Citer cette publication Share Impression

Stratégie de vaccination contre la Covid-19 - Place du vaccin à ARNm COMIRNATY® chez les 12-15 ans

Recommandation vaccinale - Mis en ligne le 03 juin 2021

À qui s’adresse ces recommandations ?

Elles s’adressent à :

  • Tous les citoyens ;
  • Tous les professionnels des secteurs de la santé, du médico-social et du social ;
  • Aux pouvoirs publics.


Quels sont les objectifs de cette recommandation ?

Le vaccin COMIRNATY® (laboratoires BioNTech et Pfizer) a obtenu une autorisation de mise sur le marché (AMM) conditionnelle, en Europe (procédure centralisée), le 21/12/2020 (2, 3) « pour l’immunisation active pour la prévention de la COVID-19 causée par le virus SARS-CoV-2, chez les personnes âgées de 16 ans et plus », avec une extension de son indication aux adolescents de 12 à 15 ans le 28/05/2021.

Ces recommandations s’inscrivent dans le cadre d’une extension de l’AMM du vaccin à ARNm COMIRNATY® développé par les firmes BioNTech et Pfizer et visent donc à préciser sa place au vu des données d’efficacité vaccinale et de tolérance chez les adolescents de 12 à 15 ans.

Recommandations concernant la vaccination des adolescents âgés de 12 à 15 ans

Considérant les données disponibles à date indiquant l’existence d’un bénéfice individuel direct et indirect ainsi que d’un bénéfice collectif de la vaccination des adolescents contre la Covid -19, la HAS recommande la stratégie de vaccination suivante : 

Ouvrir très rapidement la vaccination :

  • aux adolescents souffrant de comorbidité(s) (notamment obésité et immunodéficience et pathologies identifiées chez l’adulte comme facteurs de risque de formes graves de Co-vid-19) ;
  • aux adolescents vivant dans l’entourage des personnes immunodéprimées ou celui des personnes vulnérables qui ne seraient pas vaccinées conformément à la stratégie de « cocooning » préconisée par la HAS.

Dès lors que la campagne de vaccination de la population adulte sera considérée comme suffisamment avancée, afin de diminuer la circulation virale, et de permettre aux adolescents de normaliser leur vie sociale et de maintenir leur accès à l’éducation, la HAS recommande que la vaccination contre la Covid-19 puisse être proposée à tous les adolescents en bonne santé.

Leur vaccination vise en effet à obtenir un niveau de couverture vaccinale élevée dans l’ensemble des classes d’âge et à assurer une distribution homogène des vaccins dans la population. Dans le cas contraire, en cas de circulation virale active circonscrite à une classe d’âge, des mesures contraignantes (telles que des fermetures de classes et d’écoles) devraient probablement être prises. 

En complément de la mobilisation des acteurs habituels de la vaccination, la HAS encourage la vaccination en milieu scolaire avec, dans un contexte contraint sur le plan des ressources humaines, un renfort par des équipes mobiles extérieures, comme le service  sanitaire des étudiants en santé pour garantir le succès de la campagne vaccinale chez les adolescents


Place spécifique du vaccin Comirnaty de Pfizer/BioNTech dans la vaccination des 12-15 ans

Dans le contexte de la pandémie actuelle, au regard de la demande d’extension d’indication du vaccin Comirnaty des laboratoires Pfizer/BioNTech aux adolescents âgés de 12 à 15 ans, la HAS a pris en considération les éléments suivants :

