Citer cette publication Share Impression

Accompagner les enfants et les adolescents dont ceux vivant avec une maladie chronique

Réponses rapides dans le cadre de la COVID-19 - Mis en ligne le 20 mai 2020
logo has logo CNP de Pédiatrie logo SFP small  Logo SFSA grand AFPA logo200  
sans-titre   logo SOFMEN SEFDP LOGO GRAND CMJN LOGO APOP Logo FFN

L’essentiel

Accompagner les parents, les enfants et les adolescents dont ceux vivant avec une maladie chronique grâce à une démarche de décision partagée entre la famille et le médecin ou l’équipe de soins

  • Réponse rapide n°1 : Expliquer l’importance du suivi de l’état de santé, de la poursuite des soins, et des rééducations, de la fréquentation des lieux d’accueil pour les très jeunes enfants, des lieux d’enseignement pour tous les enfants et adolescents y compris les plus fragiles et ceux vivant avec une maladie chronique.
  • Réponse rapide n°2 : Poursuivre les activités habituelles essentielles favorables au développement des enfants et adolescents (soins, école, activité physique, etc.) au maximum de ce qui est permis, en respectant les mesures barrière adaptées à l’âge de l’enfant et à son acceptabilité.
  • Réponse rapide n°3 : Maintenir les dispositifs et aides mis en place pour la scolarisation des enfants avec des besoins éducatifs spécifiques.
  • Réponse rapide n°4 : Rassurer les parents sur la normalité et la légitimité des réactions de stress immédiates ou plus tardives face aux consignes sanitaires plus ou moins strictes et les aider à y faire face.

Prévenir l’infection COVID chez les enfants et adolescents et protéger l’entourage

  • Réponse rapide n°5 : S’assurer que l’enfant ou l’adolescent est en bonne santé : sensibiliser les parents, professionnels de santé, enseignants, éducateurs au repérage des symptômes et des signes pouvant être en rapport avec la COVID-19 (altération de l’état général ; diarrhée ; fièvre ; toux ; rhinite, etc.).
  • Réponse rapide n°6 : Poursuivre l’apprentissage des gestes barrière et de l’hygiène des mains chez tout enfant ou adolescent :
    • promouvoir une stratégie positive pour les impliquer en tant que promoteurs/défenseurs de la prévention (protection de soi-même et des autres) ;
    • porter un masque en intrafamilial en présence de personnes à risque de forme grave de COVID-19 (fratrie, femme enceinte, grands-parents) ;
    • permettre de limiter le développement d’autres infections saisonnières (bactériennes et virales).
  • Réponse rapide n°7 : Adapter le port du masque à l’âge de l’enfant, à son acceptabilité tout particulièrement dans les situations de handicap et être attentif aux difficultés exprimées par l’enfant.
    • Le masque est proscrit chez les nourrissons et les jeunes enfants avant l’âge de 6 ans. Seuls les adultes s’en occupant portent un masque grand public en tissu (catégorie 1 norme AFNOR). Il n’est pas porté chez les enfants de maternelle.
    • Le masque est préconisé chez les enfants à l’école primaire à partir de l’âge de 6 ans.
    • Le masque est préconisé chez les collégiens et les lycéens. Rappeler tout particulièrement aux adolescents d’éviter les contacts étroits et directs entre personnes : poignée de main, salutation de type « check », accolade, câlins, embrassade, échanges d’objets.
  • Réponse rapide n°8 : Poursuivre et mettre en cohérence les mesures de prévention préconisées dans les établissements scolaires et spécialisés et le domicile des enfants en particulier en cas de gardes alternées ou d’accueil chez les grands-parents :
    • hygiène des mains, gestes barrière ; aération des locaux ; nettoyage et désinfection des surfaces fréquemment touchées (poignées de porte, téléphones mobiles, claviers d’ordinateur) ;
    • lavage des mains impératif au retour d’un établissement scolaire ou spécialisée, d’un lieu de soins, de rééducation.
  • Réponse rapide n°9 : Adapter avec le médecin traitant les mesures de prévention chez certains enfants avec une pathologie chronique, selon les recommandations des sociétés savantes concernées, pour faciliter la continuité des activités habituelles chez ces enfants.

