Share Print

Violences : les repérer, les prévenir

Comment repérer et protéger les victimes de maltraitances : bébés secoués, mineurs accueillis en centre d’hébergement, enfants maltraités, et comment prévenir et prendre en charge les violences au sein du couple et en milieu psychiatrique ? Ces situations nécessitent un accompagnement médical, social, psychologique et judiciaire.

Quels sont les symptômes évocateurs d’une maltraitance chez un enfant ? Comment mener une consultation en cas de suspicion de maltraitance ? Des outils peuvent vous aider dans vos pratiques.

Lorsqu’un professionnel de santé suspecte une maltraitance chez un enfant, pour le protéger, il peut être amené à le faire hospitaliser immédiatement. La HAS a réalisé un travail pour aider le médecin à repérer et à prendre en charge les enfants victimes de violence.

Responsable de lésions cérébrales graves, parfois fatales, le syndrome du bébé secoué (SBS) concerne plusieurs centaines d’enfants chaque année en France. La HAS et la Sofmer ont actualisé les recommandations sur ce sujet pour aider les professionnels à en établir le diagnostic.

En 2012, des recommandations ont été publiées pour améliorer le repérage et le signalement des maltraitances sexuelles chez le mineur.

Pour mieux protéger les adolescents et soutenir les professionnels, la HAS recommande d’accentuer encore l’individualisation de l’accompagnement et de systématiser l’analyse des cas de passages à l’acte...

En 2016, 138 personnes – majoritairement des femmes – sont décédées, victimes de la violence de leurs partenaires ou ex-partenaires. Ces violences conjugales sont difficiles à repérer : elles se produisent dans la sphère privée et s’accompagnent souvent d’un phénomène d’emprise psychologique qui place la victime dans un état de grande vulnérabilité.

Une patiente victime de violences conjugales a besoin de soins médicaux, d’un soutien psychologique et d’informations sur les démarches à accomplir et les aides disponibles.

La HAS a publié un guide intitulé « Mieux prévenir et prendre en charge les moments de violence dans l’évolution clinique des patients adultes lors des hospitalisations en service de psychiatrie »

Des recommandations pour les médecins.