Share Impression

Prise en charge médicamenteuse des situations d’anxiolyse et de sédation pour les pratiques palliatives en situation d’accès restreint au midazolam

Réponses rapides dans le cadre du COVID 19 - Mis en ligne le 05 mai 2020
logo has mceclip0 - 2020-05-01 10h09m52s mceclip0 - 2020-05-01 10h27m04s mceclip0 - 2020-05-03 21h22m01s

L’essentiel

Prise en charge pharmacologique de l’anxiété

  • Réponse rapide n°1 : Favoriser au maximum l’utilisation de la voie orale (avec une utilisation possible de certains traitements en gouttes ou par voie sublinguale, notamment en cas de troubles de la déglutition) afin d’épargner les formes injectables.
  • Réponse rapide n°2: Préférer l’utilisation d’une benzodiazépine de demi-vie longue dans les situations d’anxiolyse en continu : clonazépam, diazépam, clorazépate.
  • Réponse rapide n°3: Se réserver la possibilité d’utiliser d’autres médicaments que les benzodiazépines (hydroxyzine, cyamémazine) au regard des effets indésirables associés aux benzodiazépines.

Pour les pratiques sédatives

  • Réponse rapide n°4 : Envisager une substitution du midazolam pour les sédations en urgence pour détresse (clonazépam ou diazépam) et les sédations intermittentes nocturnes (clonazépam).
  • Réponse rapide n°5: Réserver l’utilisation du midazolam aux 2 situations suivantes :
    • les sédations brèves (ex. : soins douloureux) ;
    • les sédations en urgence chez un patient dépourvu de voie veineuse (recherche d’une induction rapide).
  • Réponse rapide n°6 : Privilégier l’utilisation d’une benzodiazépine orale lorsque la voie orale est possible (ex. : sédation intermittente nocturne).

Contexte

La France est entrée le 14 mars 2020 dans la situation épidémique de stade 3 vis-à-vis du Covid-19. Dans une lettre du 27 avril 2020, la DGOS a saisi la HAS en vue d’élargir les recommandations relatives à la prise en charge médicamenteuse en situations palliatives jusqu’en fin de vie publiées par la HAS , au traitement de l’anxiété dans les situations palliatives.

En effet, l’utilisation de l’ensemble des benzodiazépines (dont le clonazépam, bien qu’étant indiqué uniquement dans la prise en charge de l’épilepsie) et d’autres classes pharmacologiques comme alternative au midazolam dans la prise en charge des situations de sédations et d’anxiolyse, permettra d’épargner le midazolam, en forte tension d’approvisionnement, notamment pour une utilisation chez les patients en réanimation.

Il est à souligner que ces réponses rapides sont établies dans le contexte de l’épidémie de Covid-19 et dans des situations palliatives qui peuvent donc amener à utiliser les benzodiazépines à titre exceptionnel en dehors de leur AMM.

La HAS élabore ces réponses rapides destinées uniquement à la période d’urgence sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19.

Ces réponses rapides, élaborées sur la base des connaissances disponibles à la date de publication de cet avis, sont susceptibles d’évoluer en fonction de nouvelles données.

Retrouvez toutes les fiches réponses rapides dans le dossier Covid-19.