Quote this publication Share Print

Prise en charge ambulatoire des patients souffrant de troubles psychiques

Réponses rapides dans le cadre de la Covid-19 - Posted on Jun 05 2020
logo has  CEFI-PSY  mceclip0 - 2020-06-04 18h07m40s CME CHS small   LOGO CNPP small  
CNQSP small FFP small  Logo-FFPP small  Logo FNAPSY small  Logo Unafam-small  

L’essentiel

  • Réponse rapide n° 1 : prendre contact avec les patients dans une démarche proactive.
  • Réponse rapide n° 2 : renforcer l’offre de soins ambulatoires en utilisant les modalités de prise en charge en présentiel et à distance (vidéotransmission dans la mesure du possible, sinon téléphone).
  • Réponse rapide n° 3 : garantir un accès aux soins pour les nouveaux patients nécessitant une prise en charge spécialisée en psychiatrie, en privilégiant les prises en charge en présentiel pour les premières consultations.
  • Réponse rapide n° 4 : dans le cadre d’une décision partagée avec le patient, ajuster le projet de soins et d’accompagnement et définir les modalités de prise en charge : en présentiel, alternance présentiel/à distance ou à distance.
  • Réponse rapide n° 5 : l’ensemble des professionnels veillent à ce que la coordination/coopération soit renforcée (entre les acteurs de la psychiatrie, les médecins traitants/médecins généralistes et les autres professionnels impliqués dans la prise en charge et l’accompagnement du patient).
  • Réponse rapide n° 6 : sensibiliser le patient et son entourage aux effets bénéfiques du maintien d’une hygiène de vie (maintien de certains rythmes, voire ritualisations sécurisantes, dans l’organisation de la journée, etc.).
  • Réponse rapide n° 7 : évaluer avec le patient les éventuelles difficultés rencontrées pour le respect des consignes sanitaires (confinement, etc.) et l’aider à les résoudre. Le cas échéant, lui rappeler les aménagements prévus pour les personnes en situation de handicap.
  • Réponse rapide n° 8 : faciliter l’accès du patient à ses prises en charge thérapeutiques (renouvellement d’ordonnances, délivrance de médicaments, transports) et rester vigilant quant à son suivi somatique, notamment dans la mesure où il peut être un sujet à risque de forme grave de Covid-19 du fait de certaines comorbidités somatiques, fréquentes en psychiatrie.
  • Réponse rapide n° 9 : une attention particulière est portée par les professionnels concernés au contexte familial et social du patient (être attentif à d’éventuelles situations de violences intrafamiliales/conjugales, voire de maltraitances ; veiller au renouvellement des droits et prestations MDPH ; s’assurer que les tuteurs et curateurs sont joignables et maintiennent leur aide ; etc.).
  • Réponse rapide n° 10 : s’assurer de la compréhension des mesures barrières par les patients (port correct du masque, hygiène des mains, distanciation physique, ventilation/aération régulière des pièces de vie en particulier), évaluer leur adhésion à l’importance du respect de ces mesures et les accompagner dans leur mise en œuvre.
  • Réponse rapide n° 11 : en cas de symptômes de Covid-19 ou de contact récent avec une personne infectée, la réalisation d’un test, en lien avec le médecin généraliste/traitant, est indiquée.
  • Réponse rapide n° 12 : maintenir l’accès aux urgences psychiatriques et assurer sur des horaires élargis une permanence téléphonique pour les situations de détresse aiguë au niveau des secteurs de psychiatrie.

Contexte

Compte tenu de la situation épidémique de la Covid-19 en France, des mesures de confinement ont été prises. La HAS a décidé d’actualiser les « réponses rapides dans le cadre de la Covid-19 » concernant la prise en charge ambulatoire des patients souffrant de troubles psychiques.

Dans ce contexte, il faut souligner la grande vulnérabilité des personnes souffrant de troubles psychiques. Elles ont en effet souvent des comorbidités somatiques accroissant le risque de développer des formes graves du SARS-CoV-2. Elles sont souvent en situation d’isolement social, présentent des risques de rupture de soins et peuvent avoir des difficultés à respecter les consignes sanitaires (confinement, etc.) et à effectuer les mesures barrières. Le contexte anxiogène peut être une source de fragilisation de l’état psychique de la personne.

La très grande majorité des personnes souffrant de troubles psychiques est prise en charge en ambulatoire. Une adaptation de l’organisation, visant à assurer la continuité des soins psychiatriques dans ce contexte de crise sanitaire, est essentielle, en complément des plans blancs, principalement centrés sur l’activité hospitalière de soins somatiques. Il s’agit de maintenir l’offre ambulatoire et d’assurer un équilibre entre les ressources ambulatoires et hospitalières. Cette démarche doit veiller à s’adapter à l’évolution du contexte épidémique et à la durée de la crise sanitaire.

Les présentes préconisations, relatives à la prise en charge ambulatoire et à temps partiel (incluant les programmes de soins) des personnes souffrant de troubles psychiques s’adressent principalement aux acteurs impliqués dans la prise en charge sanitaire de ces personnes et abordent également la question de la coordination avec les autres acteurs de la prise en charge et de l’accompagnement qui interviennent auprès d’elles.

Ces réponses rapides, élaborées sur la base des connaissances disponibles à la date de publication de cet avis, sont susceptibles d’évoluer en fonction de nouvelles données.

Retrouvez toutes les fiches réponses rapides dans le dossier Covid-19.