S’assurer de la continuité du suivi de la santé de tous les nourrissons, enfants et adolescents et encourager la poursuite des activités habituelles

  • Réponse rapide n°10 : Poursuivre le suivi de la santé des enfants selon le calendrier des examens médicaux obligatoires.

    Prendre si besoin l’initiative de contacter tout particulièrement les familles en situations de vulnérabilité psychologique, sociale, financière, de violence ou de maltraitance intrafamiliale.
  • Réponse rapide n°11 : Poursuivre les prises en charge en cours : rééducations, soins dentaires y compris traitements orthodontiques, etc. Si des soins devaient être réorganisés ou délivrés selon des modalités différentes, une solution est proposée à l’enfant et à ses parents.
  • Réponse rapide n°12 : Maintenir l’ensemble des vaccinations obligatoires des nourrissons et compléter les dépistages, rattraper les vaccinations chez les enfants et les adolescents.

    Poursuivre les autres vaccinations recommandées en population générale au-delà de l’âge de 2 : en particulier la vaccination de la grippe saisonnière chez les enfants à risque de grippe sévère ou compliquée.
  • Réponse rapide n°13 : Prévenir et identifier les impacts négatifs des confinements successifs. Échanger et donner des conseils aux parents, enfants et adolescents sur :
    • les adaptations du mode de vie : activité physique, alimentation, usage des écrans, sommeil, rythmes de la vie quotidienne ;
    • la manière de faire face à des comportements ou réactions excessives face aux mesures d’hygiène et à la distanciation physique, à la peur de l’autre, au repli sur soi.
  • Réponse rapide n°14 : Être attentif aux symptômes de stress ou de détresse psychologique chez l'enfant, notamment chez l’adolescent. Proposer une prise en charge à tout adolescent face à une souffrance liée à la rupture de la vie sociale ; à des problèmes d’ajustement ; à un climat de tension familiale ou à des situations de violence intrafamiliales ; des troubles phobiques, une anxiété ; des troubles des conduites alimentaires ; l’aggravation d’une obésité.

Ajuster si besoin le plan de traitement et de soins chez les enfants et les adolescents vivant avec une maladie chronique 

  • Réponse rapide n°15 : Prendre l’initiative de contacter les familles dont les enfants ont des risques élevés de décompensation d’une maladie chronique pour éviter une situation de rupture du parcours de soins.
    • S’assurer de la continuité et de la coordination dans l’équipe de soins ou entre professionnels de santé pour ne pas interrompre les soins, les rééducations, les activités éducatives.
    • Si des soins ou examens devaient être réorganisés ou délivrés selon des modalités différentes, une solution est proposée à l’enfant et à ses parents et un suivi assuré.
    • Ajuster le plan de traitement et de soins à partir de l’évaluation du retentissement des consignes sanitaires sur le contrôle de la maladie et son autogestion, les courbes staturo-pondérales chez les enfants ou adolescents dépendants de leur entourage familial ou professionnel pour leur alimentation.

Tout professionnel de santé doit se soucier de la santé des parents

  • Réponse rapide n°16 : Conseiller aux parents de consulter leur médecin pour évaluer le retentissement du confinement sur leur santé.

Rechercher avec eux des solutions adaptées à leurs besoins et attentes : soutien psychologique, aide et accompagnement, répit.

Les associations d’usagers qui ont élaboré des outils d’aide et d’accompagnement de leurs adhérents peuvent être mobilisées.

Une mise en lien avec les services sociaux des communes et les CCAS pour les situations d’isolement ou de grande vulnérabilité pourra être proposée aux parents.

Ces réponses rapides sont élaborées sur la base des connaissances disponibles à la date de leur publication, elles sont susceptibles d’évoluer en fonction de nouvelles données.

Ces réponses rapides sont fondées sur ce qui apparaît souhaitable ou nécessaire au moment où elles sont formulées. Elles ne prennent pas en compte les capacités d’approvisionnement en équipements de protection individuelle.

Retrouvez toutes les fiches réponses rapides dans le dossier COVID-19.

Voir aussi