Citer cette publication Share Impression

Stratégie de vaccination contre le Sars-Cov-2 - Rôle des facteurs socio-économiques et professionnels dans le risque d’infection et de formes graves de Covid-19 et actualisation des recommandations

Recommandation vaccinale - Mis en ligne le 01 juil. 2021

La meilleure connaissance des facteurs de risque associés au SARS-CoV-2 est essentielle pour l’adaptation de la stratégie vaccinale ainsi que pour l’information éclairée des personnes pour lesquelles un risque accru de formes graves ou d’exposition est identifié.

Afin d’ajuster la stratégie de vaccination au fur et à mesure de l’acquisition des connaissances, la HAS, en s’appuyant sur la Commission technique des vaccinations, actualise son avis en réévaluant particulièrement le rôle des facteurs de risque associés à la précarité socio-économique et aux expositions professionnelles.
Si les contraintes d’approvisionnement actuelles en vaccins ne justifient plus de priorisation, il apparaît néanmoins que des actions spécifiques doivent être entreprises pour informer les personnes particulièrement exposées au risque de Covid-19 et leur proposer la vaccination.

A qui s’adresse ces recommandations ?

Elles s’adressent aux pouvoirs publics

Quels sont les objectifs de cette recommandation ?

A l’issue d’une revue actualisée des connaissances sur le rôle des facteurs de risque associés à la précarité socio-économique et aux expositions professionnelles, la HAS définit les implications potentielles en termes d’information et d’actions spécifiques à mener auprès de certains publics ciblés.

Principales conclusions de la recommandation

A l’issue de la revue actualisée des connaissances sur les facteurs de risque associés à la précarité socio-économique et aux expositions professionnelles, la HAS considère qu’une attention particulière doit être portée aux personnes en situation de vulnérabilité sur le plan socio-économique, y compris de précarité au travail, à la suite de l’élargissement de la population cible de la stratégie vaccinale à l’ensemble des personnes de 18 ans et plus.

Ainsi, au vu :

  • de l’intérêt à protéger des personnes particulièrement vulnérables à l’infection ou particulièrement exposés au SARS-CoV-2 du fait de leur activité professionnelle ;
  • de la couverture insuffisante en particulier de certains professionnels de santé et des professionnels du secteur médico-social ;
    la HAS rappelle l’importance de considérer les enjeux associés aux inégalités d’accès à la vaccination liées notamment aux facteurs socio-économiques et autres facteurs de vulnérabilité.

Elle insiste sur :

  1. L’importance des dispositifs d’aller-vers (actions de sensibilisation, mobilisation d’équipes mobiles de vaccination, création de centres de vaccination éphémères, aide à la prise de rendez-vous, accompagnement physique, recours à l’interprétariat linguistique et à la médiation en santé, etc.) à destination des populations les plus vulnérables mais également des travailleurs précaires pour réduire les inégalités socio-économiques constatées y compris dans le secteur professionnel.
  2. La nécessité d’une communication adaptée en direction de publics les plus précaires. Elle rappelle l’intérêt de la réalisation d’un TROD sérologique chez les personnes immunocompétentes sans antécédent connu d’infection au SARS-CoV-2, notamment chez les personnes en situation de grande précarité, population dans laquelle la séroprévalence apparaît particulièrement élevée, en même temps que l’administration de la première dose de vaccin afin de permettre ainsi de n’injecter qu’une seule dose (pour les schémas à deux doses) lorsque ce test s’avère positif.
  3.  La nécessité de renforcer la couverture vaccinale encore insuffisante de l’ensemble des professionnels du secteur de la santé ainsi que du secteur médico-social et des transports sanitaires ;
  4.  L’importance de tenir compte des facteurs de précarité au travail (emplois et contrats précaires) pour favoriser la vaccination en secteur professionnel. Ainsi, les travailleurs saisonniers (agriculture, étudiants notamment), les indépendants, les intérimaires, les ouvriers de chantiers, devraient disposer d’un accès facilité à la vaccination par rapport à la population générale.
  5.  La nécessité d’efforts de communication pour mieux faire connaître les professions à risque d’exposition et pour renforcer la vaccination en milieu professionnel, tant en direction des travailleurs que de leurs employeurs.