  • l’EMA a délivrée une extension d’indication à l’autorisation de mise sur le marché conditionnelle « immunisation active pour prévenir la Covid-19 causée par le virus SARS-CoV-2 chez les personnes de 12 ans et plus ». L’AMM conditionnelle est réévaluée à intervalle réguliers jusqu’à la fin de l’étude pivotale et de l’analyse de ses résultats ;
  • Les données d’immunobridging du vaccin Comirnaty qui, administré selon un schéma vaccinal en 2 doses de 30 µg à un intervalle de 21 jours, induit une réponse humorale robuste, d’anticorps neutralisants anti-SARS-CoV-2 à 1 mois après la 2nde injection, chez des sujets âgés de 12 à 15 ans avec ou sans antécédent d’infection par le SARS-CoV-2. La réponse immunitaire chez les sujets sans antécédent de SARS-CoV-2 et âgés de 12 à 15 ans était non inférieure à la réponse immunitaire observée chez les sujets âgés de 16 à 25 ans ;
  • L’efficacité vaccinale sur les cas de Covid-19 symptomatiques et confirmés par PCR de 100,0% (75,3-100,0) à partir du 7ème jour après la fin de la vaccination ;
  • L’absence de données disponibles à ce stade sur les formes graves (en l’absence de cas de forme sévère dans les deux groupes du fait de la rareté de ces évènements dans la population étudiée, il n’est a pas possible de conclure sur l’efficacité du vaccin sur ces formes, ainsi que sur les hospitalisations, les hospitalisations en unité de soins intensifs, et la mortalité) ;
  • L’absence d’exploration d’une efficacité sur l’infection ou la transmission virale dans cette population spécifique ;
  • Les données de tolérance obtenues chez les 2 260 adolescents âgés de 12 à 15 ans, suivis sur une période médiane de 2 mois, montrant un profil de tolérance du vaccin Comirnaty globalement satisfaisant ;
  • Les données de pharmacovigilance françaises à date relatives au vaccin Comirnaty ;
  • Le signal en cours d’analyse par l’ACIP et par le PRAC sur les cas de myocardite signalés, survenus principalement chez des adolescents et de jeunes adultes, plus souvent chez les hommes que chez les femmes, plus souvent après la deuxième dose du vaccin Comirnaty, et généralement dans les 4 jours après la vaccination.

La HAS conclut à une efficacité vaccinale du vaccin Comirnaty dans la population des adolescents âgés de 12 à 15 ans contre les cas de Covid-19 symptomatiques, l’efficacité restant toutefois à confirmer contre les formes sévères (notamment les PIMS) et à démontrer pour les hospitalisations et la mortalité, ainsi que contre la transmission virale.

Du fait de son efficacité vaccinale et de son profil de tolérance satisfaisant, la HAS estime que le vaccin Comirnaty peut être utilisé à partir de l'âge de 12 ans, comme le prévoit son AMM conditionnelle, conformément à la stratégie de vaccination recommandée précédemment (voir 1.) :

  • en priorité chez les adolescents présentant une comorbidité ou chez les adolescents appartenant à l’entourage d’une personne immunodéprimée ou vulnérable ;
  • chez les adolescents sans comorbidité, dès lors que la couverture vaccinale de la population adulte sera suffisamment avancée.

En outre, pour cette classe d’âge, en complément de la mobilisation des acteurs habituels de la vaccination, la HAS encourage la vaccination en milieu scolaire pour garantir le succès de la campagne vaccinale chez les adolescents (avec possibilité, pour renforcer les effectifs très limités de la médecine scolaire, de mobiliser des équipes mobiles extérieures).

La HAS rappelle également le schéma de vaccination, les contre-indications et précise les modalités de co-administrations de vaccins ;

Par ailleurs, la HAS insiste sur le fait que l’essai de phase 3 devra être poursuivi afin de pouvoir disposer de données d’immunogénicité, d’efficacité et de tolérance à plus long terme et souhaite être informée des résultats des analyses plus fines en sous-groupes dans l’essai de phase 3, ainsi que des études mises en place dans le cadre du Plan de Gestion des Risques (PGR).

La HAS regrette :

  • que l’AMM débute à 12 ans, excluant de ce fait les enfants en première année de collège, ce qui rendra difficilement compréhensible sur le terrain une vaccination incomplète de l’ensemble de collégiens ;
  • que l’efficacité du vaccin Comirnaty pour les 12-15 ans sur la transmission virale n’ait pas pu être évaluée ;
  • que l’efficacité du vaccin Comirnaty pour les 12-15 ans sur les différents variants circulants actuellement n’ait pas pu être évaluée ;
  • l’absence d’étude d’acceptabilité chez les parents et les adolescents concernés.

Elle encourage la mise en place :

  • D’études post-autorisation notamment sur les populations vaccinées dans la première phase (enfants/adolescents atteints de comorbidités ou dans l’entourage d’une personne immunodéprimée) ;
  • D’une étude avec séquençage des souches virales, afin de suivre l’évolution de nouvelles souches, notamment chez les patients infectés après vaccination.

Cet avis sera revu en fonction de l’évolution des connaissances, notamment au regard des données d’efficacité et de sécurité en conditions réelles d’utilisation (américaines et canadiennes notamment), des résultats complets des essais de phase 3 chez l’adulte et chez les adolescents, ainsi que des données épidémiologiques et de pharmacovigilance.

 


Nous contacter

Contact vaccination