Citer cette publication Share Impression

EPIDYOLEX

Avis sur les Médicaments - Mis en ligne le 18 mai 2020

Nature de la demande

Inscription

Première évaluation.

Avis favorable au remboursement en association au clobazam dans le traitement des crises d’épilepsie associées au syndrome de Lennox-Gastaut (SLG) ou au syndrome de Dravet (SD), chez les patients de 2 ans et plus.

Quel progrès ?

Un progrès thérapeutique dans le traitement des crises d’épilepsie associées au syndrome de Lennox-Gastaut ou au syndrome de Dravet, chez les patients de 2 ans et plus.

Quelle place dans la stratégie thérapeutique ?

Crises d’épilepsie associées au syndrome de Lennox-Gastaut

La prise en charge des crises d’épilepsie associées au syndrome de Lennox-Gastaut repose sur la mise en place rapide d’un traitement antiépileptique symptomatique afin de réduire leur fréquence et leur intensité, prenant en compte un contexte de pharmacorésistance important observé dans cette maladie.

Le valproate de sodium est recommandé en traitement de 1ère intention. La lamotrigine est ajoutée au traitement lorsque le valproate de sodium en monothérapie n’est pas assez efficace, ou mal toléré. Les autres molécules ayant l’AMM dans le syndrome de Lennox-Gastaut sont les suivantes : le topiramate, le rufinamide, le clonazépam, le felbamate et le clobazam avec des profils de tolérance différents.

Le régime cétogène et la stimulation du nerf vague sont des traitements de recours, en cas d’échec des traitements médicamenteux, chez les patients atteints de syndrome de Lennox-Gastaut. La chirurgie palliative de type callosotomie est indiquée en dernier recours après échec médicamenteux.

Place d’EPIDYOLEX (cannabidiol) dans la stratégie thérapeutique : EPIDYOLEX (cannabidiol) est une option thérapeutique en association au clobazam dans le traitement des crises d’épilepsie associées au syndrome de Lennox-Gastaut, chez les patients de 2 ans et plus pharmacorésistants.

Crises d’épilepsie associées au syndrome de Dravet

La prise en charge des crises d’épilepsie associées au syndrome de Dravet repose sur la mise en place rapide d’un traitement antiépileptique symptomatique afin de réduire la fréquence et l’intensité des crises, prenant en compte un contexte de pharmacorésistance important observé dans cette maladie.

Le valproate de sodium associé à des benzodiazépines (clobazam ou lorazépam) est recommandé en traitement de 1ère intention. L’association du valproate avec le topiramate peut également être efficace, mais le topiramate ne peut être utilisé qu’à partir de l’âge de deux ans.

Le stiripentol (DIACOMIT) a l’AMM spécifiquement chez les patients atteints du syndrome de Dravet en association au valproate de sodium et au clobazam dans le traitement des convulsions tonico-cloniques généralisées insuffisamment contrôlées par l’association clobazam/valproate de sodium.

Le régime cétogène et la stimulation du nerf vague sont des traitements de recours, en cas d’échec des traitements médicamenteux, chez les patients atteints de syndrome de Dravet.

Place d’EPIDYOLEX (cannabidiol) dans la stratégie thérapeutique : EPIDYOLEX (cannabidiol) est une option thérapeutique en association au clobazam dans le traitement des crises d’épilepsie associées au syndrome de Dravet, chez les patients de 2 ans et plus pharmacorésistants.

Recommandations particulières

La Commission signale que le conditionnement, un flacon multi-doses avec deux dispositifs d’administration gradués en ml tandis que la posologie est exprimée en mg, nécessite une conversion (de mg en ml) favorisant le risque d’erreur médicamenteuse et de surdosage. La Commission souligne de plus l’importance de la clarté du libellé de la posologie sur la prescription médicale et de l'information adéquate des personnes en charge de la dispensation et de l’administration d’EPIDYOLEX (cannabidiol), comprenant les professionnels de santé et aussi l’entourage de l’enfant.


Service Médical Rendu (SMR)

Important

Le service médical rendu par EPIDYOLEX (cannabidiol) est important dans les indications de l’AMM.


Amélioration du service médical rendu (ASMR)

IV (mineur)

Compte-tenu :

  • de la démonstration de la supériorité du cannabidiol par rapport au placebo, en traitement adjuvant, principalement en association au clobazam, évaluée au cours de quatre études randomisées en double-aveugle, dont deux réalisées chez des enfants atteints du syndrome de Dravet et deux réalisées chez des enfants et adultes atteints du syndrome de Lennox-Gastaut,
    • sur la variation de la fréquence totale des crises convulsives à court terme sur 14 semaines (critère de jugement principal pour le syndrome de Dravet) avec une quantité d’effet supplémentaire modérée par rapport au placebo (différence médiane de -23% et pourcentage de réduction de 26% à 30 %), ainsi que sur la variation de la fréquence totale des crises avec chute à court terme sur 14 semaines (critère de jugement principal pour le syndrome de Lennox Gastaut) avec une quantité d’effet supplémentaire modérée par rapport au placebo (différence médiane de – 17% à - 22%),
    • sur les critères de jugement secondaires hiérarchisés notamment le taux de patients répondeurs au traitement, (i.e. réduction = 50 % des crises convulsives ou avec chute selon l’étude) et la variation de la fréquence totale des crises (toute crise confondues) sur 14 semaines dans 3 études sur les 4 concernées,
  • du besoin médical important, en raison des alternatives limitées dans ces maladies rares,

et malgré :

  • l’absence de donnée robuste sur la qualité de vie,
  • l’absence de donnée d’efficacité et de tolérance du cannabidiol à long terme, notamment en termes d’impact sur la détérioration neurocognitive et le développement psychomoteur des patients, dans le cadre d’une maladie au long cours,

la Commission considère qu’EPIDYOLEX (cannabidiol) en association au clobazam apporte une amélioration du service médical rendu mineure (ASMR IV) dans la prise en charge des crises d’épilepsie associées au syndrome de Lennox-Gastaut (SLG) ou au syndrome de Dravet (SD), chez les patients de 2 ans et plus.


Ce produit a fait l'objet d'un avis d'efficience rendu par la Commission d'évaluation économique et de santé publique le 21 avril 2020.

 

Nous contacter

Évaluation des médicaments