Share Print

Avis n° 2021.0047/AC/SEESP du 8 juillet 2021 du collège de la Haute Autorité de santé relatif à l’adaptation de la stratégie vaccinale devant l’émergence de variants du SARS-CoV-2

HAS opinions and decisions - Posted on Jul 09 2021

Considérant la menace liée à l’expansion rapide du variant delta sur le territoire français, la HAS, en s’appuyant sur la Commission technique des vaccinations, fait le point sur l’efficacité des vaccins face à ce variant et adapte la stratégie vaccinale au fur et à mesure de l’acquisition des connaissances.

L’émergence de nouveaux variants du virus SARS-CoV-2 fait l’objet d’une attention particulière dans la mesure où ceux-ci peuvent poser des problèmes spécifiques, en termes de transmissibilité, de gravité ou encore d’échappement immunitaire et de maintien de la réponse immunitaire induite par les différents vaccins.

Considérant la menace liée à l’expansion rapide du variant delta sur le territoire français, la HAS, en s’appuyant sur la Commission technique des vaccinations, fait le point sur l’efficacité des vaccins face à ce variant et adapte la stratégie vaccinale au fur et à mesure de l’acquisition des connaissances.

A qui s’adresse ces recommandations ?

  • Elles s’adressent aux pouvoirs publics


Quels sont les objectifs de cette recommandation ?

La HAS établit l’état des connaissances sur l’efficacité des vaccins vis-à-vis des variants préoccupants, et tout particulièrement du variant delta, et adapte la stratégie vaccinale au fur et à mesure de l’acquisition des connaissances.


Principales conclusions de la recommandation :

Dans le contexte actuel de diffusion rapide du variant delta, hautement transmissible et à risque d’échappement immunitaire, la HAS souligne qu’il est indispensable que l’ensemble de la population ciblée puisse bénéficier d’un schéma vaccinal complet rapidement afin d’être protégée de façon optimale.

A partir de la revue actualisée des connaissances sur l’efficacité des différents vaccins et des différents schémas de vaccination y compris de prime boost hétérologue, la HAS estime qu’il convient de privilégier l’accès aux vaccins qui disposent du meilleur niveau d’efficacité pour la prévention non seulement des formes graves et symptomatiques mais également contre la transmission, avec un espacement minimal entre les deux doses. Il s’agit des vaccins Comirnaty (BioNTech/Pfizer) et Spikevax (Moderna).

Elle considère également la meilleure réponse immune obtenue par un schéma de vaccination hétérologue Vaxzevria/ARNm par rapport à un schéma homologue Vaxzevria, avec des éléments rassurants sur la tolérance.

Ainsi :

  • conformément à sa recommandation précédente relative à l’impact potentiel de la circulation des variants du SARS-CoV-2 , la HAS considère que les nouvelles primo-vaccinations pourraient être préférentiellement initiées avec les vaccins à ARNm en respectant un intervalle de 3 à 4 semaines entre les 2 doses afin de permettre d’atteindre une immunité optimale plus rapidement. Elle rappelle en outre, qu’au-delà de l’efficacité démontrée de la vaccination sur la survenue de formes sévères de la maladie, les données en vie réelle récentes confirment l’intérêt de la vaccination sur la transmission de la maladie (efficacité de de l’ordre de 80 à 90% vis-à-vis des autres variants après deux doses de vaccin à ARNm) qui semble pouvoir être extrapolé au variant delta
  • pour les personnes ayant déjà été vaccinées par le vaccin Vaxzevria, la meilleure protection offerte par un schéma hétérologue justifie qu’une deuxième dose avec un vaccin à ARNm puisse leur être proposée à partir de 4 semaines après la première injection. Privilégier ce schéma permet de protéger plus rapidement les personnes vaccinées et de prévenir plus efficacement la transmission du virus.  

Compte tenu des résultats d’efficacité en vie réelle obtenus après deux doses du vaccin Vaxzevria sur la prévention des formes sévères de COVID 19, la HAS estime toutefois que la poursuite du schéma vaccinal avec le vaccin Vaxzevria est envisageable chez personnes âgées de plus de 55 ans qui le souhaitent, dans le cadre d’une décision médicale partagée et après leur avoir apporté une information claire sur les différentes options possibles.

Les données in vitro relatives au vaccin Janssen, bien que très encourageantes sont à ce stade insuffisantes pour conclure formellement à la conservation de l’efficacité du vaccin sur le variant delta.

Considérant que la disponibilité des vaccins et la diffusion du variant delta, la HAS recommande que cette stratégie soit mise en œuvre sur l’ensemble du territoire national.

Enfin, la HAS insiste sur la nécessité de poursuivre la vaccination à un rythme élevé afin d’assurer rapidement une couverture vaccinale optimale de la population, compatible avec la poursuite de la levée des restrictions et nécessaire pour garantir la protection des plus vulnérables.

Aussi, comme elle l’a rappelé à plusieurs reprises, la HAS recommande le maintien et l’amplification de toutes les politiques « d’aller vers » les publics les plus fragiles et les plus vulnérables. De plus, à la lumière des données disponibles sur la protection des vaccins contre la transmission, la HAS considère que la couverture vaccinale des professionnels de santé et plus largement de ceux qui sont en contact avec des personnes vulnérables revêt un enjeu éthique autant que de santé publique.

C’est pourquoi, au-delà des mesures incitatives, des opérations de communication, d’information et de la recherche de l'adhésion de chacun, la HAS recommande que soit envisagée sans délai l’obligation vaccinale de l’ensemble des professionnels en contact avec des personnes vulnérables. Au-delà, au vu de la progression actuelle de l’épidémie, il est nécessaire d’entamer dès à présent la réflexion sur une extension plus importante de cette obligation vaccinale en population générale afin de pouvoir prendre à temps cette décision si elle s’imposait.