Share Impression

Continuité de la prise en charge des patients atteints d’hépatites virales chroniques

Réponses rapides dans le cadre du COVID-19 - Mis en ligne le 10 avr. 2020

logo has

mceclip1 - 2020-04-10 13h07m42s

mceclip0 - 2020-04-10 13h35m06s

mceclip0 - 2020-04-10 14h19m12s

L’essentiel

  • Réponse rapide n°1 : Les patients atteints de cirrhose au stade B ou C de la classification de Child-Pugh sont à risque de développer une forme grave de COVID-19.
  • Réponse rapide n°2 : Réaliser le suivi des patients atteints d’hépatite chronique au maximum hors des établissements de soins et privilégier la téléconsultation en veillant à l’absence de rupture de suivi.
  • Réponse rapide n°3 : Adapter le suivi des patients avec hépatopathie avancée en réalisant les examens de surveillance si possible en ville (bilans biologiques avec prélèvements à domicile par IDE, élastométries impulsionnelles ultrasonores, examens d’imagerie du foie de dépistage semestriel du carcinome hépatocellulaire (CHC) ou de surveillance des cancers primitifs du foie traités ou en cours de traitement) sinon en les reportant d’un à 2 mois.
  • Réponse rapide n°4 : En l’absence de signe suspect ou avéré de COVID-19, si l’hospitalisation d’un patient atteint d’hépatopathie est indiquée pour une complication hépatique, l’orienter vers un secteur d’hépato-gastroentérologie non COVID-19.
  • Réponse rapide n°5 : Renforcer le suivi des patients atteints d’hépatopathie chronique suspects ou diagnostiqués COVID-19, en privilégiant la téléconsultation si possible.
  • Réponse rapide n°6 : En cas de COVID-19 suspecté ou confirmé, si l’hospitalisation d’un patient atteint d’hépatopathie est indiquée, l’orienter vers un secteur COVID-19, avec gestion médicale coordonnée associant l’hépatologue référent habituel ; limiter de la posologie quotidienne de paracétamol à 2 g /jour et favoriser la prise en charge nutritionnelle du fait du risque important de dénutrition.
  • Réponse rapide n°7 : Le maintien des traitements antiviraux en cours doit être privilégié ; dans les formes sévères de COVID-19, les modifications éventuelles doivent être discutées au cas par cas, en concertation avec les praticiens prenant en charge le COVID-19 et l’hépatologue référent.

Contexte

La France est entrée le 14 mars 2020 dans la situation épidémique de stade 3 vis-à-vis du COVID-19. Dans une lettre du 27 mars 2020 la DGS a saisi la HAS en vue d’élaborer des recommandations générales destinées à assurer la continuité de prise en charge des patients souffrant de maladies chroniques somatiques ou psychiatriques en période de confinement et à assurer le suivi des femmes enceintes.

Dans ce contexte épidémique, les personnes atteintes de maladies chroniques sont plus à risque d’aggravation et de déstabilisation de leur maladie.

Ces réponses rapides visent à assurer la continuité de la prise en charge de ces patients atteints d’hépatites virales chroniques.

Ces réponses rapides, élaborées sur la base des connaissances disponibles à la date de leur publication, sont susceptibles d’évoluer en fonction de nouvelles données.

Retrouvez toutes les fiches réponses rapides dans le dossier COVID-19.

Nous contacter

Service des bonnes pratiques professionnelles