Conclusion

La HAS souligne que dans le contexte actuel d’ouverture de la vaccination à l’ensemble de la population et de levée du confinement, l’objectif est de continuer à intensifier la campagne afin d’augmenter encore la couverture vaccinale. Après un printemps marqué par un décollage spectaculaire des vaccinations, l’amélioration actuelle de la situation sanitaire – qui n’est pas sans lien avec ce décollage – a pu faire croire à ceux qui n’étaient pas encore vaccinés, y compris parmi les publics les plus vulnérables face à la Covid-19, que c’était moins nécessaire, qu’on pouvait attendre. Ce n’est pas le cas. Le virus reste présent sur le territoire, les variants plus contagieux progressent et la vaccination est plus que jamais déterminante pour limiter les conséquences sanitaires d’une résurgence épidémique.


Au regard des résultats de l’analyse relative aux facteurs de risques associés à la précarité et aux expositions professionnelles et rappelant les points clés de ses recommandations relatives aux modalités de mises en œuvre de la campagne de vaccination, la HAS souhaite particulièrement insister sur les enjeux liés à :

  • L’accessibilité de la vaccination à l’ensemble de la population. Les personnes les plus éloignées du système de santé, en situation de vulnérabilité sociale mais également occupant des emplois précaires doivent pouvoir être informées, sensibilisées et bénéficier de mesures visant à faciliter la vaccination qu’il s’agisse du déploiement des dispositifs d’aller-vers, des actions d’accompagnement ou de communication adaptée.
  • La poursuite du suivi de la couverture vaccinale au sein des différentes populations vulnérables (personnes âgées et/ou avec comorbidités), et des populations exerçant dans les secteurs essentiels, en particulier les professionnels de santé.
  • La mise en place de mesures incitatives à la vaccination dans les établissements de santé et médico-sociaux portées par les organes de gouvernance des établissements de santé (ARS, directeurs, CME, unités d’hygiène, médecine du travail …).
  • L’adhésion de l’ensemble de la population à la vaccination. Les réticences doivent être identifiées, particulièrement celles exprimées par les professionnels de santé, afin d’ajuster les éléments de communication à destination des différents publics.

L’information sur l’intérêt de la vaccination et les modalités d’accès à cette dernière doit diffuser largement aussi bien auprès des professionnels de santé, des différentes communautés professionnelles (au sein des CME notamment) que des associations d’usagers.

Les mois précédents ont été marqués par une évolution rapide de l’opinion en faveur des vaccins, dont la sûreté et l’efficacité ont été confirmées avec le recul. C’est pourquoi la HAS considère que l’incitation et la conviction sont les approches les plus pertinentes pour améliorer encore la couverture vaccinale et lutter contre la résurgence de l’épidémie. Elle recommande le maintien et l’amplification de toutes les politiques « d’aller vers » les publics les plus fragiles et les plus vulnérables. Mais face au risque épidémique et à la lumière des données disponibles sur la protection des vaccins contre la transmission, la HAS considère que la vaccination des professionnels de santé et plus généralement de ceux qui sont en contact avec des personnes vulnérables revêt un enjeu éthique autant que de santé publique. Il y a donc un impératif que leur couverture vaccinale progresse rapidement, sans quoi, face à une résurgence épidémique, la question de l’obligation vaccinale doit être rapidement posée en tout premier lieu pour les professionnels du secteur sanitaire, social et médico -social qui ont été les cibles prioritaires de la vaccination dans les premières phases de la vaccination.

En fonction de l’évolution du contexte épidémique et en cas de progression insuffisante de la couverture vaccinale, la réflexion sur l’obligation vaccinale pourrait s’étendre à l’ensemble de la population.

La HAS continue d’adapter ses recommandations sur la stratégie vaccinale contre la covid-19 compte tenu de l’évolution des approvisionnements en vaccins et de l’actualisation des connaissances.


Toutes nos publications sur