rappel, la mesure des conversions, a été validée lors de l’expérimentation des indicateurs de résultats, avec une valeur prédictive positive de plus de 90%. Cependant, n’étant pas codée par tous les établissements, elle ne peut être considérée comme une mesure nationale et ne sera pas restituée aux établissements. 

 

Mesure des réhospitalisations entre 1 et 3 jours après chirurgie ambulatoire

La mesure des réhospitalisations entre 1 et 3 jours est pertinente pour l’amélioration de la qualité des soins et de la sécurité des patients hospitalisés pour une chirurgie programmée en ambulatoire car :

  • Leur survenue à ce délai très court annule le gain de durée de séjour attendu par comparaison à l’hospitalisation conventionnelle.
  • Elles sont à ce délai majoritairement non programmées et donc liées à la qualité et à la sécurité des soins délivrés lors du séjour de chirurgie ambulatoire, et notamment à l’évaluation de l’éligibilité du patient avant l’admission, de sa confirmation à l’admission et/ou à l’évaluation de l’aptitude du patient à la sortie.
  • Elles concernent principalement des complications médicales communes à toute chirurgie : douleur, hémorragie-hématome, infection, pour lesquelles des actions pour les réduire devraient être possibles.
  • L’analyse des causes de réhospitalisation par retour aux dossiers est ciblée sur les prises en charge très atypiques. Elles correspondent aux racines de GHM dont le nombre observé de réshopitalisations est significativement supérieur à l’attendu. Cela permet aux établissements d’identifier les causes potentiellement évitables, pour lesquelles des actions d’amélioration ciblées pourraient être mises en place.

L’utilisation de cet outil permettra d’identifier les prises en charge dont les causes des réhospitalisations non programmées sont potentiellement évitables, et de capitaliser sur les actions d’amélioration efficaces, au bénéfice du service rendu aux patients.

Le choix a été fait, de ne pas restituer une mesure globale, toutes prises en charge confondues, qui n’est ni discriminante, ni informative, les différentes interventions concernées pouvant se compenser.
Ainsi, une mesure ciblée sur des prises en charge très atypiques à investiguer par retour aux dossiers est mise à disposition des établissements. Cette investigation s’intègre dans une démarche qualité – gestion des risques au sein des établissements de santé concernés.
L’objectif en 2019, suite à ce retour aux dossiers par les établissements, est d’aboutir à une identification de prises en charge, dont les réhospitalisations sont potentiellement évitables.

 

Outils mis à disposition des établissements pour faciliter l’utilisation de l’indicateur

  • Fiche descriptive 2018 ;
  • Logiciel de détection des séjours des racines de GHM avec nombre de réhospitalisations significativement supérieur à l’attendu (prochainement disponible) ;
  • Grille d’analyse des séjours des racines de GHM à investiguer (prochainement disponible).

Nous contacter

Indicateurs au service Évaluation et Outils pour la Qualité et la Sécurité des Soins (EvOQSS)