Citer cette publication Share Impression

VEKLURY (remdesivir)

Avis sur les Médicaments - Mis en ligne le 23 oct. 2020

Nature de la demande

Inscription

Première évaluation.

Demande de remboursement retirée par le laboratoire.

Avis favorable au remboursement uniquement dans la prise en charge des patients âgés de 12 ans ou plus et pesant au moins 40 kg, hospitalisés pour la COVID-19 avec une pneumonie nécessitant une oxygénothérapie à faible débit et aux posologies de l’AMM.

Avis défavorable au remboursement dans la prise en charge des patients âgés de 12 ans ou plus et pesant au moins 40 kg, hospitalisés pour la COVID-19 avec une pneumonie nécessitant une oxygénothérapie à haut débit, ou une oxygénothérapie lors de la ventilation assistée non invasive ou invasive ou une oxygénothérapie par membrane extracorporelle (ECMO).

Le maintien des conclusions de cet avis est conditionné à la soumission de données à J28 notamment des données de mortalité de l’étude américaine ACTT dès leur disponibilité et au plus tard en octobre 2020.

En date du 31 août 2020, le laboratoire Gilead a retiré sa demande de remboursement de la spécialité VEKLURY (remdesivir).

Quel progrès ?

Pas de progrès, en l’état actuel des données.

Quelle place dans la stratégie thérapeutique ?

A ce jour, le traitement de support standard (standard of care ou SOC) demeure le traitement de référence en France de la COVID-19. Les corticoïdes (hors AMM) ont été récemment recommandés dans les formes sévères de COVID-19 (OMS, HCSP).

Place du médicament

Malgré les nombreuses incertitudes cliniques sur l’efficacité du VEKLURY (remdesivir) dans un contexte de stratégies thérapeutiques très rapidement évolutives, la place du VEKLURY (remdesivir) a été définie en considérant son utilité potentielle pour certains patients atteints d’infection sévère à SARS-CoV-2.

Ainsi, et principalement sur la base des données préliminaires de l’étude ACTT du NIAID :

  • qui suggèrent une quantité d’effet au mieux faible du remdesivir versus placebo, en association aux soins standards : réduction de 4 jours du délai de rétablissement clinique (11 jours versus 15 jours ; HR=1,32 [1,12-1,55]), critère de jugement principal de pertinence clinique discutable ;
  • des analyses en sous-groupe ayant montré une différence statistiquement significative sur le délai de rétablissement clinique uniquement chez les patients nécessitant une oxygénothérapie à faible débit à l’inclusion (HR de 1,47 ; IC95% [1,17; 1,84]) et l’absence de différence statistiquement significative dans les formes les plus sévères (patients nécessitant une oxygénothérapie à haut débit, une oxygénothérapie lors de la ventilation assistée non invasive ou invasive ou une oxygénothérapie par membrane extracorporelle (ECMO) ;
  • et de l’absence d’impact démontré dans cette étude sur la réduction de la mortalité à J14 (7,1% dans le groupe remdesivir versus 11,9% dans le groupe placebo (HR = 0,70; IC95% [0,47 à 1,04], NS, critère de jugement secondaire), bien que les analyses en sous-groupe suggèrent un effet positif sur ce critère uniquement dans le sous-groupe des patients sous oxygénothérapie à faible débit ;

la Commission, dans l’attente des résultats de mortalité à J28, considère que VEKLURY (remdesivir) pourrait constituer, en association aux soins standards, une option thérapeutique dans la prise en charge des patients âgés de 12 ans ou plus et pesant au moins 40 kg, hospitalisés pour la COVID-19 avec une pneumonie nécessitant une oxygénothérapie à faible débit, à l’exclusion de l’oxygénothérapie à haut débit, de l’oxygénothérapie lors de la ventilation assistée non invasive ou invasive ou de l’oxygénothérapie par membrane extracorporelle (ECMO).

Des données supplémentaires sont nécessaires et attendues pour statuer avec un meilleur niveau de preuve sur l’efficacité, les effets indésirables et les risques du VEKLURY (remdesivir) dans l’indication de l’AMM.

La Commission rappelle qu’il n’existe aucune donnée chez les patients avec insuffisance rénale ou hépatique, ainsi que chez la femme enceinte.

