Share Print

Avis n° 2021.0008/AC/SEESP du 1er mars 2021 du collège de la Haute Autorité de santé sur l’efficacité du vaccin AstraZeneca chez les personnes âgées au vu des données préliminaires soumises au BMJ sur l’impact de la vaccination en Ecosse sur les hospitalisations

HAS opinions and decisions - Posted on Mar 02 2021

Cet avis répond à une saisine de la DGS. Au vu des données récentes concernant l’impact de l’administration d’une première dose de vaccins contre la Covid-19 en Ecosse (données rendues disponibles en preprint le 22 février 2021), la DGS a souhaité que la HAS examine à nouveau la place du vaccin Covid-19 vaccine AstraZeneca® dans la stratégie de vaccination.

En effet, dans l’avis de la HAS du 2 février 2021 relatif à la place du vaccin Covid-19 vaccine AstraZeneca®, dans la stratégie de vaccination contre la Covid-19, la HAS reconnaît l’efficacité du vaccin AZD1222 contre les formes symptomatiques de la Covid-19. Toutefois, dans l’attente de données complémentaires concernant les personnes de 65 ans et plus, la HAS recommande préférentiellement ce vaccin chez les moins de 65 ans.

Compte tenu :

  • du contexte épidémiologique actuel préoccupant (prédominance du variant anglais) ;
  • des premières données en vie réelle écossaises sur l’efficacité d’une seule dose de vaccin Comirnaty de Pfizer-Biontech et du vaccin AstraZeneca[1];

la HAS considère que la place dans la stratégie vaccinale du vaccin AstraZeneca peut être élargie dès maintenant aux personnes âgées de plus de 65 ans. En effet, malgré leurs limites (faible recul notamment), ces données écossaises sont très encourageantes, notamment sur l’efficacité de ce vaccin chez les personnes de 65 ans et plus.

Par ailleurs, afin de lutter le plus efficacement possible contre l’épidémie de COVID 19 et afin de garantir une large couverture vaccinale, la HAS recommande :

1/ pour les vaccins à ARNm :

  • au regard des nouvelles données en vie réelle israéliennes, anglaises et écossaises (publication et préprints) de vacciner dès le mois de mars le maximum de personnes en reculant l’administration de la seconde dose de vaccin 6 semaines après la première sans aller au -delà (en priorisant les personnes à vacciner conformément aux recommandations de la HAS[2] ) ;
  • de privilégier ces vaccins, lorsque localement, l’incidence de variants qui présentent un risque fort d'échappement immunitaire et vaccinal le justifie.

2/ pour le vaccin AstraZeneca, de respecter désormais un intervalle de 12 semaines entre les deux doses, au vu des données issues des essais cliniques de phase 3 et des données préliminaires écossaises. 

Cet avis sera revu au regard des nouvelles données à venir, permettant de confirmer l’efficacité du vaccin AstraZeneca chez les personnes de plus de 65 ans avec davantage de recul (données anglaises en vie réelle ; données américaines d’essai clinique de phase 3).


[1] Effectiveness of first dose of COVID-19 vaccines against hospital admissions in Scotland: national prospective cohort study of 5.4 million people (Vasileiou E, 2021)

[2] Recommandation du 1er mars 2021 du collège de la Haute Autorité de santé portant adoption de la recommandation vaccinale intitulée « Stratégie de vaccination contre le Sars-Cov-2 - Actualisation des facteurs de risque de formes graves de la covid-19 et des recommandations sur la stratégie de priorisation des populations à vacciner »