Citer cette publication Share Impression

IQSS 2021 - Infections du site opératoire après pose de prothèse totale de hanche (ISO-PTH)

Études et Rapports - Mis en ligne le 07 janv. 2022

 

Contexte

L’indicateur mesurant les infections du site opératoire (ISO) après pose de prothèse totale de hanche (ISO-PTH) est issu de la validation par localisation de la prothèse de l’indicateur ISO-ORTHO.  Cet indicateur (ISO-PTH) fait partie des 4 indicateurs de complications en chirurgie orthopédique, avec la mesure des infections du site opératoire après pose de prothèse totale de genou (ISO-PTG), et la mesure des évènements thrombo-emboliques après pose de prothèse totale de hanche (ETE-PTH) et après pose de prothèse totale de genou (ETE-PTG).

Historique d’ISO-ORTHO

Le développement de la mesure des infections du site opératoire (ISO-ORTHO) à partir du PMSI du secteur médecine, chirurgie, obstétrique (MCO) a été réalisé en 2017 utilisant une méthode robuste conçue pour l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins (Rapport méthodologique HAS, 2019, Grammatico-Guillon L, Miliani K, Banaei-Bouchareb L, Solomiac A, Sambour J, May-Michelangeli L, et al. A computerized indicator for surgical site infection (SSI) assessment after total hip or total knee replacement: The French ISO-ORTHO indicator. Infect Control Hosp Epidemiol 2021:1-8). Un retour aux dossiers a été réalisé en 2019-2020 validant l’indicateur pour toutes utilisations ( Rapport HAS, 2020 ). Il a été utilisé pour la diffusion publique et pour le financement de 2020 à 2021.

La démarche d’analyse du résultat, ainsi que la mise en place d’actions d’amélioration des pratiques cliniques, en lien avec les évènements mesurés, sont à intégrer dans le programme qualité-gestion des risques et à valoriser notamment dans le cadre du dispositif de certification des établissements de santé. 

En mars 2020, la HAS, s’est auto-saisie pour réaliser des travaux de développement visant à valider séparément la mesure de l'infection 3 mois après pose de prothèse totale de hanche et après pose de prothèse totale de genou. Cette mesure par localisation est cliniquement pertinente, et plus fiable que la mesure globale après PTH/PTG, dans la mesure où elle permet d’éviter que le résultat de chacune des prises en charge se compense. Ces travaux ont fait l’objet en 2020 d’un rapport de validation de la mesure des infections du site opératoire par localisation de la prothèse   qui confirme la validité du modèle d’ajustement et la validité de critère (valeur prédictive positive) séparément pour les PTH et pour les PTG. L’indicateur ISO-PTH est validé pour toute utilisation (pilotage de la qualité, diffusion publique, financement…).

Présentation de l’indicateur ISO-PTH

Cet indicateur (ISO-PTH) mesure chez l’adulte les infections du site opératoire (ISO), codées dans le programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI) dans les 3 mois suivant la pose programmée d’une prothèse totale de la hanche (PTH) hors fracture. Il s’agit du ratio du nombre observé sur le nombre attendu d’ISO calculé dans la population cible de l’indicateur.

Les ISO sont définies sur le plan clinique par une infection survenant dans l'année s'il y a eu pose d'une prothèse. Les ISO détectées dans le PMSI par l’indicateur de la HAS sont les infections sur prothèse totale de hanche identifiées 3 mois après la pose.

La population cible dans laquelle la HAS mesure l’indicateur correspond aux séjours de pose de PTH pour lesquels une marge d’amélioration est possible, à l’exclusion de :

    • des patients à très haut risque d’ISO (exemple : patients avec antécédents d’ISO complexe, PTH sur fracture de la hanche, séjours avec pose de multiples prothèses ou d’insert sur la hanche et/ou le genou…),
    • des cas d’ISO non imputables à la qualité de la pose (exemple : patients ayant eu une intervention antérieure ou ayant une ISO sur matériel ou sur prothèse déjà présent(e), patients sortis contre avis médical ou par fuite.. )

Pour cette population cible, on estime qu’une marge d’amélioration est possible.

De plus, l’indicateur est ajusté sur 12 facteurs de sur-risque d’ISO publiés non liés à la qualité de la prise en charge initiale.

Le résultat de l’indicateur est restitué chaque année aux établissements de santé dans un funnel plot (diagramme en entonnoir). Il permet à l’établissement de santé de se situer parmi tous les établissements de santé anonymisés, dans ou en dehors des limites à 3 déviations standards (DS) avec un risque d’erreur statistique de 0.2%. Un résultat au-dessus de +3DS est considéré « atypique haut » : significativement moins bon qu’attendu, il souligne la nécessité d'une investigation approfondie des causes notamment, celles en lien avec les pratiques cliniques et/ou organisationnelles. Des informations complémentaires sont également restituées pour aider à l’interprétation du résultat. Cette restitution est réalisée sur la plateforme QualHAS, les résultats agrégés sont quant à eux diffusés dans le rapport annuel sur le site de la HAS.

Pour rappel, cet indicateur fait partie des 4 indicateurs mesurant les complications (évènements thrombo-emboliques et infections du site opératoire) en chirurgie orthopédique (PTH, PTG).

Tout pour l'appropriation de l’indicateur ISO-PTH

Des outils sont mis à disposition des établissements de santé pour aider à l’interprétation des résultats de l’indicateur et des informations complémentaires :

 

Résultats des campagnes nationales

Résultats de la campagne

Les résultats d’ISO-PTH et les informations complémentaires ont été restitués aux établissements de santé dans la plateforme QualHAS, le 16 novembre 2021.

Les résultats nationaux d'ISO-PTH mesurés à partir des données PMSI sont disponibles ci-dessous :

La synthèse des résultats d’ISO-PTH est reprise dans le rapport annuel des résultats nationaux des indicateurs de qualité et sécurité des soins mesurés en 2021 (format diaporama) :

Les résultats d’ISO-PTH sont en diffusion publique par établissement de santé.