L’utilisation du VEKLURY (remdesivir) doit s’accompagner d’une surveillance clinique étroite compte tenu des réactions indésirables possibles lors de l’injection (notamment hypotension artérielle) et un suivi de la fonction rénale et de la fonction hépatique (risques importants potentiels ou identifiés dans le cadre du PGR).

Recommandations particulières

Au regard des incertitudes actuelles concernant l’efficacité, la tolérance et les modalités d’utilisation (stade clinique, durée optimale d’utilisation et suivi des patients) du VEKLURY (remdesivir), d’un contexte de stratégies thérapeutiques très rapidement évolutives, et dans la mesure où la Commission a restreint le périmètre du remboursement du VEKLURY (remdesivir) par rapport à l’AMM, elle recommande que les prescriptions soient réalisées après un avis collégial.


Service Médical Rendu (SMR)

Faible

Le service médical rendu par VEKLURY (remdesivir), est faible dans la prise en charge des patients âgés de 12 ans ou plus et pesant au moins 40 kg, hospitalisés pour la COVID-19 avec une pneumonie nécessitant une oxygénothérapie à faible débit.

Insuffisant

Le service médical rendu par VEKLURY (remdesivir), est insuffisant dans la prise en charge par la solidarité nationale chez les patients âgés de 12 ans ou plus et pesant au moins 40 kg, hospitalisés pour la COVID-19 avec une pneumonie nécessitant une oxygénothérapie à haut débit, ou une oxygénothérapie lors de la ventilation assistée non invasive ou invasive ou une oxygénothérapie par membrane extracorporelle (ECMO).


Amélioration du service médical rendu (ASMR)

V (absence)

Compte tenu :

  • des données cliniques disponibles limitées aux résultats de 3 études comparatives réalisées chez des patients hospitalisés (étude chinoise NCT04257656 arrêtée précocement, résultats préliminaires de l’étude américaine ACTT, étude SIMPLE sans groupe contrôle) présentant de nombreuses limites méthodologiques et des résultats discordants,
  • des résultats préliminaires de l’étude pivotale américaine ACTT ayant le plus grand effectif (n = 1063 patients hospitalisés avec pneumopathie, dont 88,7% de forme sévère oxygéno-requérant) qui suggèrent une quantité d’effet au mieux faible du remdesivir versus placebo, en association aux soins standards : réduction de 4 jours du délai de rétablissement clinique (11 jours versus 15 jours ; HR=1,32 [1,12-1,55]), critère de jugement principal de pertinence clinique discutable,
  • et de l’absence d’impact démontré dans cette étude sur la réduction de la mortalité à J14 (7,1% dans le groupe remdesivir versus 11,9% dans le groupe placebo (HR = 0,70; IC95% [0,47 à 1,04], NS, critère de jugement secondaire), bien que les analyses en sous-groupe suggèrent un effet positif sur ce critère uniquement dans le sous-groupe des patients sous oxygénothérapie à faible débit,
  • de l’absence de données sur la mortalité à J28 dans l’étude ACTT,
  • de l’absence de données permettant de conclure de manière robuste sur l’efficacité selon le stade de la maladie et la durée optimale de traitement ;
  • de l’absence de démonstration de l’impact du remdesivir sur la négativation attendue de la charge virale ;
  • et malgré le besoin médical majeur à disposer de médicaments efficaces et bien tolérés dans le traitement curatif du COVID-19 en raison de sa gravité, de sa contagiosité et de son impact sur l’organisation des soins, en particulier sur les unités de soins intensifs, ainsi que de l’absence de traitement curatif disponible ;

En l’état actuel des données disponibles, la Commission considère que VEKLURY (remdesivir) n’apporte pas d’amélioration du service médical rendu (ASMR V) dans la prise en charge des patients adultes et adolescents (âgés de 12 ans et plus et pesant au moins 40 kg) atteints de la COVID-19 ayant une pneumonie et recevant une oxygénothérapie à faible débit.


Avis économique

Ce produit a fait l'objet d'un avis économique rendu par la Commission d'évaluation économique et de santé publique le 16 juillet 2020.

> VEKLURY - Avis économique (pdf)

 

Nous contacter

Évaluation des médicaments