Citer cette publication Share Impression

Réponses rapides dans le cadre de la Covid-19 – Démarche médicale pour la vaccination contre la Covid-19 – Actualisation

Réponses rapides dans le cadre de la COVID-19 - Mis en ligne le 24 déc. 2020
Logo HAS   mceclip0 - 2020-05-28 16h48m25s        Logo CNGE   mceclip0 - 2020-12-24 15h05m20s 

L’essentiel

Cette fiche a pour objectif d’accompagner les professionnels de santé dans la conduite de la vaccination contre la Covid 19 et de présenter les nouveautés relatives à la vaccination à la suite notamment des recommandations de la HAS.

La mutation L452R portée notamment par le variant delta, a été retrouvée dans 96,4 % des PCR criblées (en France au 25 octobre 2021)[1].

  • Réponse rapide n°1 : la vaccination est efficace à plus de 90 % pour réduire les formes graves de Covid-19 (hospitalisation et décès au cours d’une hospitalisation pour Covid-19) chez les personnes de plus de 50 ans en France

    Les études récentes suggèrent une baisse de l’efficacité progressive à partir du 6ème mois de tous les vaccins, qui concerne essentiellement l’infection et les formes symptomatiques, l’efficacité contre les formes graves restant à un niveau élevé, quel que soit le vaccin administré. La baisse de protection ne touche pas seulement les personnes âgées et les populations à risque de formes graves, mais ces populations demeurent les plus affectées.

  • Réponse rapide n°2 : Primovaccination

Les nouvelles primo-vaccinations sont initiées avec un vaccin à ARNm (Comirnaty® ou Spikevax®) en respectant un intervalle de 3 à 4 semaines entre les 2 doses. L’utilisation de Comirnaty® est recommandée chez les moins de 30 ans.

La sérologie permet d’établir un antécédent d’infection par le SARS-Cov-2. Il est utile de réaliser un prélèvement pour une sérologie pré-vaccinale de façon concomitante à une premièreinjection de vaccin. Si cette sérologie s’avère positive, une seule injection est suffisante pour les personnes immunocompétentes. La sérologie est particulièrement conseillée chez l’adolescent.

Les vaccins à ARNm peuvent être utilisés à partir de 12 ans.

Pour les personnes primovaccinées avec le vaccin Covid-19 Janssen®, une deuxième dose avec un vaccin à ARNm est recommandée à partir de 4 semaines après la première injection.

En cas d’impossibilité de respecter le délai après l’injection de la première dose de vaccin, la 2ème dose peut être différée de quelques jours. Quel que soit le délai entre les deux doses, il n’est pas nécessaire de recommencer le schéma vaccinal dès le début.

Chaque vaccin est contre-indiqué chez les personnes ayant présenté une hypersensibilité à sa substance active ou à l’un de ses excipients.

Parmi les effets indésirables des vaccins à ARNm, de très rares cas de myocardite-péricardite ont été rapportés surtout chez des hommes plutôt jeunes.

  • Réponse rapide n°3 : Dose de rappel

    L’administration d’une dose de rappel est recommandée dans la période actuelle :

    • Pour les personnes de 65 ans et plus, ainsi que pour toutes les personnes présentant descomorbidités augmentant le risque de formes graves et de décès dus à la Covid-19;
    • Chez les professionnels du secteur de la santé et du secteur médico-social, en contact avec les patients et chez les professionnels du transport sanitaire (quel que soit leur mode d’exercice, y compris bénévole, et quel que soit leur âge) ;
    • Chez les personnes de l’entourage des immunodéprimés (stratégie de cocooning) uniquement chez les adultes âgés de plus de 18 ans (conformément à la modification du RCP de Comirnaty®).

    Respecter un délai minimal de 6 mois entre la fin de la primovaccination complète et l’administration d’une dose de rappel.

    Le rappel est effectué avec un vaccin à ARNm selon la posologie de l’AMM (Comirnaty® ; Spikevax® à demi-dose de 50 µg), quels que soient les vaccins administrés en primo-vaccination. L’utilisation de Comirnaty® est recommandée chez les moins de 30 ans.

    La sérologie est inutile avant le rappel.

  • Réponse rapide n°4 : la vaccination ne permet pas de s’affranchir des gestes barrières. Le HCSP a toutefois considéré, dans son avis du 11 avril 2021 que « dans un cadre privé familial ou amical en milieu intérieur fermé toutes les personnes réunies puissent ne pas porter de masque si elles ont toutes bénéficié d’un schéma vaccinal complet et à condition de respecter les autres mesures barrières. »

  • Réponse rapide n°5 : Personnes immunodéprimées

    • Chez les personnes immunodéprimées (ID)ayant un antécédent d’infection par le SARS-CoV-2, avant la 1ère injection, quelle que soit l’antériorité, symptomatique ou non, la vaccination comprend 2 doses de vaccin ARNm 3 mois après le début de l’infection par le SARS-CoV-2, et l’intervalle entre les 2 doses doit être de 3 semaines (Comirnaty®) à 4 semaines (Spikevax®).
    • Concernant la primovaccination des personnes immunodéprimées, le ministère a recommandé une 3ème dose à 3 semaines d’intervalle.
    • Une 4ème dose peut être proposée dans un délai de moins de 6 mois si l’équipe médicale la juge nécessaire.
    • L’existence d’un seuil d’âge pour le vaccin Spikevax® reste à évaluer dans cette population à faible réponse vaccinale.
  • Réponse rapide n°6 : Co-administration de vaccins

    • L’administration concomitante du rappel des vaccins contre la Covid-19 et du vaccin contre la grippe saisonnière est possible dès lors qu’une personne sera éligible aux deux vaccinations. Les injections doivent être pratiquées sur 2 sites d’injection différents.
    • Si les vaccins contre la grippe et la Covid-19 ne sont pas administrés au même moment, il n’y a pas de délai à respecter entre les deux vaccinations. De façon générale, il n’est pas nécessaire de respecter un délai minimum entre un vaccin contre la Covid-19 et tout autre vaccin du calendrier vaccinal.
  • Réponse rapide n°7 : Une vaccination de l’entourage des personnes (adultes et enfants) immunodéprimées est particulièrement recommandée de même qu’une vaccination des aidants familiaux des personnes fragiles (personnes en situation de handicap et en perte d’autonomie).

Contexte

La HAS a été saisie par le ministère des Solidarités et de la Santé pour élaborer des réponses rapides permettant notamment d’accompagner les médecins en leur apportant toutes les informations utiles sur les vaccins en vue de l’échange avec leurs patients.

La vaccination est une arme essentielle pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.

La priorité est de tout mettre en œuvre pour augmenter la primovaccination contre la Covid-19 de la population, en particulier dans la classe d’âge des plus de 80 ans chez qui la couverture vaccinale complète est encore insuffisante malgré leur grande vulnérabilité face à la maladie.

Pour toute personne envisageant un séjour en EHPAD, le statut vaccinal au regard de la Covid 19 est vérifié et la vaccination est proposée, si nécessaire dès l’entrée ou en amont.


[1] https://www.santepubliquefrance.fr/dossiers/coronavirus-covid-19/coronavirus-chiffres-cles-et-evolution-de-la-covid-19-en-france-et-dans-le-monde#block-270756

 

Ces réponses rapides, élaborées sur la base des connaissances disponibles à la date de leur publication, sont susceptibles d’évoluer en fonction de nouvelles données.

Retrouvez toutes les fiches réponses rapides dans le dossier COVID-19.

Nous contacter

Service des bonnes pratiques
Toutes nos publications sur