Share Impression

Continuité du suivi postnatal des femmes et de leur enfant lors de la levée du confinement

Réponses rapides dans le cadre du COVID 19 - Mis en ligne le 02 avr. 2020

logo has

logo AFPA

Logo SFN

mceclip0 - 2020-04-24 22h32m16s

logo CNSF

 

logo FFRSP

mceclip1 - 2020-05-18 15h11m40s

logo CNGOF

mceclip0 - 2020-05-19 10h09m06s 

L’essentiel

  • Réponse rapide n°1 : Tout nouveau-né de mère infectée par le COVID-19 doit être considéré comme lui-même porteur du virus. Un test du nouveau-né ne se justifie pas mais l’isolement de la mère avec son enfant et les mesures barrières doivent être respectés et renforcés.
  • Réponse rapide n°2 : Favoriser les sorties précoces, à partir de la 48e heure de vie du nouveau-né, en favorisant le lien ville-hôpital.
  • Réponse rapide n°3 : Réaliser l’examen du nouveau-né en présentiel entre le 6e et le 10e jour postnatal par un pédiatre ou un médecin généraliste au mieux dans le cadre d’une filière de soins organisée.
  • Réponse rapide n°4 : Moduler l’organisation du suivi postnatal en fonction des particularités géographiques, de l’évolution locale de l’épidémie, de l’accès aux ressources locales et des demandes de la mère ou du couple.
  • Réponse rapide n°5 : Adapter les modalités de levée du confinement pour les mères et leur enfant à l’aide d’une démarche de décision partagée entre la femme et/ou le couple, et le professionnel ou l’équipe de soin qui suit la femme et l’enfant. Cette démarche se fonde sur des informations échangées entre eux et sur l’appréciation de la place respective des facteurs épidémiologiques, médicaux, des conditions de vie, vulnérabilités, préférences de la femme ou du couple.
  • Réponse rapide n°6 : Proposer le suivi en téléconsultation ou en présentiel en fonction de l’évaluation de la situation clinique, mais aussi du contexte social et psychologique de la femme.
  • Réponse rapide n°7 : S’assurer du bien-être physique et mental de la mère, maintenir le soutien psychologique des femmes même à distance et accompagner la mère ou le couple dans ses pratiques parentales.
  • Réponse rapide n°8 : Renforcer le suivi en cas de sortie très précoce (avant 48 heures de vie).
  • Réponse rapide n°9 : Porter une attention particulière au circuit de surveillance du risque d’ictère et de suivi à la maternité en cas d’ictère confirmé.
  • Réponse rapide n°10 : S’assurer de la réalisation de la visite postnatale pour la mère en présentiel à 6 semaines après l’accouchement (examen gynécologique, contraception, rééducation du périnée, vécu de l’accouchement et des suites de couche, évaluation de signes de mal-être ou de dépression...). Elle est aussi l’occasion de planifier la reprise du suivi de prévention de la femme.
  • Réponse rapide n°11 : S’assurer de l’organisation du suivi de l’état de santé de l’enfant dès la naissance: dépistages, vaccinations, développement de l’enfant.
  • Réponse rapide n°12 : Mettre en place un suivi de l’état de santé des enfants nés de mère ayant contractée le COVID-19, de la naissance jusqu’à 2 ans.

Contexte

La France est entrée le 14 mars 2020 dans la situation épidémique de stade 3 vis-à-vis du COVID-19. Dans une lettre du 27 mars 2020 la DGS a saisi la HAS en vue d’élaborer des recommandations générales destinées à assurer la continuité de prise en charge des femmes enceintes en période de confinement impliquant une limitation des déplacements. Une nouvelle mise à jour de ces recommandations s’est avérée nécessaire dans un contexte de levée du confinement progressive et graduelle selon les territoires.

De rares cas de transmission verticale du virus ont été identifiés (pas de virémie placentaire, ni dans le liquide amniotique ou le sang de cordon) (Chen, 2020)(Alzamora, 2020)(Dong, 2020)(Zeng, 2020)(CNGOF, 2020) (Lamouroux, 2020) et il n’y a pas d’argument en faveur d’une transmission lors de l’allaitement.

Dans le cadre de la levée progressive du confinement, le rôle et la charge de travail des professionnels de santé amènent à réinterroger les organisations pour le suivi des mères et de leur enfant en termes de prévention et de prise en charge. Le virus circule toujours activement sur tout le territoire et de manière hétérogène. Les zones décrites par le gouvernement évolueront au fil des semaines avec un risque de rebond épidémique potentiel qui pourraient nécessiter un réajustement de l’offre de soins dédiée à la prise en charge du COVID-19, ainsi que des mesures de réversibilité à mettre en place le cas échéant (Lignes directrices relatives à l’organisation générale de l’offre de soins après déconfinement, mai 2020).

Ces réponses rapides portent sur les conditions et l’organisation du retour à domicile des mères et de leurs enfants pendant la période de levée progressive du confinement et sur la gestion des cas du retour à domicile de femmes atteintes de COVID-19 (sans signes de gravité) et de leur nouveau-né. Elles concernent également la reprise d’activités relatives au suivi gynécologique et de prévention à distance de la naissance.

 

Ces réponses rapides élaborées sur la base des connaissances disponibles à la date de leur publication sont susceptibles d’évoluer en fonction de nouvelles données.

Ces réponses rapides sont fondées sur ce qui apparaît souhaitable ou nécessaire au moment où elles sont formulées. Elles ne prennent pas en compte les capacités d’approvisionnement en équipements de protection individuelle.

 

Retrouvez toutes les fiches réponses rapides dans le dossier COVID-19.

 

Nous contacter

Service des bonnes pratiques professionnelles